CLAUDE VINCI

CLAUDE VINCI

982872
15,05 €
1 CD / RACINES

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 

1 Basta Paris. 3'55"
2 Mes racines. 2'54"
3 Nous sommes si heureux. 3'00"
4 Matinale. 2'52"
5 L’incertitude. 3'00"
6 Était-ce à la fin août ? 3'35"
7 Le rat. 2'40"
8 Berlin mon amour. 3'42"
9 Chronique provençale. 6'44"
10 Ton manteau afghan. 3'39"
11 Et s’il fallait. 3'25"
12 Écrire pour ne pas mourir. 4'06"
13 Anarchie historique. 4'26"

Claude Vinci, né le 27 mai 1932 à Frédille (Indre) et décédé le 7 mars 2012, est un chanteur et parolier français. Biographie Après ses études secondaires à Châteauroux, au Lycée Jean Giraudoux auquel il était trés attaché il s'installe à Paris en 1951. Il joue au sein de l'International Juniors Football pour le tournoi de Vienne en Autriche. Ami de René Vignal, ce dernier lui présente Yves Montand en 1953 lors des Six-Jours de l'ex Vel-dHiv. Il choisit alors la chanson, délaissant le football et bien qu'il soit ingénieur diplômé de l'École des Arts et Métiers. Il se produit dans les cabarets de la Rive Gauche de l'époque : L'Écluse, L'Échelle de Jacob, le College Inn, La Colombe, Le Cheval d'or, La Chanson Galande, Le Port du Salut... En 1956, il est rappelé en Algérie : il déserte après avoir été témoin d'un massacre de femmes et d'enfants commis par l'armée française[réf. nécessaire]. Il participe ensuite au réseau d'aide au Front de libération nationale (FLN) en transportant clandestinement des valises d'argent et en aidant des prisonniers évadés. En 1963, il enregistre son premier album chez Philips avec Claude Dejacques : Claude Vinci chante Paul Éluard, préfacé par Yves Montand et orchestré par François Rauber. En 1964 et 1965, il signe deux nouveaux albums chez Philips : Vingt ans déjà se vend à plus de 80 000 exemplaires. Il abandonne le cabaret pour le récital en 1966. De 1967 à 1972, il enregistre quatre albums : Chansons pour vivre, Chansons de la Grande Patience, Je revendique, Faire le point. Entre 1975 et 1978, il travaille avec Jean-Claude Petit et Jean-François Gaël pour les musiques, et l'arrangeur musical Jean Musy à une cantate intitulée Mon pays. Refusée par sa maison de disques (Le Chant du Monde), cette œuvre ne sera publiée qu’en 1999. En 1984, il abandonne momentanément la chanson. Il travaille alors pour le cinéma en Italie, après avoir rencontré Monica Vitti, pour qui il écrit un film (jamais réalisé). Il revient à la chanson en 1993 avec l'album Racines, avec lequel il remonte sur scène. Il publie ensuite deux livres, l’un consacré au maquis (La Trop Courte Vie d’Adrien), l’autre à la guerre d’Algérie (Les Portes de fer). En 2003, il sélectionne une petite cinquantaine de ses chansons pour figurer dans un double album compilatoire intitulé Quarante ans de chansons. Discographie Albums studio 1963 : Claude Vinci chante Paul Éluard (Philips) 1964 : Vingt ans déjà... 1966 : Chansons pour vivre 1967 : Octobre 1969 : Chansons de la grande patience (volume 1) 1969 : Chansons de la grande patience (volume 2) 1971 : Je revendique 1972 : Faire le point 1993 : Racines 1999 : Mon pays Compilation 2003 : Quarante ans de chansons Ses titres Basta Paris. 3'55" Mes racines. 2'54" Nous sommes si heureux. Matinale. L’incertitude Était-ce à la fin août Le rat. Berlin mon amour. Chronique provençale. Ton manteau afghan Et s’il fallait. Écrire pour ne pas mourir. Anarchie historique.

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist