Henri GARAT / 1931  - 1933

Henri GARAT / 1931 - 1933

119
8,00 €
SES SUCCÈS / 1 CD RÉÉDITION EPM-CHANSOPHONE

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
1931 - 1933
 
1 Avoir un bon copain
2 Si c'est ça l'amour
3 Tout est permis quand on rêve
4 Avec une petite femme
5 La Biguine
6 Il faut encore
7 Sur la terre
8 C'est suffisant pour des amants
9 Je suis fait pour toi
10 Delphine
11 Si vous saviez mesdames
12 Deux jolis yeux, un nez charmant, deux lèvres roses
13 Bonsoir m'amour
14 Te bercer, t'endormir
15 Ville d'amour
16 Serait-ce un rêve ?
17 Toi tout près de moi
18 Tant qu'il y a de l'amour
19 Je suis comique
20 J'aime les femmes
21 Pour mettre un peu d'entrain
22 Madame on ne peut (quand on est vraiement amoureux)
23 Ninon
Émile Henri Camille Garassu dit Henri Garat1, né le 3 avril 1902 dans le 11e arrondissement de Paris et mort le 13 août 1959 à Hyères (Var), est un chanteur4 et acteur français. Il est le frère de l'actrice Yvonne Garat. Biographie Fils de l'acteur de théâtre et de cinéma Édouard Garassu dit Jean Garat (1866-1943) et de Césarine Paola Lévy, Henri Garat naît au 120, boulevard Richard-Lenoir dans le 11e arrondissement de Paris. Après avoir occupé plusieurs emplois modestes entre 1912 et 1918 (plongeur, garçon de table, employé de grand magasin) alors que son père était sur le front, il entre au conservatoire de Bruxelles. Il est ensuite boy au Casino de Paris et figurant au Moulin Rouge5. En 1926, il remplace Maurice Chevalier dans l'opérette Ça, c'est Paris. En 1930, le cinéma parlant lui donne sa chance dans les versions françaises des productions allemandes de la UFA. Il remplace ainsi Willi Fritsch dans la version française de Die Drei von der Tankstelle, Le Chemin du paradis, où il donne la réplique à l'actrice allemande Lilian Harvey. Il y interprète également la chanson Avoir un bon copain qui devient un immense succès. Il tourne en 1931 Le congrès s'amuse (titre original : Der Kongreß tanzt) réalisé par Erik Charell et Jean Boyer dans lequel il chante Serait-ce un rêve . Il incarne un jeune premier idéal dans Un soir de réveillon (1933) et Il est charmant, deux opérettes d'Albert Willemetz adaptées au cinéma. Un contrat de trois ans en poche avec la 20th Century Fox, il part en 1933 pour les États-Unis et tourne à Hollywood dans Adorable, avec Janet Gaynor. En 1936, il joue aux côtés de Danielle Darrieux dans Un mauvais garçon, dont la chanson-titre remporte également un grand succès. En 1938, dans L'Accroche-cœur de Sacha Guitry, il joue aux côtés de Jacqueline Delubac. Mais son train de vie extravagant (auto, yacht, avion, château), sa consommation de cocaïne, ses mariages et ses divorces achèvent de le ruiner. Il ouvre un restaurant, un magasin de jouets, mais les chèques sans provision et les échecs de ses derniers films font qu'il sombre dans la dépression. En 1944, il part en Suisse pour suivre une longue cure de désintoxication6. On le voit ensuite en Angleterre (où il rencontre un certain succès), aux États-Unis, ainsi que sur la Côte d'Azur. En août 1950, il écrit à Albert Willemetz afin que celui l'engage dans la nouvelle Revue de l'Empire au côté d'Arletty, mais la distribution a déjà été bouclée. Néanmoins, Willemetz, touché de la détresse de l'artiste, lui envoie 500 francs. En 1951, il est à Alger. En 1952, il tente en vain un come-back à Paris dans un cabaret des Champs-Élysées. Au début de 1953, il donne un ultime tour de chant au cabaret la Villa d'Este, puis quitte la capitale pour la Côte d'Azur où on lui rend un ultime hommage au Casino de Juan-les-Pins et où il retrouve, entre autres, Lilian Harvey, avant de partir en tournée avec un cirque. Il meurt à Hyères en 1959, entouré de sa quatrième épouse et de leur jeune fils6. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (15e division). Vie privée Henry Garat a été marié quatre fois : avec Betty Rowe, danseuse épousée le 29 avril 1932 à Paris (17e), divorcés le 21 décembre 1937 : un fils ; avec l'actrice Marie Tchernycheff-Besobrasoff dite Illa Meery, épousée le 19 juillet 1939 à Paris (16e), divorcés le 6 novembre 1942 : sans postérité ; avec Jacqueline-Marguerite Nigon, infirmière épousée le 10 novembre 1945 à Louviers (Eure), divorcés le 28 avril 1950 : sans postérité ; avec Anna-Elisabeth Luginbühl, épousée le 30 juin 1951 à Paris (15e) : un fils. Théâtre 1923 : L'Amour masqué, opérette de Sacha Guitry, musique d'André Messager, théâtre Édouard VII 1932 : Un soir de réveillon, opérette de Paul Armont et Marcel Gerbidon, musique de Raoul Moretti, théâtre des Bouffes-Parisiens (décembre) Filmographie 1930 : Les Deux Mondes de Ewald André Dupont 1930 : Le Chemin du paradis de Wilhelm Thiele et Max de Vaucorbeil 1931 : Le congrès s'amuse d'Erik Charell et Jean Boyer 1931 : Flagrant délit de Georges Tréville et Hanns Schwarz 1931 : The Congress Dances - version anglaise du film précédent 1931 : Princesse, à vos ordres de Hanns Schwarz et Max de Vaucorbeil 1931 : La Fille et le Garçon de Wilhelm Thiele 1931 : Nos maîtres les domestiques de Grantham Hayes 1931 : Delphine de Jean de Marguenat et Roger Capellani 1931 : Il est charmant de Louis Mercanton 1931 : Studenter i Paris - version suédoise du film précédent 1931 : Rive gauche de Alexander Korda 1932 : Simone est comme ça de Karl Anton 1932 : Une étoile disparait de Robert Villers 1932 : Une petite femme dans le train de Karl Anton 1932 : Un rêve blond de Paul Martin 1933 : Adorable de William Dieterle - version américaine de Princesse, à vos ordres 1933 : Un soir de réveillon de Karl Anton 1933 : Une femme au volant de Kurt Gerron et Pierre Billon 1933 : On a volé un homme de Max Ophuls 1934 : Prince de minuit de René Guissart 1935 : Les dieux s'amusent de Reinhold Schünzel et Albert Valentin 1935 : Valse royale de Jean Grémillon 1936 : Les Gais Lurons de Paul Martin et Jacques Natanson 1936 : Un mauvais garçon de Jean Boyer 1936 : La Souris bleue de Pierre-Jean Ducis 1937 : L'Amour veille de Henry Roussell 1937 : Au soleil de Marseille de Pierre-Jean Ducis et Émile Audiffred 1937 : La Chaste Suzanne de André Berthomieu : René Boislurette 1937 : The Girl in the Taxi de André Berthomieu - version anglaise du précédent 1937 : Le Fauteuil 47 de Fernand Rivers : Paul Séverac 1937 : La Fille de la Madelon de Georges Pallu et Jean Mugeli 1938 : L'Accroche-cœur de Pierre Caron 1938 : Ça... c'est du sport de René Pujol 1938 : Les Femmes collantes de Pierre Caron 1938 : Ma sœur de lait de Jean Boyer 1938 : La Présidente de Fernand Rivers 1939 : Le Chemin de l'honneur de Jean-Paul Paulin (+ producteur) : Paul et Georges Imbert 1941 : Le Valet maître de Paul Mesnier 1942 : Annette et la dame blonde de Jean Dréville 1942 : Fou d'amour de Paul Mesnier 1953 : L'Homme trahi de Walter Kapps - resté inachevé Merci Wikipédia

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist