Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

  BRÉSIL / João GILBERTO / DESAFINADO Agrandir

BRÉSIL / João GILBERTO / DESAFINADO

1 CD - 24 TITRES / DESAFINADO / LES 2 PREMIERS ALBUMS DE BOSSA NOVA / INCLUS LE SUCCÈS MONDIAL DESAFINADO / DES ALBUMS MYTHIQUES DE LA BOSSA NOVA

Plus de détails

R508

4,80 €

Prix réduit !

-40%

8,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Type de musique
VARIÉTÉS
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
HOMMAGE À UN IMMENSE MUSICIEN QUI A INVENTÉ LA BOSSA NOVA

Les premiers albums de Bossa Nova
 
Chega de Saudade (1959)
 
1 Chega de Saudade (No More Blues)           2:03 
Antonio Carlos Jobim / Vinicius de Moraes
 
2 Lobo Bobo (Foolish Wolf)                1:21 
Carlos Lyra / Ronaldo Bôscoli
 
3 Brigas Nunca Mais (Fights, Never More)                     2:06 
Antonio Carlos Jobim / Vinicius de Moraes
           
4 Hó-Bá-Lá-Lá                 2:17 
João Gilberto
 
5 Saudade Fêz Um Samba (Saudade Made a Samba)             1:47
Carlos Lyra / Ronaldo Bôscoli
 
6 Maria Ninguém (Maria Nobody)              2:23 
Carlos Lyra
 
7 Desafinado (Off-Key)             1:58 
Antonio Carlos Jobim / Newton Mendonça           
 
8 Rosa Morena (Brunette Rose)                   2:06 
Dorival Caymmi
 
9 Morena Boca De Ouro (Brunette With a Mouth of Gold)               2:01
Ary Barroso
 
10 Bim Bom
João Gilberto
 
11 Aos Pés da Cruz (At the Foot of the Cross)                1:35 
Marino pinta / Ze da Zilda
 
12 E Luxo Só (It's Just a Luxury)                  1:59 
Ary Barroso
 
Brazil’s brilliant (1961)
 
13 Samba de una Nota Só                   1:38 
Antonio Carlos Jobim
 
14 Doralice                        1:27 
Dorival Caymini
 
15 Só Em Teus Bracos               1:47 
Antonio Carlos Jobim
 
16 Trêvo de 4 Folhas                1:24 
Mort Dixon / Harry Woods
 
17 Se É Tarde Me Perdoa                    1:47 
Carlos Lyra / Ronaldo Boscoli
 
18 Um Abraço No Bonfá                      1:37 
João Gilberto
 
19 Meditacao                    1:46 
Antonio Carlos Jobim
 
20 O Pato                2:01 
Jayme Sylva / Neuza Teixiera
 
21 Corcovado                   1:59 
Antonio Carlos Jobim
 
22 Discussao                     1:50 
Antonio Carlos Jobim
 
23 Amor Certinho                      1:52             
Roberto Guimarães
 
24 Outra Vez                     1:51 
Antonio Carlos Jobim

ALBUM : CHEGA DE SAUDADE (1959)
 
La genèse de l'album débute en mai 1958 lors de la sortie de l'album Canção do amor demais, entièrement composé par Antônio Carlos Jobim et Vinícius de Moraes et chanté par Elizeth CardosoJoão Gilberto y fait deux apparitions très remarquées, sur les pistes Chega de saudade et Outra vez, dans lesquelles il utilise pour la première fois cette façon novatrice et si particulière de jouer de la guitare qu'on appellera la batida. Selon Walter Garcia, cette dernière se caractérise par une combinaison rythmique entre la régularité de la basse et l'irrégularité des accords.
Quelques jours plus tard, João Gilberto est une seconde fois invité à assurer à la guitare l'enregistrement de la chanson Chega de saudade, cette fois-ci pour le groupe Os Cariocas. Éprouvant des difficultés avec la batida si inhabituelle de João Gilberto, le guitariste du groupe lui demande d'enregistrer à sa place ce titre sur l'album O melhor de...Os Cariocas. Selon Joël Leibovitz, cet enregistrement aurait fait prendre conscience à João Gilberto de la nécessité d'enregistrer lui-même cette chanson dont il s'était si bien approprié le rythme à la guitare. Bien qu'Aloysio de Oliveira, alors directeur artistique pour la maison de disques Odéon, n'était a priori pas très enthousiaste à l'idée de laisser carte blanche au jeune João Gilberto, il finit par lui accorder la faveur d'un enregistrement sous la forme d'un 78T en juin 1958.
L'enregistrement de ce premier 78T pour Odéon ne sera pas sans difficultés : João Gilberto, qui avait ses propres idées, trouvait les arrangements musicaux d'Antônio Carlos Jobim trop simples et exigeait la présence en studio de deux microphones, pour la guitare et pour la voix. Après plusieurs semaines difficiles, le second album de João Gilberto (si l'on exclut les deux disques enregistrées avec le groupe Os Garotos da Lua) sort le 10 juillet 1958. Celui-ci contient Chega de saudade, composée par Antônio Carlos Jobim et Vinicius de Moraes, et Bim Bom, une composition toute personnelle de l'artiste bahianais. Radicalement nouvelle, la façon de chanter de João Gilberto fait aussitôt bondir l'un des cadres de sa maison de disques qui, indigné après avoir entendu sa voix douce et frêle, brise le disque Chega de Saudade/Bim Bom. Mais, d'autres, largement majoritaires, sont conquis par cette voix reconnaissable entre mille et par cette batida qui deviendront les signatures de João Gilberto.
Cette première collaboration Jobim/Gilberto étant un succès commercial, un second 78T est commandé au duo par la maison de disques. En dépit des précautions prises par Antônio Carlos Jobim pour éviter les complications apparues lors du premier enregistrement en studio, il faudra quelque treize prises pour arriver au produit final réunissant les titres Desafinado, composée par Antônio Carlos Jobim et Newton Mendonça et Hô-Bá-lá-lá, un boléro composée par João Gilberto. Finalement sorti le 10 novembre 1958, le disque devient très vite un succès, tout comme son prédécesseur. S'impose alors l'idée d'un album complet de douze titres, incluant les deux précédents 78T et qui s'intitulerait tout simplement Chega de saudade. Dès le 23 janvier 1959João Gilberto entre en studio pour enregistrer Brigas, nunca mais, puis Morena bouca de ouro une semaine plus tard. Il enregistre enfin les six dernières pistes restantes (Lobo boboSaudade fez um sambaMaria ninguémRosa morenaAos pés da Santa CruzÉ luxo só) le 4 février 1959. Le succès étant toujours au rendez-vous, un troisième 78T comprenant les titres Lobo bobo et Maria ninguém est édité dans la foulée par Odéon en mars 1959. Il a pour intérêt de présenter deux chansons composées par l'artiste carioca Carlos Lyra qui ne tardera à les enregistrer à son tour dans un album, Bossa Nova, qui deviendra un classique du nouveau mouvement musical. L'album mythique sera finalement commercialisé à partir du 8 mars 1959.
 
ALBUM : BRAZIL'S BRILLIANT (1961)

La genèse du second album mythique de João Gilberto commence dès la fin de l'année 1959. Le succès conjugué de son premier 33T et de son premier 45T fait réfléchir Aloysio de Oliveira, alors directeur artistique pour la maison de disques Odeon, à un projet musical de même acabit que Chega de saudade sous la forme d'un 33T de douze titres. Antônio Carlos Jobim, qui craignait de revivre les difficultés éprouvées lors de l'enregistrement du premier 33T de João Gilberto, aura été positivement surpris cette fois-ci: l'enregistrement du disque s'échelonne seulement sur 11 jours et aucun incident technique notable n'est à déplorer.
Outre les six titres d'Antônio Carlos Jobim (Samba de uma nota sóMeditaçãoDiscussãoSó em teus braçosCorcovado et Outra Vez), João Gilberto enregistre le titre Um abraço no Bonfá, une composition personnelle écrite et composée en hommage à son ami Luiz Bonfá, parti vivre aux États-Unis. Le disque contient en outre une version originale de la samba Doralice, de Dorival Caymmi. Cette chanson deviendra elle aussi un classique de la bossa nova et du jazz, repris à travers le monde.
La sortie de l'album en mai 1960 est un énorme succès commercial au Brésil, le mouvement musical de la bossa nova attirant la jeunesse de Rio de Janeiro et de São Paulo. La plupart des chansons de cet album sont aujourd'hui des standards musicaux du jazz. Aloysio de Oliveira prend acte de cette affection du public brésilien pour le jeune bahianais et lui demande de se préparer à enregistrer un troisième 33T, dont la sortie serait prévue en début d'année 1961 et qui s'intitulerait tout simplement João Gilberto.


João Gilberto,

de son nom complet João Gilberto Prado Pereira de Oliveira, est un musicien brésilien né le 10 juin 1931 à Juazeiro dans l’État de Bahia et mort le 6 juillet 20191 à Rio de Janeiro2.
Il est considéré comme le principal créateur de la bossa nova. En 1958, il remporte un vif succès au Brésil avec la chanson Chega de saudade mais ce n'est qu'en 1964 que son succès devient international avec son interprétation de A Garota de Ipanema (The Girl From Ipanema), accompagné de Stan Getz. Depuis, cette chanson a été reprise en diverses langues par de nombreux artistes prestigieux tels que Frank SinatraNat King Cole ou encore Ella Fitzgerald.
João Gilberto naît dans l'État de Bahia. Son éducation musicale se fait à l'oreille, un de ses voisins diffuse par haut parleur placé dans la rue principale de Juazeiro des musiques variées dont il profite2. À l'âge de 14 ans, son grand-père lui offre sa première guitare. À 18 ans, il quitte son village natal pour se rendre dans la grande ville de Salvador de Bahia. Guitariste autodidacte, il monte enfin à Rio de Janeiro en 1950, devient « chanteur à la radio »2 et obtient quelque succès en tant que vedette principale d’une formation de l’époque, Os Garotos da Lua (dans un registre vocal très différent de celui qui lancera finalement la bossa nova en 1958) ; il en est congédié au bout d'un an après deux enregistrements. Insatisfait et perfectionniste il s'isole pendant plusieurs années d’errance et de marginalité, pendant lesquelles il n’a de cesse de se chercher ce mode d’expression à la guitare qui fera sa légende;

La bossa nova

Ses efforts sont récompensés à partir de 1957, notamment par la rencontre du compositeur Tom Jobim avec qui il enregistre les premiers et les plus grands succès de la bossa nova, d'abord comme guitariste sur un disque de Elizeth Cardoso, Canção do Amor Demais, essentiellement co-composé par Jobim et le poète Vinícius de Moraes. Muni d'un contrat de débutant, sous le label Odéon, il enregistre en 1958 trois 78T. André Midani chargé de marketing du label distribue gratuitement aux jeunes collégiens et étudiants 3 000 78 tours2, ce qui propulsera le succès du 33T Chega de Saudade. Ces disques lancent au Brésil à la fois la carrière du chanteur-guitariste et tout le mouvement musical « bossa nova ». Joao Gilberto parle modestement de son invention comme « une petite samba faite d'une seule note »2. Ce premier album de João Gilberto obtient un énorme succès dans le pays. Il est considéré généralement comme le premier album bossa nova véritable. Outre l'inoubliable Chega de saudade, il contient Desafinado, Rosa morena et Brigas nunca mais.

Deux autres 33T, O amor, o sorriso e a flor et João Gilberto, suivent respectivement en 1960 puis en 1961. On y trouve des compositions de Jobim/Moraes (CorcovadoInsensatez, O amor em paz), des chansons de leur aîné Dorival Caymmi (Samba da minha terra, Saudade da Bahia, Rosa Morena), des sambas des années 1930 (A primeira vez), des compositions nouvelles de Carlos Lyra (Você e eu, Coisa mais linda) et Roberto Menescal (O barquinho), toutes exécutées dans ce style novateur mis au point par João. Ce style peut se résumer en une adaptation à la guitare solo de la rythmique syncopée du samba traditionnel.
Lors d'une tournée en Italie, en 1961, il découvre la chanson de Bruno MartinoEstate, qu'il adaptera plus tard en bossa nova et qui deviendra un standard international interprété par les plus grands musiciens de jazz, de Chet Baker à Michel Petrucciani en passant par Toots Thielemans.
À partir de 1962, la bossa intéressant certains jazzmen aux États-Unis, dont Stan Getz, Gilberto et Jobim se rendent à New York afin de travailler sur ce qui devait devenir le best-seller du jazz, le 33T Getz/Gilberto, sur lequel la femme de João, Astrud, débute aussi sa carrière de chanteuse, notamment avec la chanson A Garota de Ipanema/The Girl from Ipanema. Le disque est un triomphe et un concert historique a lieu au Carnegie Hall le 9 octobre 1964. Ce dernier sera enregistré et un second album Getz/Gilberto vol. 2 paraîtra en 1966.
João Gilberto continue à jouer dans les années 1960, mais attend 1970 pour produire un nouvel album studio, Ela é Carioca, réalisé au Mexique où il vit alors.
Le disque João Gilberto, parfois surnommé l’« Album blanc de la bossa », sort en 1973. Interprété presque uniquement au chant-guitare, d’une sensibilité cool et quasi mystique, ce disque marque un certain éloignement du son de João connu jusqu’alors. Cet album comprend notamment le succès Águas de Março de Antônio Carlos Jobim et regroupe entre autres les chansons Falsa bahiana et E preciso perdoar


Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal