• -40%
Jean YANNE / LE MISANTHROPE PROVOCATEUR

Jean YANNE / LE MISANTHROPE PROVOCATEUR

986974
6,00 € 10,00 € -40%
Temps restant
EXCEPTIONNEL : SES PREMIERS SKETCHS / 1 CD Collection ROUGE &NOIR

100% secure payments

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
SI VOUS DÉSIREZ ÉCOUTER OU TÉLÉCHARGER DES TITRES ALLEZ EN BAS DE PAGE

À l’Olympia 1957
Chansons bonnes ou mauvaises
(Spectacle de l’Amiral)
Jean Yanne et son guide chant
 
1 Histoire triste
Jean Yanne
 
2 Le soufre et le bénitier
Jean Yanne
 
3 Le Légionnaire
Jean Yanne
 
4 Avec Maria
Jean Yanne
 
Enregistrements studio
 
5 La gamberge          2’13’’ 
Jean Yanne
 
6 La légende orientale          2’54’’
Jean Yanne
 
7 Conseils aux filles  2’19’’ 
Jean Yanne
 
8 La gloriole   2’00’’ 
Jean Yanne
 
9 Allo Brigitte 2’50’’ 
N. Maine / G. Lifermann
Jean Yanne – Henri Salvador – Gillian Hills
 
Sous le nom de :
Honzalagur Pompernickel et sa Dame
 
10 Allo Sacha     2’19’’ 
Jean Yanne / Gérard La Viny
 
11 Suivez le veuf     2’12’’   
Jean Yanne / Jean Baitzouroff
 
12 Psychose   2’27’’ 
Jean Yanne / Jean Baitzouroff
 
13 Si tu n’en veux pas          2’10’’  
Jean Yanne / Jean Baitzouroff
 
Sous le nom de :
Johnny Rock Feller et ses Rock Childs
 
14 Je n’suis pas bien portant          2’04’’  
Koger Géo / Vincent Scotto
 
15 Le rock Coco         2’31’’ 
Jean Yanne / Jean Baitzouroff
 
16 J’aime pas le rock     2’12’’ 
Jean Yanne / Jean Baitzouroff
 
17 Saint rock     2’17’’
Jean Yanne / Jean Baitzouroff 

Jean-Roger Gouyé
18 juillet 1933 – 23 mai 2003
Chanteur, humoriste, musicien, compositeur, auteur, réalisateur, scénariste, dialoguiste et acteur de grand talent…Pendant la guerre son père, André Gouyé est prisonnier en Allemagne dans un camps de travail et Jean Yanne est réfugié à Celles-sur-Belle jusqu’en 1943. De retour à Paris il fait ses premières études dans une école primaire catholique et ensuite au lycée qu’il quitte après le BEPC, pour le Centre de formation des journalistes où il montre déjà ses talents d’amuseur et de provocateur. Il est ensuite pigiste pour plusieurs journaux avant de débuter comme humoriste dans les cabarets parisiens notamment à l’Amiral et ensuite à l’Olympia où il enchante le public avec ses premiers sketches et chansons(chansons bonnes ou mauvaises, Avec Maria, Le soufre et le bénitier…). Son premier 25cm (devenu culte) sort chez Barclay sa carrière est lancée, il enchaine les émissions comiques avec Jacques Martin (dans son émission très caustique 1=3)et avec Roger-Pierre et Jean-Marc Thibault. Dans le même temps il enregistre sous les noms de Johnny Rock Feller et ses Rock Childs, et de Honzalagur Pompernickel et sa Dame, il écrit avec Pierre Dac dans l’Os à Moëlle, bref il est partout !… En 1964 il débute au cinéma dans La vie à l’envers et trouve bientôt le succès avec Que la bête meure de Claude Chabrol.
Il se concentre alors sur le cinéma, produit ou réalise une dizaine de longs métrages dont Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, il tourne comme acteur dans une centaine de films, sans compter qu’il est également l’auteur ou le co-auteur d’une vingtaine de romans, scénarios ou recueils…

                                                                             Verbatim
"Il est interdit d’interdire … Il faut faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on les emmerde pas longtemps… Le monde est peuplé d’imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauvegarder une société absurde… L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’est une connerie : prenez les éboueurs… Mieux vaut être un crétin qui baise qu’un génie qui se masturbe !... Si les gens meurent moins de crises cardiaques, c’est qu’ils meurent avant pour d’autres raisons…Je suis passé à coté du show-business mais je ne suis certainement pas passé à coté de ma vie ! J’en ai bien croqué… »

 

Jean YANNE Le misanthrope provocateur Jean-Roger Gouyé 18 juillet 1933 – 23 mai 2003 Chanteur, humoriste, musicien, compositeur, auteur, réalisateur, scénariste, dialoguiste et acteur de grand talent… Pendant la guerre son père, André Gouyé est prisonnier en Allemagne dans un camps de travail et Jean Yanne est réfugié à Celles-sur-Belle jusqu’en 1943. De retour à Paris il fait ses premières études dans une école primaire catholique et ensuite au lycée qu’il quitte après le BEPC, pour le Centre de formation des journalistes où il montre déjà ses talents d’amuseur et de provocateur. Il est ensuite pigiste pour plusieurs journaux avant de débuter comme humoriste dans les cabarets parisiens notamment à l’Amiral et ensuite à l’Olympia où il enchante le public avec ses premiers sketches et chansons(chansons bonnes ou mauvaises, Avec Maria, Le soufre et le bénitier…). Son premier 25cm (devenu culte) sort chez Barclay sa carrière est lancée, il enchaine les émissions comiques avec Jacques Martin (dans son émission très caustique 1=3)et avec Roger-Pierre et Jean-Marc Thibault. Dans le même temps il enregistre sous les noms de Johnny Rock Feller et ses Rock Childs, et de Honzalagur Pompernickel et sa Dame, il écrit avec Pierre Dac dans l’Os à Moëlle, bref il est partout !… En 1964 il débute au cinéma dans La vie à l’envers et trouve bientôt le succès avec Que la bête meure de Claude Chabrol. Il se concentre alors sur le cinéma, produit ou réalise une dizaine de longs métrages dont Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, il tourne comme acteur dans une centaine de films, sans compter qu’il est également l’auteur ou le co-auteur d’une vingtaine de romans, scénarios ou recueils… Verbatim « Il est interdit d’interdire … Il faut faire des enfants quand on est vieux, parce qu’on les emmerde pas longtemps… Le monde est peuplé d’imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauvegarder une société absurde… L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’est une connerie : prenez les éboueurs… Mieux vaut être un crétin qui baise qu’un génie qui se masturbe !... Si les gens meurent moins de crises cardiaques, c’est qu’ils meurent avant pour d’autres raisons…Je suis passé à coté du show-business mais je ne suis certainement pas passé à coté de ma vie ! J’en ai bien croqué… » Jean Yanne, de son vrai nom Jean Roger Gouyé, né le 18 juillet 1933 aux Lilas et mort le 23 mai 2003 à Morsains, est un acteur, humoriste, écrivain, réalisateur, chanteur, producteur et compositeur français. Biographie Son grand-père vient à Paris en arrivant de Bretagne, plus exactement de Liffré en Ille-et-Vilaine. Les Gouyé, Gouyet, Gouyer sont à l'origine une famille de sabotiers qui, au xviiie siècle, habitaient dans la forêt de Mayenne5. À l'origine, gouyé veut dire « petite mare ». Jean Gouyé est le deuxième garçon d'André Gouyé, ouvrier-lithographe6 avant la Seconde Guerre mondiale, puis ébéniste auprès de son frère en 1945. Sa mère, Aimée Bonabeaux8 est couturière chez des grands couturiers3, notamment chez Jeanne Lanvin. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la famille de Jean Yanne est expédiée par son père à Celles-sur-Belle. Il y séjourne jusqu'en 1943, car son père est prisonnier en Allemagne et détenu dans un camp de travail. Ensuite, Jean Yanne effectue ses études aux Lilas dans l'enseignement primaire catholique, puis au collège. Il est renvoyé en sixième du lycée Turgot en 1945, et rejoint le lycée Chaptal où il obtient le brevet d’études du premier cycle du second degré (BEPC) et participe à une activité théâtre. Il décide alors de ne pas poursuivre ses études, et commence un apprentissage d'ébéniste chez son oncle, qu'il quitte rapidement, car ce dernier n'a pas les moyens de le rémunérer. Il commence des études de journalisme au Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris à la rentrée 1950, où il reste cinq mois. Contrairement à ce que prétendent beaucoup de sources, il n'appartient pas à la promotion de Philippe Bouvard qui a intégré le CFJ en 1948. Ses condisciples du CFJ se souviennent de ses talents d'amuseur et de provocateur, avec lesquels il mettait en révolution cet établissement. Il est pigiste dans plusieurs journaux : L'Aurore, Paris-Presse, L'Écho de la Mode, L'Humanité Dimanche. Il couvre aussi une série de reportages pour Time-Life, et s'occupe de la rubrique Le coin du dragueur dans le journal Dragueur de mines. Il abandonne progressivement le journalisme pour écrire des sketches de cabaret à la suite des conseils de Bob du Pac. Ils débutent ensemble dans un petit cabaret : l'Académie des vins. Roger-Jean Gouyé devient alors pour la scène Jean Yanne, référence aux origines bretonnes de sa famille, car son nom est trop souvent transformé en Couillé. En 1957, Jean Yanne pour les textes et Siné pour les dessins, animent une revue anticléricale J'y va-t-y j'y Vatican puis Ça fait des bulles. Il commence une carrière de journaliste au Dauphiné libéré, puis d'animateur à la radio au début des années 1960. Joueur d'orgue (toute sa vie il en possèdera un) et de piano, il se lance également dans la chanson, comme compositeur et chansonnier, dans des émissions comiques avec Jacques Martin, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, notamment un disque de rock sous le nom de Johnny 'Rock' Feller et ses 'Rock' Child, avec des titres comme J'aime pas le rock, Le rock coco, Saint- Rock, en 1961 ; également des parodies comme celles des Élucubrations d'Antoine, écrites avec Jacques Martin : Les Émancipations d'Alphonse, Les Revendications d'Albert, Les Pérégrinations d'Anselme, et Les Préoccupations d'Antime (1966). Toujours à la recherche de son style, il écrira dans l'hebdomadaire L'Os à moelle, brièvement repris par Pierre Dac en 1965. Ces textes furent rassemblés dans un recueil paru peu avant sa mort. Avec Jacques Martin, il apparaît dans une émission de télévision, Un égale trois, très caustique pour son temps, qui est arrêtée après cinq numéros car elle déplaît fortement au ministère de l'Information (il y interprète son fameux dialogue sur Ben Hur). Mais, passant à 20 h 30 sur l'unique chaîne de l'époque, les deux compères sont immédiatement connus de la France entière. Sa carrière prend le tournant du cinéma en 1964 dans La Vie à l'envers d'Alain Jessua. Il tourne dans des dizaines de films, en multipliant les seconds et premiers rôles. Il incarne, avec une gouaille très parisienne et un humour grinçant, une figure de Français moyen, râleur, vachard, égoïste et roublard, mais avec un grand cœur. Une confusion du public entre l'acteur et les rôles que celui-ci incarne ne sert pas son image, au début. Sa manière de plaisanter, agressive, débraillée, versant du vitriol sur des plaies ouvertes, tenant la compassion pour obscénité, choque un peu la France de l'époque. Il est de ce fait renvoyé de la radio ; son film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil en parle de façon romancée. En 1967, il joue dans Week-End de Jean-Luc Godard, puis se révèle véritablement en 1969 dans Que la bête meure de Claude Chabrol, où il incarne un homme intelligent, mais d'une absence de sensibilité qui le rend brutal. Il enchaîne avec Le Boucher de Claude Chabrol, où il se retrouve en inquiétant commerçant, amoureux et assassin. En 1969, il écrit également une BD avec Tito Topin au dessin : La langouste ne passera pas, publiée chez Casterman. Avec Maurice Pialat, en 1971, il tourne Nous ne vieillirons pas ensemble, où il incarne à nouveau son personnage d'insensible, et pour lequel il obtient le prix d'interprétation au festival de Cannes en 1972, récompense qu'il n'ira pas chercher. Voulant changer de registre et préférant se tourner vers la comédie et l'humour satirique, il tourne ses premiers films à partir de 1972, dans lesquels il veut donner toute sa mesure à son esprit caustique, anticonformiste, parodique et parfois à la limite du délire. Avec son compagnon d'écriture Gérard Sire, il brocarde la radio, qu'il connaît bien, dans le film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil en 1972, la politique avec Moi y'en a vouloir des sous en 1973 et Les Chinois à Paris en 1974, le monde du spectacle avec Chobizenesse en 1975, et celui de la télévision avec Je te tiens, tu me tiens par la barbichette en 1978. Les Chinois à Paris et plus encore Chobizenesse lui valent l'attention des producteurs américains en raison des sujets traités, moins exclusivement français que dans les deux films précédents, notamment le recours aux danses et ballets. Il réalise ensuite une parodie de péplum, Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982), avec Coluche et Michel Serrault, qui remporte un gros succès public, puis, de nouveau, une charge contre le monde politique avec Liberté, Égalité, Choucroute. Pour ce fils d'ouvrier, fin lettré (il est également conseiller international en achat d'œuvres d'art), l'art n'est qu'un attrape-gogos. Il lance sur RTL : « quand j'entends le mot culture, j'ouvre mon transistor » (parodie de l’aphorisme célèbre de Hanns Johst, homme de théâtre allemand [dans la pièce Schlageter] : « Quand j'entends parler de culture, je sors mon revolver »). Il s'expatrie, en 1979, pour raisons financières, à Los Angeles (Californie), mais revient régulièrement en France, pour se ressourcer dans sa propriété de Morsains, petit village d'une centaine d'habitants en Champagne, entre Montmirail et Esternay ; pour apparaître dans des émissions de radio, comme sa chronique matinale sur RTL et aussi pour tourner au cinéma et à la télévision. La plupart de ses derniers rôles ressemblent à ceux de ses débuts, mettant en scène des personnages râleurs et individualistes, mais au grand cœur. Il est l'un des sociétaires des Grosses Têtes, l'émission de Philippe Bouvard sur la station de radio française RTL, aux côtés de ses amis Jacques Martin et Olivier de Kersauson, se livrant à d'hilarants numéros d'improvisation. Il rejoint l'émission de Laurent Ruquier On va s'gêner sur Europe 1 en 2000. Côté audiovisuel, il est également le créateur, avec Jacques Antoine, de Je compte sur toi !, jeu diffusé sur La Cinq. Présenté par Olivier Lejeune, le programme a créé une polémique, à l'époque de sa diffusion car, lors de l'épreuve finale, les candidats devaient compter des centaines de véritables billets de banque pendant qu'ils étaient déstabilisés par de nombreux éléments perturbateurs. Si le compte des billets est bon, la somme est gagnée. Cet étalage d'argent en choque beaucoup, qui considèrent cela comme vulgaire et choquant. Pourtant, cette émission ne fait que parodier les codes existants des jeux télés (femmes-objets sur le plateau, étalage de cadeaux de luxe pour appâter le candidat…). De 1987 à 1990, il est invité à plusieurs reprises de l'émission culinaire Quand c'est bon ?… Il n'y a pas meilleur ! diffusée sur France 3 et animée par François Roboth. Jean Yanne est aussi l'auteur du célèbre slogan "il est interdit d'interdire", qu'il prononça par dérision, lors d'une de ses émissions radiophoniques du dimanche au printemps 1968, et qu'il fut tout surpris d'entendre repris ensuite « au premier degré ». Longtemps considéré comme un simple amuseur, Jean Yanne prend, avec le temps, la dimension d'un critique des travers et des aspects ridicules de son époque Il épouse, le 19 mars 1960, Jacqueline Renée Guellerin Allard. En 1971, il quitte régulièrement le plateau du tournage de Nous ne vieillirons pas ensemble pour l'accompagner dans la maladie malgré leur séparation. Jacqueline meurt en 1972 des suites d'un cancer du poumon. De sa liaison avec Sophie Garel, il a un fils Thomas né en 1970. On lui connaît une longue liaison avec Nicole Calfan puis, à partir de 1976, avec Mimi Coutelier. En 1990, il rencontre Christiane Fugger von Babenhausen, fille d'un aristocrate allemand et d'une brahmane indienne. En 1991, ils ont un fils, Jean-Christophe. Christiane meurt en 2009. Il meurt le 23 mai 2003 d'une crise cardiaque dans sa propriété de Morsains et est inhumé au cimetière communal des Lilas (Seine-Saint-Denis). Ses obsèques furent célébrées en l'église Notre-Dame-du-Rosaire des Lilas, où il fut baptisé étant enfant. Romans, scénarii 1972 : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, récit adapté par Jean Yanne et Gérard Sire 1973 : Moi y en a vouloir des sous (coécrit avec Gérard Sire) 1973 : Les Chinois à Paris (coécrit avec Gérard Sire) 1975 : Chobizenesse (coécrit avec Gérard Sire) 1977 : L'Apocalypse est pour demain ou les aventures de Robin Cruso, illustré par Cardon (Éditions Jean-Claude Simoën) roman d'anticipation sur les dérives possibles de l'automobile 1978 : Je te tiens, tu me tiens par la barbichette (coécrit avec Gérard Sire) 1982 : Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ 1984 : Liberté, Égalité, Choucroute Recueils 1999 : Pensées, répliques, textes et anecdotes (Prix Alphonse-Allais 200028) 2000 : Dictionnaire des mots qu’il y a que moi qui les connais 2001 : Sketches joués, non-joués, à jouer ou injouables 2001 : Je suis un être exquis 2003 : J'me marre 2010 : On n'arrête pas la connerie (anthologie posthume) 2013 : Tout le monde il est gentil (anthologie posthume) Filmographie Réalisateur 1972 : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil 29 1973 : Moi y'en a vouloir des sous 1974 : Les Chinois à Paris 1975 : Chobizenesse 1978 : Je te tiens, tu me tiens par la barbichette 1982 : Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ 1984 : Liberté, Égalité, Choucroute Producteur 1972 : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil 1973 : Moi y'en a vouloir des sous 1974 : Touche pas à la femme blanche !, de Marco Ferreri 1974 : Les Chinois à Paris 1975 : Chobizenesse 1979 : Je te tiens, tu me tiens par la barbichette Acteur Cinéma 1952 : Nez de cuir de Yves Allégret : figurant 1952 : Il est minuit, docteur Schweitzer d'André Haguet : figurant 1952 : Le Chemin de Damas de Max Glass : figurant 1954 : Avant le déluge d'André Cayatte : un lycéen (figuration) 1955 : Les Carnets du major Thompson de Preston Sturges : figurant 1963 : La Femme spectacle de Claude Lelouch - Le présentateur 1964 : La Vie à l'envers d'Alain Jessua : Kerbel 1964 : Jaloux comme un tigre de Darry Cowl : Alphonse 1965 : L'Amour à la chaîne de Claude de Givray : Pornotropos 1965 : Dis-moi qui tuer d'Étienne Périer : Federucci 1966 : Monnaie de singe d'Yves Robert : Félix 1966 : Le Saint prend l'affût de Christian-Jaque : Müller-Strasse 1966 : La Ligne de démarcation de Claude Chabrol : Tricot, le professeur 1966 : Le vicomte règle ses comptes de Maurice Cloche : Billette 1967 : Bang-Bang (Les aventures de Sheila !) de Serge Piollet : Robert Vaucarnu, dit "Bob la rafale" 1967 : Week-end de Jean-Luc Godard : Roland 1967 : Ces messieurs de la famille de Raoul André : Marco Broca 1968 : Erotissimo de Gérard Pirès : Philippe 1968 : Un drôle de colonel de Jean Girault : Barton 1969 : Que la bête meure de Claude Chabrol : Paul Decourt 1970 : Le Boucher, de Claude Chabrol : Paul Thomas, dit "Popaul" 1970 : Fantasia chez les ploucs, de Gérard Pirès : Doc Noonan 1970 : Êtes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne ? de Jean Aurel : Roger Blanchard 1971 : Laisse aller... c'est une valse de Georges Lautner : Serge Aubin 1971 : Le Saut de l'ange, d'Yves Boisset : Louis Orsini 1972 : Nous ne vieillirons pas ensemble, de Maurice Pialat : Jean 1972 : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (+ réalisation, scénario, auteur des textes des chansons) : Christian Gerber 1973 : Moi y'en a vouloir des sous (+ réalisation, scénario) : Benoît Lepape 1974 : Les Chinois à Paris (+ réalisation, scénario) : Régis Forneret 1975 : Chobizenesse (+ réalisation, scénario) : Clément Mastard 1976 : Armaguedon, d'Alain Jessua : Louis Carrier 1977 : L'Imprécateur, de Jean-Louis Bertuccelli : le directeur des ressources humaines 1977 : Moi, fleur bleue, d'Éric Le Hung : Max 1978 : La Raison d'État, d'André Cayatte : Jean-Philippe Leroi 1979 : Je te tiens tu me tiens par la barbichette (+ réalisation, scénario) : l'inspecteur Chodaque 1980 : Asphalte, de Denis Amar : Arthur Colonna 1981 : Une journée en taxi de Robert Ménard : Michel 1982 : Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ (+ réalisation, scénario, coauteur de la musique) : Paulus 1983 : Hanna K. de Costa-Gavras : Victor Bonnet 1983 : Papy fait de la résistance, de Jean-Marie Poiré : Murat 1984 : Liberté, Égalité, Choucroute (+ réalisation, scénario, cocompositeur de la musique) : Marat 1985 : Le téléphone sonne toujours deux fois, de Jean-Pierre Vergne : l'homme au téléphone 1985 : Gauguin, le loup dans le soleil d'Henning Carlsen : William Molard 1986 : Le Paltoquet, de Michel Deville : le capitaine de police 1986 : Attention bandits !, de Claude Lelouch : Simon Verini, dit "L'Expert" 1987 : Cayenne Palace, d'Alain Maline : Équateur 1987 : Fucking Fernand, de Gérard Mordillat : André Binet 1988 : Passe-passe (Quicker than the eye) de Nicolas Gessner : l'inspecteur Sutter 1990 : Sacré Père Noël (voix) dessin animé de Dianne Jackson et Dave Urwin 1991 : Madame Bovary, de Claude Chabrol : M. Homais, le pharmacien 1991 : Indochine, de Régis Wargnier : Guy 1991 : Les Secrets professionnels du docteur Apfelglück comédie à sketches réalisés par Hervé Palud, Alessandro Capone, Mathias Ledoux, Stéphane Clavier et Thierry Lhermitte : Germain, l'escroc 1992 : Le Bal des casse-pieds, d'Yves Robert : H 33 1992 : La Légende, de Jérôme Diamant-Berger : Roland Pikas 1992 : La Sévillane, de Jean-Philippe Toussaint : Polougaievski 1993 : Pétain, de Jean Marbœuf : Pierre Laval 1993 : Profil bas, de Claude Zidi : Plana 1993 : Chacun pour toi, de Jean-Michel Ribes : Georges Flavier 1993 : Fausto, de Rémy Duchemin : Mietek Breslauer 1994 : Regarde les hommes tomber, de Jacques Audiard : Simon 1995 : Victory, de Mark Peploe : Schomberg 1995 : Des nouvelles du bon Dieu, de Didier Le Pêcheur : Louis-Albert Dieu 1995 : Le Hussard sur le toit, de Jean-Paul Rappeneau : le colporteur 1996 : Beaumarchais, l'insolent, d'Édouard Molinaro : Louis Goezman 1996 : Désiré, de Bernard Murat : Corniche 1996 : Enfants de salaud, de Tonie Marshall : Julius 1996 : Mo' d'Yves-Noël François : Ned 1996 : Fallait pas !... de Gérard Jugnot : Magic 1996 : Un complot de saltimbanques de Jean Labib 1997 : Tenue correcte exigée, de Philippe Lioret : M. Bruckner, le directeur de l'hôtel 1997 : La Dame du jeu d'Anna Brasi : Evaristo Della Porta 1998 : Le Radeau de La Méduse, d'Iradj Azimi : Duroy de Chaumareys 1999 : Hygiène de l'assassin, de François Ruggieri : Prétextat Tach 1999 : Je règle mon pas sur le pas de mon père, de Rémi Waterhouse : Bertrand 1999 : Belle Maman, de Gabriel Aghion : Paul 2000 : Les Acteurs, de Bertrand Blier : le docteur Belgoder 2001 : Le Pacte des loups, de Christophe Gans : le comte de Morangias 2001 : Vertiges de l'amour, de Laurent Chouchan : le beau-père 2002 : Adolphe, de Benoît Jacquot : le comte 2002 : Tamango, de Jean Roke Patoudem 2003 : Petites Coupures, de Pascal Bonitzer : Gérard, l'oncle de Bruno 2003 : Gomez et Tavarès, de Gilles Paquet-Brenner : Tonton (2004 : Jean Yanne est mort alors qu'il avait commencé à travailler sur le film Atomik Circus, le retour de James Bataille, de Didier Poiraud, Thierry Poiraud ; il fut remplacé par Jean-Pierre Marielle) Wikipédia

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist