• -40%
  • Nouveauté
Don BYAS / MELODY IN SWING
Don BYAS / MELODY IN SWING
Don BYAS / MELODY IN SWING
Don BYAS / MELODY IN SWING

Don BYAS / MELODY IN SWING

R611
4,00 € 6,67 € -40%
Temps restant
1 CD / DON BYAS / MELODY IN SWING / 1941 - 1945 / WITH COUNT BASIE, HOT LIPS PAGE, COZY COLE,  ERROLL GARNER...

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
DON BYAS 

MELODY IN SWING  1941 - 1945 

WITH COUNT BASIE, HOT LIPS PAGE, COZY COLE,  ERROLL GARNER...

LE CD

1 JUMP THE BLUES AWAY
2 TUESDAY AT TEN
3 I DO MEAN YOU
4 HARVARD BLUES
5 SUGAR BLUES
6 DANCE OF THE TAMBOURINE
7 YOU NEED COACHIN'
8 BYAS D'OPINION
9 COMES THE DON
10 PENNIES FROM THE HEAVEN
11 SHOULD I?
12 JAMBOREE JUMP
13 FRUIT SALAD
14 LITTJE WHITE LIES
15 THEM THEIR EYES
16 YOU CAME ALONG (OUT OF NOWHERE)
17 MELODY IN SWING (OUT OF MUY WAY)
18 BLUE AND SENTIMENTAL
19 WRAP YOUR TROUBLES IN DREAMS
20 SMOKE GETS IN YOUR EYES

With Count Basie Orchestra, Hot Lips Page's Swing Seven, Cozy Cole Orchestra, Don Byas All Stars & Erroll Garner Quartet

Carlos Wesley Byas, dit Don Byas, né le 21 octobre 1912 à Muskogee (Oklahoma) et mort le 24 août 1972 à Amsterdam, est un saxophoniste ténor américain, dont le style fait la transition entre la fin du swing et le début du bebop. Son choix de s'installer en Europe en 1946, loin des radars de la critique américaine, explique la peu de place qui lui est accordée dans les livres d'histoire du jazz
Les parents de Don Byas étaient tous deux musiciens. Sa mère jouait du piano et son père était clarinettiste. Byas commença son apprentissage par la musique classique, d'abord au violon, puis à la clarinette et enfin au saxophone alto. Il en jouera jusqu'à la fin des années 1920.

Il joua pour l'orchestre local à 17 ans avec des musiciens comme Bennie MotenTerrence Holder (en) et Walter Page's Blue Devils. Au Langston College, dans l'Oklahoma, il fonda et dirigea le groupe de l'école, Don Carlos and His Collegiate Ramblers en 1931-1932.

Byas échange l'alto contre le tenor après avoir déménagé sur la côte Ouest, et il joua avec différents groupes de Los Angeles. En 1933, il participa à une tournée sur la côte avec le groupe de Bert Johnson, Johnson's Sharps and Flaps. Il joua également pour le groupe de Lionel Hampton au Paradise Club en 1935, avec le saxophoniste, clarinettiste et arrangeur Eddie Barefield et le tromboniste, Tyree Glenn. Il fut membre de bien d'autres groupes dans cette région, tels ceux de Buck Clayton (1936), Lorenzo Flennoy (en) et Charlie Echols (en). À la fin des années 1930, il joue dans plusieurs groupes de swing : Don RedmanAndy Kirk

De 1941 à 1943, il remplace Lester Young en tant que soliste dans l'orchestre de Count Basie, aux côté duquel il enregistre Swinging the BluesRoyal Garden Blues ou encore Harvard Blues, un morceau qui met en valeur sa sonorité riche et profonde. Au Minton's Playhouse et sur la 52e rue, il joue également avec la jeune génération bebop, comme Charlie Parker et Dizzy Gillespie. Il se familiarise avec le langage bebop en petite formation entre 1943 et 1946.

En 1946, Don Byas tourne en Europe avec l'orchestre de Don Redman. Il décide de s'y installer, vivant en France, aux Pays-Bas et au Danemark.

En avril 1950 il rejoint l'orchestre de Duke Ellington en tournée en Europe.

Il ne retourne aux États-Unis qu'une seule fois pour une tournée en 1970, au cours de laquelle il joue au Newport Jazz Festival

Il meurt le 24 août 1972 à Amsterdam.

Don Byas est un des chaînons de la transition entre la fin du swing et le début du bebop.

C'est entre 1943 et 1946 qu'il se familiarise avec les harmonies et les rythmes bebop. En 1945, il enregistre des duos avec le contrebassiste Slam Stewart (IndianaI Got Rhythm) qui sont représentatifs de son style : de longues phrases fluides, avec un son riche hérité de Coleman Hawkins, et des harmonies modernes issues du bebop.

Il est notamment réputé pour son interprétation de ballades : « sur la ballade Laura, qui fut son cheval de bataille, ou plutôt son irrésistible instrument de séduction, il déploie toutes les ressources de son art, donnant le sentiment que chaque note rend un hommage lascif à la beauté ».

Discographie

  • 1953 : At His Best, avec l'orchestre de Tony Proteau (Vogue)
  • 1954 : Don Carlos Meets Mary Lou, avec Mary Lou Williams (Vogue)
  • 1954 : Beryl Booker Trio with Don Byas in Paris, avec Beryl Booker (en) (Discovery)
  • 1957 : Jazz at Saint-Germain Des Prés (Verve)
  • 1962 : Amoureusement votre…, avec l'orchestre de Jacques Denjean (Polydor, sorti sous d'autres noms chez d'autres labels5)
  • 1964 : Don Byas' 30th Anniversary Album (Fontana)
  • 1964 : Anthropology (Black Lion)
  • 1969 : Don Byas Meets Ben Webster (Prestige, également sorti chez SABA sous le titre Ben Webster Meets Don Byas)
  • 1998 : Autumn Leaves (Jazz House)
  • 2012 : Don Byas at Nalen (Riverside)
  • Wikipédia

Vous aimerez aussi

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist