Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

LUCIENNE DELYLE / MON AMANT DE SAINT-JEAN Agrandir

LUCIENNE DELYLE / MON AMANT DE SAINT-JEAN

2 CD - 50 TITRES / LUCIENNE DELYLE ... MON AMANT DE SAINT JEAN ET TOUS SES SUCCÈS / COLLECTION ROUGE & NOIR

Plus de détails

987049

10,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Lucienne DELYLE
Type de musique
VARIÉTÉS


CD1   

1          Java

2          Hop Digui-Di

3          Arrivederci, Roma

4          J'ai le béguin

5          Ma p'tite polka

6          Piano, piano

7          Il pleut sur londres

8          Tu m'vas

9          Mets tes amours dans ta poche

10        Un mètre 80 contre un mètre 50

11        la Maladona

12        un gars qui marchait

13        Dansons les yeux fermés

14        Come prima (tu me donnes)

15        j'ai le cœur qui danse

16        Amour et Saint Glin-Glin

17        Chéri, chéri, réveille-toi

18        Par ce cri

19        Sous le pont des soupirs

20        Bonhomme accordéon

21        Mon oncle

22        Ce serait dommage

23        Le marchand de bonheur

24        Les roses blanches

25        La java bleue

CD 2  

1          Mon amant de Saint-Jean

2          Sur les quais du vieux paris

3          Priere à Zumba

4          L'orgue chantait toujours

5          Nuages

6          Malgré tes serments

7          Un air d'accordéon

8          Embrasse-moi

9          Pour lui

10        Printemps

11        Valser dans l'ombre

12        Les quais de la seine

13        Rumba

14        Si tu viens danser dans mon village

15        j'ai rêvé de vous

16        Le monsieur aux lilas

17        Luna rossa

18        Voyage à Cuba

19        Ca marche

20        Jambalaya

21        Sur le pavé de Paris

22        Mon coeur est un violon

23        Moi j'adore ça

24        la rose tatouée

25        Seulement


Lucienne DELYLE

C’est un peu l’histoire de la petite orpheline finissant par devenir princesse par la simple magie d’une voix sublime. Le cliché serait digne de la grande époque des chanteuses réalistes ; à cette nuance près que Lucienne Delyle n’a jamais appartenu à cette école de tragédiennes de la chanson, pour la bonne raison qu’elle n’était tout simplement pas née - ou qu’elle n’était encore qu’une enfant – au temps des premiers succès de Damia, Fréhel, Berthe Sylva, Marie Dubas etc. Pourtant, tout comme elles, elle fut une authentique voix du pavé parisien, grâce à des titres comme «  Mon amant de Saint-Jean », « Java » ou encore « Les quais de la Seine » … à une époque où les chansons s’échappaient volontiers des Music-Halls pour heurter les trottoirs, les cours et les carrefours, de ces quartiers populaires et animés où le moindre coin de rue avait son joueur d’accordéon, son tourneur d’orgue de barbarie, son chanteur ou sa chanteuse et ses vendeurs de refrains à la mode sur feuilles volantes.
 
Née à Paris, en 1917, et – effectivement – orpheline de très bonne heure, Lucienne Delyle commence à travailler comme préparatrice en pharmacie, tout en chantant à l’entracte des cinémas de quartiers pour arrondir un peu ses maigres finances. En 1939, elle s’inscrit à un crochet radiophonique organisé par Radio Cité, et remporte le premier prix haut la main. Responsable des programmes musicaux de la station , Jacques Canetti, touchée par cette interprète toute en émotion et fragilité, entreprend alors de la faire découvrir à un vaste public. En quelques mois la chanteuse est donc lancée, avec des titres comme «  Sur les quais du vieux Paris » ou «  Prière à Zumba » qui seront de confortables succès.
 
En 1940, elle rencontre le trompettiste Aimé Barelli, qui devient son accompagnateur chef d’orchestre, son compositeur et surtout son mari. Mais bien que son succès ne se soit jamais démenti, pendant toute la durée de la guerre et de l’Occupation, la carrière de Lucienne Delyle n’explosera définitivement qu’au lendemain de la Libération. Si bien que ce sera elle qui sera choisie comme tête d’affiche, par Bruno Coquatrix, en février 1954, pour l’inauguration de l’Olympia.
 
La chaleur, la générosité, l’émotion et la simplicité restent parmi les vertus essentielles des interprétations de Lucienne Delyle, l’une des voix de femmes les plus attachantes de l’histoire de la chanson française. Pourtant, on ne peut s’empêcher d’y trouver, en contrepoint, une obsédante mélancolie, même dans ses refrains les plus vifs. Comme si la chanteuse avait, depuis toujours, la prescience de l’effroyable maladie (La leucémie)qui allait l’emporter à 45 ans, en 1962, à Monte-Carlo où elle vivait retirée, en compagnie de son mari après avoir fait ses adieux à la scène, à Bobino, en novembre 1960.

 

 

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal