• -40%
Pierre MAC ORLAN
Pierre MAC ORLAN

Pierre MAC ORLAN

980472
4,80 € 8,00 € -40%
Temps restant
Poèmes chantés par Monique Morelli
1 CD-DC

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
Chanté par Monique Morelli

1 Nelly
2 Catari de Chiaia
3 Fanny de Lanninon
4 Le tapis franc
5 La ville morte
6 La fille des bois
7 La rue qui pavoise
8 Le pont du Nord
9 Les progrès d'une garcde
10 Ça n'a pas d'importance
11 À Sainte Savine
12 La chanson de Margaret
13 Les quatre saisons
14 Les compagnons du tour de France
15 La fille de Londres
16 Marie-Dominique
17 Merci bien
18 Bel'Abbès
19 Ballade de ma protection
20 Marguerite-Luc

Vous pouvez écouter des extraits en cliquant sur le titre désiré au centre du player, vous avez aussi la possibilité de télécharger des titres ou l’album entier en cliquant sur les liens en-dessous de la pochette : par exemple sur iTunes ou amazon

Écrivain, poète, journaliste peintre français Pour commencer, l'homme ne s'est jamais appelé Mac Orlan, mais Dumarchais, comme tout un chacun. Pierre Dumarchais, né à Péronne, sur la Somme, le 26 février 1882, et mort à Saint-Cyr-sur-Morin, en Seine-et-Marne, à moins de cent cinquante kilomètres de là, aux premiers jours de l'été 1970. La banalité vous joue parfois de ces tours… lorsque l'on se sent une âme d'aventurier. Condisciple de Gaston Couté, au lycée d’Orléans, il s’en fera comme lui renvoyer pour mauvais résultats, paresse et indiscipline. Se sentant alors une vocation de peintre, il se met en route pour Paris, au début de l'hiver 1899. Commencent alors des années difficiles, pour celui qui ne prendra le pseudonyme de Mac Orlan qu'à partir de 1905. Difficiles sur le plan matériel ; mais les plus riches qui soient, du point de vue de l'aventurier. Entre deux séjours sur la Butte Montmartre, on le croise à Rouen, à Nancy, Naples, Palerme, Florence, Marseille, Bruges, Londres, Copenhague, Port-Saïd, etc. Une douzaine d'années d'errance où, selon ses propres termes, il vécut “ dans le climat d'une misère permanente… ”. En 1912, il entre au quotidien Le Journal, où il commence à publier des contes humoristiques. Mobilisé aux premiers jours de la Première Guerre mondiale, il est blessé, en 1916, au cours de l’offensive de la Somme ; ce qui lui vaut d'être réformé. Rendu à la vie civile, l'écrivain humoristique, complètement transformé par l'expérience de la guerre, publie bientôt ce qui reste l'un de ses meilleurs romans : Le chant de l'équipage. Au cours des années qui suivront, bien que devenu romancier à succès, Mac Orlan ne renoncera jamais à son travail de journaliste et livrera de passionnants reportages sur le Maroc, la Tunisie, l'Angleterre ou l'Espagne. Pourtant, à partir de 1927 - année de publication de Quai des brumes - il s'installe à Saint-Cyr-sur-Morin, dans une ancienne ferme restaurée dont il ne sortira pratiquement plus, consacrant désormais le plus clair de son temps à la seule écriture. Se penchant sur l'énorme masse de souvenirs, de rencontres, de choses vues et d'impressions notées au vol qu'il a accumulée au cours de ses années de vagabondage, il y puise la matière première de ce qu'il appelle "le fantastique social". Bien qu'il ait toujours écrits des poèmes et des bouts de chansons, la période où cette dernière s'affirme comme une composante à part entière de son œuvre d'écrivain est relativement brève et précise. Grosso modo, une petite décennie, entre la fin des années 40 et celle des années 50 ; mais, du propre aveu de leur auteur, ces textes font référence à ces années d'avant-guerre que l'on peut considérer comme ses années d'apprentissage. Ainsi affirme-t-il : “ Pour moi, écrire des chansons, c'est écrire mes mémoires : les textes rassemblés ici correspondent à une somme d'expériences vécues, pour l'essentiel, entre 1899 et 1918. Les images auxquelles ils se réfèrent sont aujourd'hui détruites. ” Elu, en 1950, à l'Académie Goncourt, Pierre Mac Orlan regroupera ses chansons dans deux recueils : Chansons pour accordéon et Mémoires en chansons où le vieux poète-aventurier semble jeter un dernier regard par dessus son épaule de voyageur revenu de tout. Marc Robine BIBLIOGRAPHIE (sélective) Romans et poèmes Editions Gallimard Le chant de l’équipage La cavalière Elsa Le quai des brumes La bandera Quartier réservé A bord de l’étoile Matutine Mademoiselle Bambu Le tueur No 2 Petit manuel du parfait aventurier L’ancre de miséricorde Le Bal du Pont du Nord Chansons pour accordéon Poèsies documentaires complètes Mémoires en chansons Editions Grasset Marguerite de la nuit La Musardine Editions Arlea Rues secrètes Editions Le Castor Astral La Seine

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist