FASCINATING GRAPPELLI

FASCINATING GRAPPELLI

986987
15,00 €
HOMMAGE À GRAPPELLI /  PAR OLIVIER LECLERC (violon) JEAN BAPTISTE GAUDRAY (guitare) ZACHARIE ABRAHAM (contrebasse)

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
 
Fascinating Grappelli est un trio constitué d’Olivier Leclerc au violon, de Jean-Baptiste Gaudray à la guitare et de Zacharie Abraham à la contrebasse. Ils rendent, dans ce CD éponyme, un formidable hommage aux divers trios qu’affectionnait tant Stéphane Grappelli à partir des années 70. Aux neuf reprises issues du répertoire de l’immortel Stéphane, Fascinating Grappelli ajoute trois compositions originales dont l’une, Flowers, est un clin d’œil aux chemises à fleurs que cet improvisateur d’exception arborait sur toutes les scènes du monde.
 
1 Till the cloud roll by
2 Flowers
3 Valse du passé
4 Tiger rag
5 Un jour ou l'autre
6 It's only paper moon / Mean to me
7 Do you know what il means to miss New Orleans ?
8 À l'heure de pointe
9 Someone to watch over me
10 Milou
11 The jitterbug waltz
12 Fascinating rhythm
 
 
 
 
Stéphane Grappelli, né le 26 janvier 1908 à Paris et mort le 1er décembre 1997 dans la même ville, est un violoniste, pianiste, et jazzman italo-français. Il fait partie des plus grands violonistes de jazz du xxe siècle et créa le « Quintette du Hot Club de France » avec Django Reinhardt. Biographie Les cendres de Stéphane Grappelli reposent au columbarium du Père-Lachaise à Paris. Stéphane Grappelli naît le 26 janvier 1908, à l'hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement de Paris, de père italien, Ernesto, né à Nettuno, et de mère française, Anna-Émilie Hanocque, née à Saint-Omer. Il est reconnu par ses parents en novembre 1911, un mois avant leur mariage in extremis, et sa mère meurt peu après, alors qu'il n'a que quatre ans. Vers l'âge de douze ans, il commence à jouer du violon dans les rues et les cours d'immeubles, pour rapporter un peu d'argent à la maison. Il débute dans la carrière professionnelle en 1923 comme violoniste et pianiste dans les cinémas, pour accompagner les films muets. En 1931 et 1932, Stéphane Grappelli joue dans l’orchestre du club la Croix du Sud, dirigé par André Ekyan, au côté de Django Reinhardt et Alix Combelle. En 1934, Stéphane Grappelli et Django Reinhardt créent le Quintette du Hot Club de France avec le contrebassiste Louis Vola, ainsi que Joseph Reinhardt (le frère de Django) et Roger Chaput, tous deux à la guitare. Un violon, une contrebasse et trois guitares : le Quintette ėtait né. Ce dernier aura toujours une existence « intermittente », malgré plusieurs tournées et de très nombreux enregistrements. Parallèlement, Stéphane travaille, durant les années 1920 et les années 1930, avec tous les musiciens du moment et fréquente de nombreux orchestres, plus souvent au piano qu'au violon. Il est notamment très présent d'abord comme pianiste, ensuite comme violoniste dans l'orchestre de Krikor Kelekian (dit Grégor), dont la formation, connue sous le nom de Grégor et ses Grégoriens, fait partie des meilleurs orchestres du moment, regroupant la fine fleur des musiciens de l'époque comme le jeune batteur Jerry Mengo. Il y retrouve notamment son ami le grand violoniste Michel Warlop, mais également Sylvio Schmidt, talentueux violoniste lui aussi, ou encore Stéphane Mougin, un des meilleurs pianistes de jazz dans cette riche "faune" musicale. Quand la guerre 1939-1945 éclate, il se trouve en tournée avec le Quintette du Hot Club de France en Angleterre. Le 3 septembre, lorsque les sirènes se déclenchent, Django est pris de panique et rentre aussitôt en France, mais Stéphane, malade, reste bloqué à Londres. Il est remplacé à Paris par le clarinettiste et saxophoniste de jazz Hubert Rostaing. Stéphane Grappelli passe la guerre en Angleterre, y jouant notamment avec le pianiste George Shearing. Il y développe sa carrière de manière importante, peaufinant et affinant sa technique, son style, sa musicalité, et y compose beaucoup. Quand il retrouve Django, en 1946, ils jouent et enregistrent spontanément La Marseillaise rebaptisée Echoes of France4 pour cause d'enregistrement en Angleterre. Cet enregistrement fait scandale et la matrice est d'ailleurs détruite. Après son partenariat avec Reinhardt — qui a donné naissance à ce qu'on appelle maintenant le « swing manouche », il enregistre plus d'une centaine de disques avec les grands musiciens de la planète, notamment avec Oscar Peterson, Jean-Luc Ponty, Philip Catherine, Michel Petrucciani, le Rosenberg Trio, le chanteur Paul Simon, David Grisman ou encore Yehudi Menuhin ; sans oublier ses collaborations avec des grands noms de la musique du monde, tel que le violoniste indien Lakshminarayana Subramaniam. Il a également joué du violon sur le titre "Wish You Were Here" de Pink Floyd, mais la prise n'a pas été utilisée dans le mixage final pour la sortie de l'album éponyme original en 1975. Toutefois, la version figure en bonus de la réédition de 2011. Il est aussi le compositeur et interprète des morceaux originaux constituant la bande-son du film Les Valseuses de Bertrand Blier sorti en 1974, ainsi que de la musique de Milou en mai, film de Louis Malle de 1989. D'après le générique de Milou en mai, les musiciens rassemblés autour de Stéphane Grappelli en 1989 sont Marc Fosset, Maurice Vander, Martin Taylor, Jack Sewing, Pierre Gossez et Marcel Azzola. Ils enregistrent la bande originale du film au studio de la Grande Armée. Après avoir joué en quartet ou trio avec guitares (Diz Disley, Ike Isaac, Martin Taylor, Louis Stewart, Bucky Pizzarelli…) et contrebasse (Patrice Caratini, Jack Sewing, Jon Burr…) depuis le début des années 1970, il termine sa carrière au sein d'un trio comprenant Marc Fosset à la guitare et Jean-Philippe Viret à la contrebasse. Il meurt le 1er décembre 1997 dans le 11e arrondissement de Paris. Ses cendres reposent au columbarium du Père-Lachaise (case 417). Grappelli jouait avec un violon fait par Pierre Jean Henri Hel Discographie Improvisations (en) (Paris, 1956) Djangology: Django Reinhardt the gypsy genius (1936 à 1940) Stéphane Grappelli et Django Reinhart, the Gold Edition (1934 à 1937, copyright 1998) Stéphane Grappelli 1992 Live (1992, Verve) Stéphane Grappelli à Tokyo (1991, A & M records) Just One Of Those Things (1984, EMI Studios) Stéphane Grappelli Live at the Blue Note (1996, Telarc Jazz) Bill Coleman avec Django et Stéphane Grappelli 1936 à 1938 (reprise 1985, DRG Records) Fascinating Rhythm (1986, Jazz Life) Parisian Thoroughfare (1997, Laserlight) Martin Taylor Reunion (1993, Linn Records) The Intimate Grappelli (1988, Jazz Life) Jazz Masters (20+-year compilation, 1994, Verve) Michel Legrand (1992, Verve) Oscar Peterson Skol (1979, reprise 1990 Pablo) Hommage à Django (1972, reprise 1976 Classic Jazz) Bach to the Beatles (1991, Academy Sound) Stéphane Grappelli Plays Jerome Kern (1987, GRP) How Can You Miss, avec Louis Bellson et Phil Woods (1989, Rushmore) Young Django (1979, MPS) Live in San Francisco (1986, Blackhawk) 85 and Still Swinging (1983, Angel) Vintage 1981 (1981, Concord) Jean-Luc Ponty Violin Summit (1989, Jazz Life) Martin Taylor: We've Got The World on a String (1984, EMI) Stuff Smith: Violins No End (1984, Pablo) Sonny Lester Collection (1980, LRC) Stéphane Grappelli et Joe Venuti: Venupelli Blues (1979, Affinity) Shades of Django (1975, MPS) Afternoon in Paris (1971, MPS) Live at Carnegie Hall (1978, Signature) Jazz 'Round Midnight (1989, Verve) Unique Piano Session Paris 1955 (1955, Jazz Anthology) Stéphane Grappelli and Cordes (1977, Musidisc) Satin Doll (1975, Vanguard) Manoir de mes rêves (1972, Musidisc) My Other Love au piano (1990 CBS records) Grappelli joue George Gershwin (1984, Musidisc) Stéphane Grappelli (PYE) Stéphane Grappelli - i got rhythm! (1974, Black Lion Records) avec Diz Disley (en), Denny Wright (en) et Len Skeat (en) enrefgistré au Queen Elizabeth Hall, Londres, 5 novembre 1973 Diz Disley (en) Live at Carnegie Hall (1983, Dr Jazz) The Rock Peter and the Wolf (en) (1976 RSO Records) (2007 CD Verdant Records) avec Jack Lancaster (en), Phil Collins, Brian Eno, Gary Brooker, Gary Moore, Alvin Lee. Manfred Mann etc. Stephane Grappelli live in Warsaw with McCoy Tyner, (1999, The Essence TBP 1036). Collaborations Stéphane Grappelli et Duke Ellington: Duke Ellington's Jazz Violin Session (1963, Paris) Stéphane Grappelli et Claude Bolling: First Class (1992, Milan) Stéphane Grappelli et Gary Burton: Paris Encounter (1972, Atlantic) Stéphane Grappelli et Hubert Clavecin: Dansez sur vos souvenirs (Musidisc) Stéphane Grappelli et David Grisman Live (1981, Warner Brothers) Stéphane Grappelli et Barney Kessel: Remember Django (1969, Black Lion Records) Stéphane Grappelli et Barney Kessel: Limehouse Blues (1972, Black Lion) Stéphane Grappelli et Yo Yo Ma: Anything Goes (1989) Menuhin et Grappelli jouent Berlin, Kern, Porter and Rodgers & Hart (1973 to 1985, EMI) Stéphane Grappelli et Yehudi Menuhin: Jalousie (1975, EMI) Stéphane Grappelli et Helen Merrill (1986, Music Makers) Stéphane Grappelli et Oscar Peterson (1973, Musicdisc) Stéphane Grappelli et Jean-Luc Ponty: Compact Jazz (1988, MPS) Stéphane Grappelli et le Trio George Shearing: La Réunion (1977, MPS) Stéphane Grappelli et Martial Solal, Happy Reunion (1980, MPO) Stéphane Grappelli et Martial Solal: Olympia 1988 (1988, Atlantic) Stéphane Grappelli avec Marc Fosset Stephanova (Concord Jazz, 1983) Stéphane Grappelli et le docteur L. Subramaniam: Conversations (1992, Milestone) Stéphane Grappelli et Toots Thielemans: Bringing it Together (1984, Cymekob) Stéphane Grappelli et McCoy Tyner; One on One (1990, Milestone) Stéphane Grappelli et Joe Venuti: Best of Jazz Violins (1989, LRC) Violin Summit: Stéphane Grappelli, Stuff Smith, Svend Asmussen, Jean-Luc Ponty (1967, Polygram) Stéphane Grappelli et Baden Powell: La grande Réunion (1974, Accord) Stéphane Grappelli et Paul Simon "Paul Simon" (9) 1972 Hobo's Blues (Columbia 1972) Stéphane Grappelli et Earl Hines: Stéphane Grappelli rencontre Earl Hines Stéphane Grappelli et Michel Petrucciani: Flamingo (1995) Stéphane Grappelli et Pink Floyd : Wish You Were Here (1975) (version alternative de la chanson-titre en bonus de la réédition de 2011) Grappelli en 1991. Prix et hommages Grand prix SACEM 1995 : hommage à Stéphane Grappelli6 commandeur de la Légion d'Honneur commandeur de l'ordre du Mérite Victoire de la musique du musicien de jazz de l'année 19877 Prix In Honorem de l'Académie Charles-Cros en 1969. Grammy du couronnement d'une carrière en 1997 Merci Wikipédia

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist