Gilles MARCHAL

Gilles MARCHAL

3931117
9,90 €
1CD - 24 TITRES /  GILLES MARCHAL ENREGISTREMENTS 1968 - 1972 / STOCK LIMITÉ 

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
Enregistrements 1968 - 1972  /  magic records

Le CD

Dieu quelle était belle
Ne pleure pas ma mie
La valse à quatre pattes
Où es-tu donc passée ?
Summer wine Ma belle Comme
un étranger dans la ville
Nousvivrons tous les trois
Pauvre Buddy River
Je m'en vais dans un avion
L'étoile filante
Quand je te regarde vivre
Where do people go
Window seat
Je ne suis qu'un pauvre homme
Pas de bois pour me réchauffer
Non non personne
Mardi
Liberté
Les rue de la ville
Un cow-boy n'est jamais tranquille
L'été à fleur de peau
Si je t'avais rêvée Jocelyne
En 89
Quand tu parleras au diable

Slimbox sous pochette plastique, mastérisation 96Kz-24bit
Gilles Marchal, né Gilles Pastre, né le 2 septembre 1944 à Paris et mort le 11 avril 2013 (à 68 ans) au Chesnay, est un auteur-compositeur-interprète des années 1970 et 1980, également écrivain. Découvert et produit par Georges Chatelain, puis rapidement remarqué par Lucien Morisse, alors directeur des programmes à Europe 1, il signe chez Disc'AZ. C'est en 1967 que sort son premier EP, Le père noël est mort, puis en 1968, il édite le second toujours chez le même distributeur, Le chanteur d'amour. La même année : Dieu qu'elle était belle. Premier succès en 1968 avec Ne pleure pas ma mie, qui sera également enregistré aux États-Unis, sous le titre Cry no more, Maria. Second succès en 1968, avec Summer Wine, où sa complice Martine Habib, une jeune chanteuse française à la voix très pure, le rejoint pour ce duo ; cette même chanson est également chantée par Marie Laforêt dans la version française Le vin de l'été à laquelle participe l’animateur-radio Gérard Klein. En 1969, Gilles et Martine enregistrent également Where do people go, chanson du générique de fin du film d'Eddy Matalon Trop petit mon ami. Pendant l'été 1970, il interprète L'étoile filante, adaptée de Lerner et Loewe (paroles françaises de M. Vidalin), interprétée dans sa version originale par Lee Marvin sous le titre Wanderin' Star, et Buddy river, adaptée de Lee Hazlewood (paroles françaises de Vline Buggy et Yves Dessca). En avril 1971 paraît son premier 33 Tours reprenant la quasi-totalité de ses premières œuvres. Il sera réédité dans sa version originale - augmentée de quelques titres - en 19995. À la fin de l'année, il propose Liberté, un titre écrit par Jean-Max Rivière et Charles Orieux assez bien diffusé sur les ondes. En face B on retrouve Martine Habib qui compose Les rues de la ville. En 1972, il rejoint l'écurie Motors où il adapte une chanson de Sonny Bono du couple Sonny & Cher : Un cow-boy n'est jamais tranquille (A cowboy's work is never done). En 1973, il revient faire un clin d'œil au cinéma en posant sa voix sur la chanson du film Un homme libre dont la musique est signée Francis Lai. Son 2e album paraît chez Talar/Sonopresse en 1974. Les textes sont signés en partie par son ami Claude Lemesle, Gilles composant ici toutes les mélodies. Eddy Mitchell apporte sa plume sur un titre : La planète des rêves. Les années 1975-1985 Dans les années 1970 et 1980, Gilles Marchal continue d'enregistrer. Il abandonne peu à peu son personnage de « cow boy » pour celui du « nouvel homme » En 1976, Pathé Marconi l'accueille à son tour et sa nouvelle chanson un peu plus commerciale est signée par Jean-Pierre Bourtayre, Yves Dessca et Gilles lui-même : On ne refait pas le monde avec une chanson. Elle passe un peu en radio et figure sur une compilation en cet été caniculaire. Il enchaîne en 1977 avec Jeanne est là une chanson aussi belle que la précédente. Il est toujours entouré des mêmes auteurs. Toujours en 1977, il chante, en hommage à la région parisienne, l'hymne Les prénoms de l'Île-de-France (paroles de Claude Lemesle) et un album sort l'année suivante chez Sonopresse, avec des chansons dont il signe la musique et les paroles, comme Drôle de vie qui connaît un grand succès en France et à l'étranger, et C'était en France ainsi que des titres plus légers comme Miss Pharmago ou C'est pas la Chine. En 1980, Gilles participe à un hommage à Claude François en présence de son fan club. Il est tellement marqué par l'attitude des fans qu'il en compose une chanson : Ils ont perdu leur chanteur, avec sur la face B, Les clefs sous la porte. Courte réapparition en 1982 chez AZ avec son avant-dernier 45 Tours dont il signe la musique, Je t'aime trop et L'amitié avec Claude Lemesle à l'écriture. C’est en 1985 que Gilles Marchal met fin à sa carrière de chanteur avec une reprise de Céline, de Vline Buggy, Hugues Aufray et Mort Shuman qu'il enregistre, avec au dos de ce 45 tours : Les maisons sans visages dont il signe la musique (paroles de Vline Buggy). De 1985 à 2013 Depuis 1985, Gilles Marchal s'était retiré du show-biz. Passionné d'Histoire, il a écrit un premier livre d'histoires de l'Histoire qui est sorti en avril 2008, intitulé Finalement, c'est rigolo l'histoire6. Le premier tome de Bourreau de tvail7 était sorti le 16 novembre 2011 aux éditions LA SOCIETE DES ECRIVAINS, et le second était en cours d'écriture. 1971, Comme un étranger dans la ville FACE A Je ne suis qu'un pauvre homme Pas de bois pour me réchauffer les doigts Dieu qu'elle était belle Comme un étranger dans la ville Nous vivrons tous les trois Summer wine (avec Martine Habib) FACE B Window seat (avec Martine Habib) Quand je te regarde vivre Ne pleure pas ma mie Valse à quatre pattes L'étoile filante Pauvre Buddy River

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist