• Neuf
LES FIANCÉS DE LOCHES / FEYDEAU
LES FIANCÉS DE LOCHES / FEYDEAU

LES FIANCÉS DE LOCHES / FEYDEAU

D175
10,00 €
1DVD - VIDÉO - 1 H 10 / COMÉDIE DE GEORGES FEYDEAU / MISE EN SCÈNE DE JEAN-LOUIS MARTINELLI / UN SUCCÈS DU THÉÂTRE NANTERRE-AMANDIERS

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
 
UN DVD - VIDÉO TOUTES ZONES - FORMAT PAL - 1 H 10

LES FIANCÉS DE LOCHES

Comédie de : Georges FEYDEAU

Mise en scène de : Jean-Louis Martinelli

Production de : Philippe Miquel

Production :Théâtre Nanterre-Amandiers

Avec : Christine Citti, Edéa Darcque, Laurent d’Olce, Zakariya Gouram, Maxime Lombard, Mounir Margoum, Anne Rebeschini, Séverine Chavrier, Sophie Rodrigues, Martine Vandeville, Abbès Zahmani, Daniel Bachelet, Patrick Bonnereau, Marie-Thérèse Boulogne, Joachim Fo

Résumé :

"Venus à Paris pour trouver l’âme sœur, trois Lochois, deux frères et une sœur, se trouvent par erreur dans un bureau de placement pour gens de maison, pensant se trouver dans une agence matrimoniale. Ils sont engagés comme domestiques, persuadés que leurs employeurs sont leurs prétendants…"

La Presse :

-       « Cette pièce de Feydeau est extraordinaire car elle joue essentiellement sur le langage. Il n’y a pas un mot qui n’ait un double sens. C’est d’un effet affolant car les personnages se parlent, échangent mais chaque réplique est interprétée dans le sens qu’il ne faudrait pas par celui qui la reçoit. (…) On pleure de rire. » Le Figaroscope

-       « Jean-Louis Martinelli réussit là un spectacle enlevé, très drôle et néanmoins désenchanté qui pose une vraie question : comment ne pas finir chez les fous quand on dérange ? » Télérama Sortir

-       « On est ailleurs, dans un autre monde à la logique folle, conduisant à force de développements extrêmes, jusqu’à la camisole de force et maison de santé. » La Croix

Bonus
Interview de Jean-louis Martinelli (13 min) par Philippe Jousserand

Et aussi :

Assistante à la mise en scène : Katia Hernandez

Scénographie : Gilles Taschet
Costumes : Patrick Dutertre
Son : Jean-Damien Ratel
Compositions musicales : Séverine Chavrier
Lumières : Eric Argis
Accessoires : Philippe Binard
Maquillages et coiffures : Françoise Chaumayrac

Production : Théâtre Nanterre-Amandiers
Joué au Théâtre Nanterre-Amandiers à partir de janvier 2009 et filmé en février 2009



Georges Feydeau est né à Paris en 1862. Il est le fils du romancier Ernest Feydeau et de Léocadie Bogaslawa Zelewska. Plusieurs sources mentionnent qu’il serait le fils de Napoléon III ou du Duc de Morny. Il grandit au sein d’un milieu littéraire et bohème. « Comment je suis devenu vaudevilliste ? C’est bien simple. Par paresse. Cela vous étonne ? Vous ignorez donc que la paresse est la mère miraculeuse, féconde du travail. Et je dis miraculeuse, parce que le père est totalement inconnu. J’étais tout enfant, six ans, sept ans. Je ne sais plus. Un soir on m’emmena au théâtre. Que jouait-on ? Je l’ai oublié. Mais je revins enthousiasmé. J’étais touché. Le mal venait d’entrer en moi. » (voir la suite dans l’article Le vaudeville et Feydeau) En 1873, il écrit Eglantine d’Amboise, pièce historique qui se déroule à l’époque de Louis XIII, puis en 1878 un drame : L’Amour doit se taire. Georges Feydeau renonce assez tôt à des études poussées pour se consacrer au théâtre. Il tente tout d’abord une carrière d’acteur et fonde au sein du Lycée Saint-Louis la compagnie le Cercle des Castagnettes, destiné à donner des concerts et des représentations théâtrales. Le 2 avril 1880, lors d’une séance du Cercle, une élève du Conserva¬toire dit La Petite Révol¬tée, le premier monologue de Feydeau, qui sera récité dans quelques salons. Sa première pièce, Par la fenêtre, est jouée en 1882, alors qu’il n’a que 20 ans. Feydeau écrit plusieurs monologues, dits par Galipaux, Coquelin cadet et Saint-Germain (Le Mouchoir, Un coup de tête, Un monsieur qui n’aime pas les monologues, Trop vieux, J’ai mal aux dents…). En 1883, Amour et piano, pièce en un acte est représentée par le Cercle de l’Obole à l’Athénée-Comique le 28 janvier, est très bien reçue par la critique. Coquelin cadet : portrait / par Lhéritier. Source : BnF/ Gallica Gibier de potence, comédie-bouffe en un acte, est créée au Cercle des Arts intimes le 1er juin, où Feydeau joue lui-même le rôle titre. Feydeau continue à écrire des monologues dit par Coquelin cadet (Le Potache et Patte en l’air) et par Judic (Aux antipodes, Le Petit Ménage). En novembre 1883, Feydeau est incorporé au régiment d’infanterie. L’année suivante, il fait représenter de nouveaux monologues par Coquelin cadet (Les Célèbres) et par Galipaux (Le Volontaire). Feydeau devient secrétaire général du théâtre de la Renaissance, dirigé par Fernand Samuel. En 1884, il écrit L’Homme de paille. Entre mars 1885 et début mars 1886, Feydeau tient la rubrique « Courrier des théâtres » au XIXe siècle, journal dirigé par son beau-père, Henry Fouquier. Il continue à écrire des monologues, dits par Coquelin cadet et Saint-Germain: Les Réformes, Le Colis et Le Billet de mille. Fiancés en herbe, une comédie enfantine en un acte, est créée le 29 mars 1886 à la salle Kriegelstein. Deux nouveaux monologues sont interprétés par Coquelin cadet : L’Homme intègre et L’Homme économe. Feydeau fréquente les milieux mondains, les salons littéraires et les cercles privés grâce à la notoriété de son père et la recommandation de son beau-père. Il rencontre des acteurs, des musiciens, des écrivains, des critiques littéraires, des journalistes, et aussi des peintres, d’autant plus qu’il prend des cours dans l’atelier du portraitiste Carolus-Duran.Feydeau abandonne ses fonctions au théâtre de la Renaissance et peu après rencontre enfin un grand succès tant auprès de la critique que du public avec Tailleur pour dames, comédie en trois actes créée au Théâtre de la Renaissance le 17 décembre 1886. Il créé en 1887 un nouveau monologue, Les Enfants, pour Coquelin aîné. Les œuvres suivantes (La Lycéenne en 1887, Un Bain de ménage , Chat en poche, Les Fiancés de Loches en 1888, L’Affaire Édouard en 1889, écrite avec Maurice Desvallières) ne rencontrent pas le même succès. En 1889, Feydeau épouse Marianne Carolus-Duran, la fille du peintre, avec laquelle il aura quatre enfants.. En février 1890, Feydeau est admis à la Société des auteurs et compo-siteurs dramatiques avec Henri Meilhac et Georges Ohnet pour parrains. Feydeau rencontre de nouveaux échecs en 1890 avec deux pièces écrites en collaboration avec Maurice Desvallières : C’est une femme du monde, comédie en un acte, et Le Mariage de Barillon, vaudeville en trois actes, créées au théâtre de la Renaissance. Il continue à écrire des monologues : Tout à Brown-Séquard, monologue dit par Coquelin cadet en 1890 et Madame Sganarelle (1891)

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist