• -40%
Édith PIAF / L'AMOUREUSE

Édith PIAF / L'AMOUREUSE

986946
7,80 € 13,00 € -40%
Temps restant
3 CD / Collection ROUGE & &NOIR / 69 GRANDS SUCCÈS

100% secure payments

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
POUR REGARDER LES VIDÉOS CLIQUEZ SUR LE BOUTON "VIDÉOS" CI-DESSUS OU SUR "VIDÉOS" EN HAUT DE LA PAGE D'ACUEIL

Le 11 Octobre 1963, Edith Piaf disparaissait… La légende prenait le relais. L’image légendaire estompe les contours de la femme douloureuse. Et cette image demeure si impressionnante que du haut de son mètre quarante-sept, Piaf est aussi présente aujourd’hui qu’elle l’était alors. Elle n’a jamais été remplacée.
Au fond, tout au long de sa fulgurante vie, Edith Piaf sera guidée voire transcendée par l’amour.
L’amour qu’elle porte d’abord à Sainte Thérèse de Lisieux quand enfant elle revient guérie d’une grave maladie des yeux. Puis l’amour qui sera le moteur de ses rencontres  dans l’engrenage de la vie de femme et d’artiste.
Car  les hommes ne résistait pas quand elle  avait choisi d’aimer. Son premier mentor Louis Leplée, tombe sous le charme de  la voix de la jeune femme, et l’engage en la baptisant « la môme Piaf ». Le Tout-Paris de l’entre deux guerres commence à être irrésistiblement séduit ! Puis c’est Raymond Asso, éperdument amoureux de la jeune artiste, lui écrira des chansons déterminantes  (Mon légionnaire). Il aura une influence majeure sur la carrière d’Edith en l’imposant notamment sur la scène de l’ABC
Pendant la Guerre, elle rencontre alors Paul Meurisse avec qui elle vivra une passion de deux ans. Le comédien lui ouvrira le monde des intellectuels, parmi lesquels Jean Cocteau.
A la Libération, elle découvre Yves Montand, 23 ans. Elle lui apprend à chanter l’amour. Puis elle part à la conquête de l’Amérique avec Jean-Louis Jaubert et ses Compagnons de la chanson, neuf garçons qui la servent tout en forgeant leur célébrité.
L’engouement du Public est foudroyant ! Aux Etats-Unis,  elle rencontre à New-York  le boxeur Marcel Cerdan, champion du monde des poids moyens en 1948. Célébrissime l’un et l’autre à cette époque dans des domaines très différents, Piaf et Cerdan vivent une des plus belles histoires d’amour du siècle. Pour Cerdan, Piaf écrit avec Marguerite Monnot L’Hymne à l’amour, un de ses titres les plus connus et les plus chantés. Mais le destin n’est pas tendre. Piaf qui n’a pas son pareil pour chanter les amours tragiques y est maintenant elle-même confrontée par la mort soudaine de Marcel Cerdan, le 28 Octobre 1949.  Brisée, elle épouse le chanteur Jacques Pills en 1952 dont elle divorce quelques années plus tard. Puis il y a le fantaisiste Félix Marten, Georges Moustaki, Charles Dumont et le beau Théo Sarapo.
L’amoureuse, Edith Piaf, avec sa voix unique et une sincérité absolue aura chanté toute sa vie, la misère, le désespoir mais surtout l’amour !
 
CD 1

1          Non, je ne regrette rien
2          A quoi ça sert l'amour ? (avec Théo Sarapo)
3          Les amants (avec Charles Dumont)
4          Mon Dieu
5          Fallait-Il ?
6          Exodus
7          Milord
8          La Foule
9          Un étranger
10       Cri du cœur
11       Salle d'attente
12       Mon manège à moi (Tu me fais tourner la tête)
13       Les amants d'un jour
14       L'homme à la moto
15       Johnny tu n'es pas un ange
16       C'est à Hambourg
17       Sous le ciel de Paris
18       La goualante du pauvre Jean
19       J't'ai dans la peau
20       Le ''ça ira''
21       Je hais les dimanches
22       Plus bleu que tes yeux
23       Bravo pour le clown !
24       Padam...Padam
          
CD 2

1          La vie en rose
2          Hymne à l'amour
3          Jezebel
4          Une enfant
5          Chante moi
6          Bal dans La Rue
7          Les amants de Paris
8          Un refrain courait dans les rue
9          J'm'en fous pas mal
10       C'est pour ça (avec les Compagnons de la Chanson)
11       Les trois cloches (avec les Compagnons de la Chanson)
12       Le Roi a fait battre tambour (avec les Compagnons de la Chanson)
13       Le prisonnier de la tour (Si le roi savait ça)
14       Miséricorde
15       Il pleut
16       Le Chant des pirates 
17       Adieu mon cœur 
18       C'était une histoire d'amour
19       Les deux ménétriers
20       Je n'en connais pas la fin
21       Elle fréquentait la rue Pigalle
22       Le fanion de la Légion
23       Mon Légionnaire
24       L'accordéoniste
           
CD 3            " En Public"

1          Sous le ciel de Paris
2          Hymn to Love
3          Les amants de Paris
4          Je hais les dimanches
5          Autumn Leaves
6          La vie en rose
7          L'accordéoniste
8          Heureuse*
9          L'homme à la moto*
10       Comme moi**
11       Les prisons du roy**
12       Les grognards**
13       Les mots d'amour***
14       Les flons flons du bal***
15       T'es l'homme qu'il me faut***
16       Mon Dieu***
17       Mon vieux Lucien***
18       Le petit brouillard****
19       A quoi ça sert l'amour ?**** ( avec Théo Sarapo)
20       Milord****
21       Non je ne regrette rien***
           
            Extrait au Carnegie Hall (1956)
            *Extrait au Carnegie Hall (1957)
            **Extrait à l'Olympia (1958)
            ***Extrait à l'Olympia (1961)
            ****Extrait à l'Olympia (1962)
(Edith Giovanna GASSION, Paris, 1915 - Palscassier, 1963) auteur, compositeur et interprète. Née à Belleville, d'un père artiste de cirque - qu'elle accompagnera, un temps, dans ses tournées - et d'une mère qui se désintéresse d'elle, elle passe son enfance dans une maison close de Normandie, où sa grand-mère paternelle travaille comme cuisinière, et où les prostituées la prennent en affection. Momentanément aveugle, à la suite d’une affection oculaire, elle est guérie par " miracle " à l’occasion d’un pèlerinage à Lisieux et vouera une éternelle reconnaissance à Sainte-Thérèse. De retour à Paris, elle chante dans les rues et dans les cours, où elle est remarquée par Louis Leplée qui, subjugué par sa voix, la baptise " la Môme Piaf " et l’engage dans son cabaret proche des Champs-Elysées : le Gerny's. Le succès de la chanteuse est assez rapide mais, quelques mois après leur rencontre, Leplée est assassiné et, vu ses relations avec le milieu, Piaf est soupçonnée de complicité de meurtre. Finalement mise hors de cause, elle a cependant tout perdu et doit repartir à zéro ; ne devant son salut qu’au parolier Raymond Asso, qui lui offre de reprendre " Mon légionnaire " (une chanson écrite, à l’origine, pour Marie Dubas), qui sera son premier gros succès. C’est également lui qui lui présente la pianiste Marguerite Monnod, laquelle restera toujours sa compositrice de prédilection et lui écrira ses plus belles chansons (" Les amants d’un jour ", " Milord ", etc.). En 1937, Edith Piaf triomphe à l'ABC avec le répertoire Asso/Monnod. C'est la fin de la misère et le début de sa prodigieuse carrière. Mais la guerre arrive : Asso est mobilisé et sa protégée se lie avec Paul Meurisse, avec lequel elle joue, au théâtre, Le Bel Indifférent : une pièce écrite spécialement pour elle par Jean Cocteau. Dans le même temps, elle tourne également pour le cinéma, mais la chanson reste sa passion primordiale. Au fil des rencontres, elle travaille avec de nouveaux paroliers comme Michel Emer (" L'accordéoniste ") ou Henri Contet (" Padam padam ", " Bravo pour le clown "), et commence même à signer ses premiers textes de chansons (" Un coin tout bleu ", " Le vagabond ", etc.). Car, contrairement à une idée trop répandue, Edith Piaf ne fut pas seulement une interprète exceptionnelle, mais également une parolière à succès à qui l’on doit, entre autres, les textes de chansons comme " La vie en rose " ou " L’hymne à l’amour ". Pendant les années de l'Occupation, Piaf continue de se produire sur scène, allant même chanter deux fois à Berlin pour les prisonniers français ; ce qui lui vaudra d’être soupçonnée de collaboration, à la Libération. Charges dont elle sera entièrement blanchie lorsqu’il sera prouvé que ses tournées en Allemagne ont, en fait, servi à favoriser quelques évasions. Sa générosité naturelle (ainsi que son goût pour les beaux garçons) la pousse à aider, conseiller et lancer une série de jeunes artistes tels qu’Yves Montand, les Compagnons de la Chanson, Félix Marten, Eddie Constantine, etc. Marquée par la vie, la misère et la rue - une image dont elle joue, d’ailleurs, avec beaucoup d’habileté - Piaf brûle la vie et les planches par les deux bouts, et sa renommée s’étend désormais sur tous les continents. Considérée par la presse internationale comme : " L’une des plus grandes vedettes du monde ", elle est, avec Frank Sinatra, l’artiste la mieux payée de son temps. En 1947, à New York, elle fait la connaissance du boxeur Marcel Cerdan qui sera le grand amour de sa vie ; mais la mort accidentelle de ce dernier, en 1949, sera un drame dont elle ne se relèvera jamais. C’est d’ailleurs à la mémoire de Cerdan qu’elle écrira " L'hymne à l'amour ". En 1952, elle épouse Jacques Pills, chanteur de l'ancien duo Pills et Tabet, mais le mariage ne dure guère. Toujours à la recherche de nouveaux talents, Piaf contribue à révéler Charles Aznavour (" Jézébel "), Georges Moustaki (" Milord ") et Charles Dumont (" Non, je ne regrette rien "). Au début des années 60, minée par la maladie, la chanteuse connaît une sorte de résurrection grâce à l'amour que lui voue Théo Sarapo, qu'elle épouse en 1962 et qu'elle tente d’imposer au music-hall (duo " A quoi ça sert l'amour ? "). Mais, usée par le travail et les excès - bien que sa voix n’ait jamais faibli - elle meurt le 11 octobre 1963, quelques heures avant son vieil ami Cocteau. Ses funérailles, au cimetière du Père Lachaise, seront suivies par une foule énorme, évaluée à plus de cent mille personnes.

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist