Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS
Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS
Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS
Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS
Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS

Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS

3589036
25,00 €
COFFRET 4 CD - 80 TITRES / MON PAYS / VERITABLE ANTHOLOGIE DU GRAND POÈTE QUÉBÉCOIS.

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
POUR VOIR LES VIDÉOS CLIQUEZ SUR LE BOUTON "VIDÉO" CI-DESSUS

" MON PAYS" UN LUXUEUX COFFRET DE 4 CD 80 TITRES


CD 1

1 Mon Pays  
2 Jack Monoloy 
3 Jean du Sud 
4 Jos Montferrand 
5 Tam Ti Delam 
6 La Danse à Saint-Dilon 
7 J'ai pour toi un Lac 
8 Le Doux Chagrin 
9 Les Gens de mon Pays
11 Quand vous Mourrez de nos Amours 
12 Chanson Démodée 
13 Ballade de l'été 
14 Ballade de l'Hiver 
15 Du Milieu du Pont 
16 Si les Bateaux 
17 Ma Jeunesse 
18 Pendant que 
19 Zidor le Prospecteur 
20 Fer et Titane 

CD 2

1 Tout le monde est malheureux 
2 Ah ! que l'Hiver 
3 La Manikoutai 
4 Berlu 
5 Ce que je Dis 
6 L'Horloge 
7 Gros Pierre 
8 Le nord du Nord 
9 Petit bonhomme 
10 Le temps qu'il fait sur mon Pays
11 C'est le Temps 
12 La Tite Toune 
13 Le Voyageur Sédentaire 
14 Gens du Pays 
15 Ton Père est Parti 
16 Maintenant 
17 Il me Reste un Pays 
18 Une Branche à la Fenêtre 
19 Je Chante pour 
20 Ti Cul la Chance 

CD 3

1 I went to the market 
2 La Découverte 
3 Ouvrez les Oreilles 
4 Tante Irène 
5 Faut que je me Réveille 
6 Tit-Nor 
7 J'ai Rentré le Bois 
8 J'ai Planté un Chêne 
9 Mettez vot' Parka 
10 Les Amours, les Travaux 
11 Au Doux Milieu de Vous 
13 Petite Berceuse du Début de la Colonie 
14 La Tourterelle 
15 Le Grand Cerf-Volant 
16 La complainte du lendemain 
17 L'étranger 
18 Mademoiselle Émilie 
19 La Chanson de l'Eau 
20 Les Îles de l'Enfance 

CD 4

1 Vivre debout
2 Charlie-Jos 
3 La Ballade Ddun Sans-Abri 
4 Dans la Nuit des Mots 
5 Au Bout du Cœur 
6 Je n'ai pas cessé de t'aimer 
7 Madame Adrienne 
8 Chemin faisant 
9 C'est à Natashquan 
0 Marche avec Moi 
11 Vos mots que je lance 
12 Le temps qu'il fait sur mon pays 
13 J'ai mal à la terre 
14 Tu peux ravaler ta romance 
15 Les Arpilles 
16 Le premier soir des noces 
17 Les Sirènes 
18 Théo L'Orphelin
19 Chant du Portageur 
20 La mer, l'amour, la mort


Gilles Vigneault

Vu de très loin, de notre quai en bord d’océan, ce n’est que du blanc, des lacs gelés et des forêts, qu’on imagine à perte de vue. Un paysage pris dans les rigueurs de l’hiver, le blizzard, la froidure. « Dans la blanche cérémonie / Où la neige au vent se marie... »
Peu d’entre nous ont fait le long chemin qui mène à Natashquan, dans le nord du nord québécois, et nos représentations ne sont qu’approximatives cartes postales. Mais, à l’écouter nous le conter, nous le chanter, nous le faire vivre, on se plaît dans notre tête à y déambuler, emmitouflés de grosses laines et d’une parka (en France, on parle aussi d’une... « canadienne ») comme il se doit, à presque re-connaître ses habitants, les saluer d’un sourire… Ses chansons, les personnages et situations qui les animent, sont plus vrais que le virtuel d’aujourd’hui, comme une réalité augmentée d’avant l’heure. Nous savons aussi leur lutte pour cette langue française si forte et fragile à la fois, si belle, toujours malmenée, menacée, combat sans cesse recommencé. Et cet accent, ce parler si particulier, entre tous chantant.

Nous aussi, nous avons un village, gaulois celui-là, qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Avec ses personnages hauts en couleurs, qui aiment à se battre puis à faire ripaille, vendre leur poisson qu’on dit pas frais, tailler des menhirs et collectionner les casques des romains qu’il dégomment à coups de poings. Mauvaise pioche, le barde y est ici muselé, interdit d’exercer, comme non-essentiel.
Autre lieu donc, six heures de décalage horaire, autre versant de l’horizon, autre village que celui de Gilles Vigneault, ce fils de marin et d’institutrice qui, après avoir été professeur d’algèbre, de physique-chimie puis de français, animateur de télévision, s’est imposé comme poète, conteur, « barde », artiste de music-hall. Et chansonnier, au sens « québécois » du terme. Qui, à nos oreilles, à notre imagination, fait revivre les gens de son pays de poudrerie, nous les rend étonnement proches.
Pas de santons en ce village, non, mais des personnages bien vivants, avec leur lot d’amour, d’espoir, de rires et de chagrins, de labeurs et de drames. Berlu qui vit de beau temps à crédit, Gros Pierre raillé de tout le village pour cause d’amour, Zidor le prospecteur l’or dans la caboche et rien sous la dent, le grand Jos Monferrand, Jack Monoloy l’indien qui aime une blanche, Jean du Sud qui désormais se promène sur le fond de l’eau… « Les gens de mon pays / Ce sont des gens de parole / Et gens de causerie […] C’est parfois vérité / Et c’est parfois mensonge... » Autant de portraits, de tranches de vies faites d’amour, d’aventures, de bonheurs et de malheurs, de conditions sociales, de convictions. Mais qu’on ne s’y trompe pas : parlant des autres, Gilles Vigneault parle aussi de nous.
Par lui, c’est une invraisemblable galerie de personnages, qu’il n’aura de cesse d’enrichir au fil du temps, accueillant en son sein tant La vieille Margot que Mademoiselle Émilie, Tante Irène, Charlie-Jos, Le petit bonhomme, Madame Adrienne, Théo l’orphelin et d’autres encore. Si ce coffret en était l’exact recensement, il faudrait faire place à bien plus de disques…
C’est ainsi, par l’évocation des Gens de son pays, que les Français l’ont découvert, à l’automne 1966 à Bobino. Avec, dès le début, cette voix approximative, paradoxalement d’une grande justesse au sens que le propos l’est. Et déjà le pied dansant… Le quotidien L’Aurore publie le portrait de ce chanteur écrit par le poète Henry Pichette : « Sa voix est éraillée, elle cailloute, elle rafale, feule, se fêle. Il a un chat sauvage dans la gorge. Il a un nez de chouette épervière. On dirait que les lames du nordet ont façonné sa face. Il est sec comme un coureur de bois. » Un album paraît, fait d’une majorité de titres qui depuis longtemps ont gagné leurs galons au Québec où ce disque « enregistré à Paris » est déjà le sixième.
À Québec fleurissaient depuis quelques années des « boîtes à chansons », calquées sur le modèle de ses inspiratrices parisiennes de la « rive gauche » et particulièrement du cabaret éponyme. À l’unisson de la « révolution tranquille » (qui succède au long règne, de la « grande noirceur » du premier ministre québécois Maurice Duplessis), la chanson y prend l’air et c’est presque grand vent. Vigneault fut de ce puissant souffle, où on trouve des Claude Léveillée, Clémence Des Rochers, Pauline Julien, Raymond Lévesque (à qui on doit déjà Quand les hommes vivront d’amour, chanson écrite à Paris en pleine guerre d’Algérie) et autre Jean-Pierre Ferland. Deux mois après ses débuts, en 1960, Gilles Vigneault chante en première partie de Félix Leclerc ; l’élève de trente-deux ans et son maître sur une même scène… Deux ans plus tard, pour ses premières chansons gravées dans la cire – toutes devenues de grands classiques –, il se présente ainsi au verso de la pochette : « Une biographie ? Je ne suis pas mort. Étudié une quinzaine d’années. Enseigné durant sept autres. Ramé, chassé, dansé, portagé, couru la grève, débardé, ru et pleuré, cueilli béris, bleuets, framboises, aimé, prié, parlé, menti. Écrit cent chansons et deux livres. Et l’intention de continuer. » Il continuera, avec plus de quatre cent chansons, plus de quarante livres...
Le premier disque français de 1966 fut l’entame d’une longue carrière hexagonale, d’une histoire d’amour. Avec l’artiste qu’il est et, par lui, avec un pays.
S’il convoque le tendre souvenir des gens de son village de toujours qu’est Natashquan, s’il est fidèle à l’héritage du passé, s’il perpétue la sagesse de ses ancêtres, Gilles Vigneault chante d’abord son « pays » et ce qui le compose, le réel comme l’immatériel : cette planète et ce qu’on en fait, son exploitation, cette course aux profits au détriment de l’espace, des fragiles équilibres. Ses chansons parlent de la terre, de l’humus, des graines qu’on lui confie, des arbres qui poussent, des fruits qu’ils portent. Elles nous parlent depuis tout le temps de l’air et du vent, des cerfs-volants, de la pluie et de la neige, du soleil, des cours d’eau, du sable, du rythme et de la magie des saisons. Elles se soucient de notre Terre et de son devenir, nous parlent d’écologie depuis bien avant que ce mot intègre nos dictionnaires, entre dans nos préoccupations. Et cachent dedans leurs vers de sombres craintes depuis bien avant que nous en ayons pris conscience, que nous en ayons peur.
Même si l’idée du pays prédomine, y compris dans sa question nationale (« Tu peux ravaler ta romance / J’ai tout compris, je pense / Qu’on n’est plus du même pays... » chante-t-il à l’adresse du Canada anglophone et des fédéralistes), le répertoire de Gilles Vigneault est en lui-même un écosystème universel où l’homme et l’animal, la nature et tous les éléments sont indissociables, harmonie entre les êtres et les choses. Œuvre foisonnante, cohérente, dont Natashquan, sans nullement vouloir se prendre pour le nombril du monde, est viscéralement l’épicentre. C’est un monde non forcément rudimentaire mais sans triche ni faux-semblants, qui « a sa peau pour tuxedo » et ne vocalise jamais pour rien. Une chanson vigilante, soucieuse, attentive.
Chanson du bien vivre, du vivre-ensemble, qui se prolonge puis s’achève dans la danse, en habits du dimanche : « On s’est trouvé un violon / Un salon, des partenaires / Puis là la soirée commence / C’était vers sept heures et demie. » Dans ce village planétaire de Natashquan, tout semble finir par des chansons et par des danses. Que je sache, quelles que soient les latitude et longitude, on n’a jamais fait mieux. Et « Swing la baquaise dans l’fond d’la boîte à bois ! »
Michel Kemper














Gilles Vigneault est l'auteur de plus de quarante livres. Certains sont des livres de contes, qu'il a lui-même édités en version imprimée, et parfois enregistrés et publiés en version vocale. Il est l'auteur de plus de quatre cents poèmes devenus, pour la plupart, des chansons qu'il a interprétées sur scène et enregistrées sur quelque quarante albums, qu'il a aussi édités. Gilles Vigneault s'est ainsi forgé, depuis les années 1960, le statut d'une véritable légende vivante en Amérique francophone8. Il est très bien reçu par les auditoires anglophones, cela, malgré sa prise de position souverainiste bien connue. Sa notoriété s'est également étendue jusqu'en Europe, à partir de la France, de la Suisse, du Luxembourg et de la Belgique Trois fonds d'archives de Gilles Vigneault sont conservés au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec Gilles Vigneault est le fils, le seul garçon à devenir adulte, de Placide Joseph William, dit « Willie », Vigneault (Natashquan: 19 octobre 189112 - 27 octobre 196913) et de Marie Appolline Adélaïde, dite « Marie Landry » (Natashquan : 29 février 1892 — 8 juin 1993)14. Celle-ci a été enseignante à Saint-Théophile en Beauce québécoise15,16,17 entre les âges de 16 et 25 ans, avant son mariage. Jusqu'en 1950, au Québec, les femmes devaient démissionner du corps de l'enseignement lorsqu'elles se mariaient. Elle était « destinée à perdre six de ses huit enfants »18 et à vivre 101 ans et 99 jours. Fille d'Alphonsine Chiasson et du pêcheur William Landry, le gardien du phare local, un « violoneux » qui pouvait danser la gigue tout en jouant de son instrument, elle jouait de l'harmonium à la maison. C'est sur cet instrument, quand ce n'est pas à l'harmonica, que Vigneault s'amuse à reconstituer des airs de reels ou musiques de danses celtiques (venues d'Écosse ou d'Irlande), dont la gigue et les quadrilles, dits « sets carrés », habituellement jouées au violon, dans la région. « Willie » Vigneault, le père de Gilles, a été tour à tour pêcheur, inspecteur des pêcheries, trappeur, chasseur-cueilleur, bûcheron, maire de Natashquan pendant cinq ans et commissaire d'école. Rieur, amateur de musique, amoureux de la nature, il était aussi réputé comme conteur dans les veillées. Il portait caché le principal prénom de son grand-père, Placide Vigneault19. — William Ce lien renvoie vers une page d'homonymie étant la forme normande du prénom Wilhelm Ce lien renvoie vers une page d'homonymie. La plupart des habitants de Natashquan sont d'ascendance acadienne, issus de Port-Royal (1604-) en Acadie, essaimés à Beaubassin ou à la Grand-Prée (sic) (1682-1755), au « fond de la Baie française » (renommée « Fundy Bay » par les Anglais, d'où la traduction « Baie de Fundy »), puis déportés (1755), errants de place en place, puis installés à la Côte-Nord (vers 1855), après avoir vécu aux Îles-de-la-Madeleine, où d'omniprésents marchands originaires des Îles Anglo-Normandes (les Robin) imposaient leur dur monopole commercial comme en Gaspésie voisine, et sur la Côte-Nord. Dans le cas des Vigneault, l'histoire est un peu différente au départ. C'est que le couple de colons, à l'origine des Vigneau de l'Acadie, s'installe dans la colonie de Québec et qu'une branche, sur les deux qu'il génère, ira vivre en Acadie. L'ancêtre est Paul Vigneau. — La graphie n'a pas d'importance, avant le xxe siècle, car il n'y a ni « école obligatoire », ni « téléphonie », donc pas d'annuaires téléphoniques « normalisant » les noms, encore moins une quelconque notion de « faute d'orthographe », ni vénielle ni mortelle — Il est dit « Laverdure » : sa seule désignation et le seul de ce surnom dans sa compagnie militaire. Il est originaire de Saint-Cybard (évêché de Poitiers), né vers 1641 de Jean Vignot ou Vigneau et de Renée […]. Parti de La Rochelle le 13 mai 1665, sur le navire La Paix, il arrive à Québec (ville), en Nouvelle-France, le 19 août 1665, comme soldat de la compagnie de Maximy au régiment de Carignan20, envoyé par le jeune roi Louis XIV, pour enfin soumettre les Iroquois, principalement les Agniers. Le navire La Paix (transportant les compagnies de La Colonelle, Contrecœur, Maximy, et de Sorel), sous la gouverne du capitaine Étienne Guillon Sieur de Laubertière, accompagne L'Aigle d'Or, un vaisseau du roi « vieux et décrépit » (transportant les compagnies de Grandfontaine, La Fredière, La Motte, et de Salières), dont le capitaine est le Sieur de Villepars. La traversée, hasardeuse, prend ainsi 99 jours (du 13 mai au 19 août), soit presque deux fois plus de temps que pour les autres navires de la saison, cette année-là. La Paix repart de Québec le 19 septembre, mais fera naufrage près de Matane. Ses passagers seront recueillis par Le Saint-Sébastien20. Quatre ans après son arrivée, l'ex-soldat Paul Vigneau, ayant bâti maison (une chaumière) sur l'Île d'Orléans, paroisse Sainte-Famille, en face de Château-Richer sur la Côte de Beaupré, y épouse, le 3 novembre 1669, Françoise Bourgeois (fille de feu Antoine Bourgeois et de Marie Piedmont, de Paris, paroisse Saint-Paul), une « fille du roi »21, née vers 1646. Ce couple fondateur aura 12 enfants sur une période de 20 ans, dont seulement 2 garçons (Maurice et Antoine) atteignent l'âge adulte et se marient22. Des deux frères, le puîné est à l'origine d'une des nombreuses souches québécoises non apparentées de Vigneau, et c'est l'aîné, Maurice Vigneau (né à l'hiver 1674), devenu charpentier, qui est à l'origine de la seule souche de Vigneau en Acadie, y épousant Marguerite Comeau vers 1701. Ce couple aura 11 enfants en 25 ans, dont les 9 premiers sont nés à Port-Royal. Cinq de leurs fils se marient : Jacques, Jean, Joseph, Jean-Baptiste et Simon. Ce sont eux, leur épouse et leurs enfants, qui subissent la Déportation de 1755. Jacques est recensé près de Boston (à Leicester) en 1757, puis à Miquelon en 1767, où il meurt en 1772, à 69 ans. Joseph, recensé à Miquelon en 1767 et 1776, est à La Rochelle en 1778, puis à Miquelon en 1784, où il meurt vers 1792, à près de 80 ans. Jean-Baptiste, lui, se retrouve près de Boston en 1763, à Miquelon en 1767, où il meurt à tout juste 51 ans22,15. Gilles Vigneault serait issu de Jean Vigneault, dit l'écrivain, fils de ce Jacques et de Marguerite Arsenault, et de Marie Bourgeois, qu'il avait épousée à Beaubassin le 26 janvier 1755, année du « Grand dérangement »19. Son fils Étienne épousera, à La Rochelle, l'Acadienne Louise Cyr, vingt-six ans après, et leurs enfants et petits-enfants convoleront à Havre-Aubert (aux Îles-de-la-Madeleine), avant l'essaimage à Natashquan19. Une enfance choyée, des parents instruits et attentionnés, tous isolés dans un petit village de marins pêcheurs, chasseur-cueilleur, inventifs, débrouillards… conteurs, taquins en parentèle, gigueurs, chanteurs, « violoneux »… pas de spéculateur, ni d'ambitieux capitaliste (outre les Robin et leur omniprésent monopole commercial), c'est « la simplicité volontaire » entre la mer, la forêt, les deux grandes rivières à saumon… Pas besoin de routes, quand il y a les sentiers, les bateaux et les hydravions, par beau temps. Gilles Vigneault chante : des cantiques en français ou du chant grégorien en « latin de cuisine », à l'église, et des chansons, des « chansonnettes », françaises surtout, apprises à la radio ou transmises par la tradition orale. Et, comme sa mère, il joue de l'harmonium; comme les hommes, aussi de l'harmonica. Il gambade un peu partout, fabrique ses propres jouets, comme les premiers qu'il a reçus, avec des bouts de bois, un canif… Il s'initie aux divers métiers des hommes, les suit, observe, questionne, retient, aime rire, conter, rêvasser… Il y a, au voisinage immédiat, un village amérindien, où vivent, l'été, des Innus-Montagnais, semi-nomades, mais c'est « une réserve » : à l'époque, il y a une étanchéité quasi totale entre les deux populations et cultures, comme l'ont voulu les missionnaires, même si ce sont les ancêtres de ces « Montagnais » qui ont bien accueilli les Français, commerçants puis colonisateurs, dès avant l'an 1599, à Tadoussac et à Québec. À la fin de son cours élémentaire, à la petite école de Natashquan, Gilles Vigneault, qui excelle en français, à l'oral et à l'écrit, à l'âge de 13 ans, gagne le concours qui, surprenant lui permet d'aller faire son « cours classique » à Rimouski (huit années d'immersion en humanités gréco-latines…), au frais de l'organisateur, l'évêque, et absolument sans condition : « Fais ce que tu voudras, mais fais quelque chose [de ta vie]! », lui dit le généreux évêque Labrie3. C'est « à presque une semaine de bateau », pour longer l'Île d'Anticosti et traverser sur la rive sud de l'estuaire, mais il en faudra deux, pour s'y rendre cette première fois, vu la persistante brume en ce mois d'août 1942. Au collège de Rimouski, Gilles Vigneault sera le « flot », c'est-à-dire la plus singulière recrue : par sa provenance, son accent acadien, son vocabulaire aux mots « nouveaux ». Fin causeur, il sera tôt surnommé « le poète », même avant les classes de « versification », « belles-lettres » et « rhétorique » (à l'âge de 16 à 18 ans). Il participe à la rédaction du journal collégial. Il fait du sport. C'est, d'ailleurs, dit-il, à l'aréna, en criant pour encourager son équipe de hockey, qu'il s'écorche la voix. Elle restera un peu voilée. Néanmoins, il continuera à faire partie de la chorale du collège. Il s'essaie aussi à l'activité théâtrale, comme comédien amateur, ce qui lui donne le goût de continuer à monter sur scène. Il étudie quelques poètes. Raccourcissant ses nécessaires envois épistolaires à ses parents, il leur expédie quelques « poèmes » de son cru. Il a tant pratiqué, avec satisfaction, la lecture, la narration et la rime, qu'il opte ensuite pour une spécialisation universitaire en littérature française. Il n'a pu suivre de cours de piano au collège : sa mère lui avait un jour fait parvenir une somme importante pour que ce soit possible, mais le collège s'est emparé de cette somme pour défrayer le coût du lavage de ses vêtements23. Donc, pour ce qui est de devenir pianiste de concert, ce serait un long cheminement personnel, qui n'est pas amorcé… Pilote d'hydravion, aussi. Au sortir du collège de Rimouski, muni d'un baccalauréat ès arts (printemps 1950), Gilles Vigneault se dirige vers la capitale, Québec, faire des études de lettres à l'université pour, tout au moins, gagner sa vie comme professeur de français. Il obtient, au printemps 1953, sa « Licence ès lettres ». Gilles Vigneault exerce d'abord les métiers de commis-libraire, publicitaire et archiviste, durant ses études (entre 1942 et 1953). En 1953, il participe à la fondation de la revue de poésie Émourie, qu'il édite jusqu'en 1966. Dès 1951, il se joint à la troupe Les Treize, à l'Université Laval, et en devient (de 1956 à 1960) le directeur et le metteur en scène24. Il anime une émission folklorique à CFCM-Québec (de 1955 à 1956), fait du théâtre avec la Compagnie de la Basoche en 195625, et du cinéma avec Fernand Dansereau (interprète dans La Canne à pêche, ONF, 1959)26. Puis il est scripteur et animateur pour la télévision de la SRC, à Québec (émissions Les invités du Père Mathias, Le Grand Duc, Dans tous les cantons… ; de 1960 à 1962). Il participe à d'autres films (dont : Les Bacheliers de la cinquième, de Clément Perron, ONF, 1962 ; La neige a fondu sur la Manicouagan, d'Arthur Lamothe, ONF, 1965)27. Parallèlement, il est professeur à la Garnison Valcartier (de 1954 à 1956), puis à l'Institut de technologie de Québec (de 1957 à 1961), où il dispense des cours d'algèbre et de français, et à l'Université Laval durant l'été (en 1960 et en 1961) Dès les années 1950 il s'offre le loisir de composer des chansons pour différents interprètes. À partir de 1960, il est amené à aussi chanter lui-même ses chansons et il en obtient un certain succès, une notoriété28. Ses premières chansons deviennent des classiques comme La danse à St Dilon, Jack Monoloy ou Pendant que9,29,30. Plusieurs personnes considèrent aujourd'hui sa chanson Gens du pays comme étant l'hymne national non officiel des Québécois. En 1974, il donne un légendaire spectacle sur les plaines d'Abraham, à Québec, avec Félix Leclerc et Robert Charlebois33. Ce spectacle d'ouverture de la Superfrancofête, le 13 août 1974, est offert en direct sur l'album J'ai vu le loup, le renard, le lion. À la Saint-Jean-Baptiste de 1976, le 24 juin, Gilles Vigneault chante sur le mont Royal devant 300 000 spectateurs, en compagnie de Robert Charlebois, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Yvon Deschamps33. De ce spectacle, Les 5 Jean-Baptistes, est tiré l'album Une fois cinq, qui obtient un nouveau prix Charles Cros. (merci wikipedia) ENTRE FER ET RUBIS… Je me souviens d’une soirée à Québec, au mois de juillet de l’année 1992. Gilles Vigneault chantait ce soir-là, dans le cadre du Festival d’Eté, et la scène était dressée en plein air, au coeur de la vieille ville. Il pleuvait comme jamais et l’orage roulait ses tambours de guerre du côté de l’Île d’Orléans ; mais plusieurs milliers de personnes patientaient, debout sous l’averse, en attendant l’arrivée de celui qui leur avait dit un jour : « Il n’est chanson de moi / Qui ne soit toute faite / Avec vos mots, avec vos pas, / Avec votre musique… ». Soudain Vigneault fut là ! Tanguant sous l’ovation, comme une barque essuyant le grain vent debout. Tout en crinière de neige… Tout en bras grand ouverts, en jambes et en gigues. Tout en chant, en verbe, en verve, en humour, en tendresse, en belle complicité et en cargaison de mots roulant comme des billes de bois flottés. Alors, dans la nuit trempée de juillet, le bonheur devint soudain palpable… comme un caillou brillant au fond d’un torrent. Quelques chansons plus loin, alors que le vieux « portageur » reprenait son souffle entre deux efforts, cinq ou dix mille voix entonnèrent ensemble, spontanément, deux vers détournés d’une de ses chansons les plus fameuses (Gens du pays), pour lui exprimer haut et fort leur ferveur collective : « Mon cher Vigneault, c’est votre tour / De vous laisser parler d’amour… » Peut-on mieux exprimer le pacte d’affection et de confiance qui unit cet homme et ce pays toujours en devenir, dont il dit : « Il est trop grand à chanter : je le crie… / Il est trop long à marcher : je le cours… » ? Une course de longue haleine, comme celles de ces coureurs de pistes ou ces meneurs de traîneaux dont Jack London et James Oliver Curwood ont fait des héros d’épopées, mais que Vigneault restitue en quelques vers dans leur simple dimension d’homme au quotidien ; avec tout ce que ce mot peut parfois recouvrir de banal et de merveilleux. « Parce que Vigneault c’est nous. A sa manière peut-être. Mais c’est nous quand même… », ainsi que l’écrivait fort justement le journaliste québécois Claude Daigneault. Une course commencée au tout début des années 60, dans les premières boîtes à chansons de Québec, à l’époque de « La révolution tranquille ». Avec le temps le chemin s’est révélé pavé d’embûches, de deuils, de chagrins, de désillusions, de paris manqués sur l’Histoire et de colères… mais aussi de beaux coups de gueule, d’amitiés lumineuses, de belles poignées de mains, d’espoirs inlassablement partagés et de regards chargés de sourires… Une longue histoire d’amour courant sur quarante ans… Quarante années de chanson, de tournées et de Voyagements… Tant de départs… suivis d’autant de retours, depuis que Gilles Vigneault exerce ce métier qui « demande au voyageur de laisser partout où il fait escale, un peu de son bagage ». Or sa prochaine escale est justement Paris. Et l’Opéra comique, pour fêter avec nous cet anniversaire qui, comme tous les comptes ronds, prend des allures de symbole. Noces de quoi, déjà ? Entre rubis et fer… Et le fragment de bagage qu’il nous laisse cette fois-ci est un double album (Voyagements) enregistré en public au Théâtre du Petit Champlain, à Québec, en mai dernier. Une espèce de carnet de voyage, où se retrouvent en vrac les idées, les notes, les images, les rires et les trouvailles collectées en tant d’années de voyageries, d’inlassable curiosité, de mémoire partagée et d’engagement lucide entre racines nourricières et avenir à construire. Un gros morceau de bonheur, tout aussi palpable que l’autre. Marc Robine

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist