BORIS VIAN JE NE VOUDRAIS PAS CREVER
BORIS VIAN JE NE VOUDRAIS PAS CREVER

BORIS VIAN JE NE VOUDRAIS PAS CREVER

985212
8,00 €
1CD / POÈTES & CHANSONS INTÉGRALE des 23 poèmes) / Chantés par Claude Vence

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
 
Les titres

1 Je voudrais pas crever

2 Pourquoi je vis

3 La vie c'est comme une dent

4 Y avait une lampe de cuivre

5 Quand j'aurai du vent dans mon crâne

6 Je n'ai plus très envie

7 Si j'étais poéteu

8 J'ai acheté du pain dur

9 Y a du solei dans la rue

10 Un homme tout nu marchait

11 J'ai mal à ma rapière

12 Ils cassent le monde

13 Un de plus

14 J'aimerais

15 Donnez le Si

16 Un poète

17 Si les poètes étaient moins bêtes

18 Elle serait là si lourde

19 Y en a qui ont des trompinettes

20 Je veux une vie en forme d'arête

21 Un jour

22 Tout a été dit cent fois

23 Je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale


Vous pouvez écouter des extraits en cliquant sur le titre désiré au centre du player, vous avez aussi la possibilité de télécharger des titres ou l’album entier en cliquant sur les liens en-dessous de la pochette : par exemple sur iTunes ou amazon
.





poète, chanteur, musicien, écrivain, directeur artiistique Boris Vian 1920-1959. Né à Ville-d'Avray, ingénieur, journaliste, chansonnier dramaturge, romancier, musicien, comédien... nommé équarrisseur de première classe par le Collège de Pataphysique… Il vit une enfance heureuse dans la propriété familiale puis un revers de fortune oblige les Vian à se retirer dans des appartements de plus en plus modestes (cf "Les Bâtisseurs d'empire). Au lycée Condorcet à Paris, Boris Vian joue de la trompette, se passionne pour le jazz (cf. "En avant la zizique", 1958) collabore à la revue Jazz-hot. Il entre à l'Ecole Centrale en 1939 et devient ingénieur. Il fait la connaissance de Michelle Léglise qu'il épouse en 1941 et de Jacques Loustalot (le Major dans Vercoquin) En 1946, il collabore aux "Temps modernes", publie" J'irai cracher sur vos tombes" sous le pseudonyme de Vernon Sullivan qui déclenche un scandale par son érotisme provocateur, "L'Ecume des jours" qui reste son roman le plus lu, le seul à comporter une structure narrative et pathétique, influencé comme "L'automne à Pékin" (1946) par Queneau et Ionesco qu'il a rencontrés au Collège de Pataphysique. Il devient le trompette et l'animateur d'une célèbre boîte de Saint-Germain des Prés : "Le Tabou". "Et on tuera tous les affreux" (1948) s'inspire comme "J'irai cracher sur vos tombes" du roman noir américain. En 1954, Boris Vian se remarie avec Ursula Kubler. Il rédige la plupart des poèmes qui sont dans "L'Arrache-coeur" (1953) et dans "Je voudrais pas crever" (post.1962). Au cours de tournées en province, il chante, notamment "Le Déserteur" qui est interdit ; il écrit des comédies musicales ; joue dans divers films. Il crée deux opéras : "Le Chevalier de neige" musique de Georges Delerue (1957) ; "Fiesta", musique de Darius Milhaud (1959). A la suite d'un œdème pulmonaire, il meurt à trente-neuf ans. Méconnu de son vivant, Boris Vian est depuis les années 60 lu et admiré par la jeunesse et par un public de plus en plus large et international. Bibliographie (sélective) L’arrache cœur L’automne à Pékin Cantilène en gelée Chansons Chroniques de jazz Chroniques du menteur En avant la Zizique Derrière la Zizique L’écume des jours L’équarrissage pour tous Et on tuera tous les affreux Les fourmies L’herbe rouge J’irai cracher sur vos tombes Je voudrais pas crever Textes et chansons Trouble dans les andains Vert coquin et le plancton

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist