Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

LES GRANDS SUCCÈS DES ANNÉES 30 Agrandir

LES GRANDS SUCCÈS DES ANNÉES 30

1 CD - 22 TITRES / LES SUCCÈS DES ANNÉES TRENTE  EN FRANCE CHANTÉS PAR LEURS CRÉATEURS

Plus de détails

R235

8,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Type de musique
COMPILATION
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE

Les titres :

1 Y'a d'la joie. 
Maurice Chevalier  
         
2 Ma pomme.
Maurice Chevalier    
            
3 J'ai deux amours.  
Joséphine Baker

4 Parlez-moi d'amour
Lucienne Boyer

5 La chapelle au clair de lune
Léo marjane. 

6 Le fiacre
Yvette Guilbert. 

7 Madame Arthur
Yvette Guilbert. 

8 Mon homme
Minstinguett. 

9 C'est vrai
Mistinguett.

10 Je chante
Charles trenet. 

11 Boum
Charles Trenet. 

12 Ignace
Fernandel. 

13 Vous qui passez sans me voir
Jea sablonr. 

14 J'attendrai
Jean sablon. 

15 La java bleue
Fréhel. 

16 Le plus beau tango du monde
Alibert. 

17 La guinguette a fermé ses volets
Damia. 

18 Le chaland qui passe
Lys Gauty. 

19 On n'a pas tous les jours 20 ans
Berthe Sylva.

20 Mon légionnaire
Édith Piaf. 

21 La petite église
Jean Lumière. 

22 Marinella
Tino Rossi

Les années 30! Toute une époque!

Une époque commencée dans l'insouciance de la paix  - alors que s'éteignent les derniers feux des années 20,  ces fameuses "années folles", d'une créativité sans égale dans tous les domaines de la science, des arts et de l'industrie -  pour venir s'achever brutalement aux portes de la plus sordide des guerres. Une guerre qui  embrasera la planète entière et qui, en France tout particulièrement, laissera des traces indélébiles dans les consciences,  après avoir déchiré le pays en deux pour les décennies à venir.
Une guerre que certains sentent venir, de manière quasi inéluctable, au vu de ces nouvelles inquiétantes qui filtrent d'Allemagne où, dès 1932, le parti nazi devient la principale force politique du pays. Aux premiers jours de l'année suivante, Hitler est nommé chancelier du Reich, et la grande broyeuse est désormais en route sans que rien ne semble pouvoir l'arrêter. Pourtant, curieusement, les intellectuels français feront longtemps mine de vouloir ignorer le phénomène, ou plutôt feindront de le minimiser en s'efforçant de parier sur l'espoir et la joie de vivre. Sur ce point, les chansons de l'époque sont le révélateur fidèle d'un optimisme et d'un enthousiasme qui peuvent nous sembler un peu incompréhensibles  aujourd'hui.
Symboliquement, d'ailleurs, tout commence par des chansons d'amour: Josephine Baker chantant  sa double passion pour "son pays et Paris..." , tandis que Lucienne Boyer bouleverse les coeurs et les records d'audience avec Parlez-moi d'amour .   Presque dans le même temps, la grande Yvette Guibert ironise sur des tableaux de moeurs acides, dans la plus pure tradition du théâtre de boulevard, avec des textes à l'humour corrosif, comme Le Fiacre  ou Madame Arthur.
Jusqu'à l'arrivée de Charles Trénet, en 1936, qui apportera un ton nouveau à la chanson française  - lui insufflant pêle-mêle une fantaisie inaccoutumée, des rythmes nouveaux fortement influencés par le jazz, et une poésie légère, à la fois tendre, surréaliste et joyeuse -  le propos général se partage entre un comique appuyé à la Fernandel, digne héritier des "comiques troupiers", et de sombres tragédies mettant en scène des marins aux grands coeurs, des filles perdues et des soldats auréolés du romantisme sulfureux d'incertaines aventures coloniales. Bien que totalement fantasmagorique, le genre s'appelle "chanson réaliste", et ses grandes triomphatrices seront Fréhel, Damia, Berthe Sylva et, plus tardivement, Edith Piaf dont le Légionnaire  marque à la fois l'un des sommets et le début du déclin du genre. Un genre si typiquement français que l'on n'en rencontre aucun équivalent dans aucun autre pays d'Europe, et dont les principaux succès se transmettront le plus souvent par le biais de ces chanteurs des rues vendant des partitions à la criée, en un temps où les gramophones restent encore fort rares.
Dans un tout autre registre, Jean Sablon s'inspirera du phrasé caressant des "crooners" américains; et il créera une véritable révolution stylistique - déclenchant du même coup une polémique quasi nationale - en étant le premier à imposer l'usage du microphone sur les scènes de l'Hexagone,  à une époque où un chanteur digne de ce nom se devait de posséder un organe capable de s'imposer sans artifice  dans n'importe quelle salle de music-hall. Mais le charme  inimitable de Sablon finira par faire taire ses détracteurs et il
 
imposera définitivement une couleur feutrée  à cette romance sentimentale dont Jean Lumière s'était  jusqu'alors fait une spécialité.
Malgré tout, l'événement majeur de la décennie, en matière de chanson française, reste bel et bien le succès foudroyant de Charles Trénet dont les couplets coincident si bien avec cette liberté nouvelle et cet immense espoir nés en 1936 de l'avénement du Front Populaire, lorsque l'ensemble de la population découvre d'un coup les lois sociales et les congès payés. Un espoir de courte durée, il faut bien dire, puisque  moins de trois ans plus tard la guerre fera à nouveau basculer l'Histoire, emportant dans sa tourmente les hommes et leurs chansons.
Marc Robine
                                               
The magnificent thirties!
           That carefree age, nurtured on peace, in the wake of the roaring twenties  so filled with creativity in every field of science, art and industry, stops on the threshold of the most ruthless of wars. A war which will set the whole planet ablaze and brand people's consciences, specially in France which will remain divided in the decenniums to come.
This war, some people saw it coming, almost relentlessly, as disturbing news filtered from Germany: as early as 1932, the nazis become the main political force in the country. In1933, Hitler is appointed Chancellor of Germany and the juggernaut rumbles on. Curiously enough, however, French intellec­tuals ignore this phenomenon, or rather pretend to minimize it, as  they in­dulge in joie de vivre. In this respect, the songs of that time reflect an op­timism and gusto which we now find a little hard to understand .
           Typically, indeed, everything begins with love songs: Josephine Baker sings her passion for both her country and Paris, while Lucienne Boyer breaks hearts and... records of listening with Parlez-moi d'amour. Almost contemporaneously, the great Yvette Guilbert sings Le Fiacre (The hackney cab) or Madame Arthur, chansons tinged with a scathing humour in the pu­rest tradition of Paris' light comedies of manners.
           Before the advent of Charles Trenet in 1936, there is a twofold inspi­ration in French songs, one based on coarse comedy a la Fernandel, akin to army barracks humour, whereas the other is embodied by grim tales fea­turing noble-hearted sailors, fallen women and soldiers with an aura of doomed romanticism born of dubious African adventures. Although strictly mythical, this genre is known as "the realistic song", and is magnificently practised by Fréhel, Damia, Berthe Sylva and, later on, by Edith Piaf whose Légionnaire marks both the climax and the decline of this type of song. So typically French is this genre that it is found nowhere else in Europe : its products become hits as they spread through the streets thanks to singers selling the scores on the sidewalk.
           In an altogether different style, Jean Sablon emulates the American crooners' caressing phrasing and, simultaneously, triggers off a revolution and a national controversy as he is the first to demand a microphone when singing on a French stage: at the time a singer worthy of the name made a point of imposing his voice without any prop. But Sablon's
inimitable charm will eventually silence his detractors and keep on giving a velvety tone to sentimental ballads which, up to now, were Jean Lumière's specialty.
           Yet, the major event of the decade is Charles Trenet's devastating success as he infuses French songs with a mixture of unbridled imagination, new, jazzy tunes and surrealistic poetry tinged with both tenderness and exhilaration. They bear witness to the new freedom and great expectations born in 1936 with the advent of the Left's Front Populaire, when people discovered Welfare legislation and paid vacations. Such expectations, however were short-lived as History toppled into war less than three years later, sweeping away men and their songs into its maelstrom

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal