Glenn MILLER / MOONLIGHT SERENADE
Glenn MILLER / MOONLIGHT SERENADE
Glenn MILLER / MOONLIGHT SERENADE
Glenn MILLER / MOONLIGHT SERENADE

Glenn MILLER / MOONLIGHT SERENADE

R381
6,67 €
1CD / Glenn MILLER AND HIS ORCHESTRA / ON THE AIR / MOONLIGHT SERENADE .... 1938-1939

 
Glenn Miller and his Orchestra

with Clyde Hurley, Mickey McMickie, Leigh Knowles, John Bert, Paul Tanner, Jimmy Preddiy, Richard Fisher ...


1 Moonlight serenade
2 At sundown
3 Sunrise serenade
4 Little brown jug
5 Danny boy
6 Sliphorn jive
7 The lady's in love with you
8 Showboat medley
9 Hold tight
10 My isle of golden dreams
11 Ain't cha coming out
12 Beer barrel polka
13 Song of the bayou
14 Mutiny in the nursery
15 I know that you know
16 Back to back
17 In the mood
18 The chesnut tree
19 King porter stomp
20 Oh baby
21 When paw was courtin' maw
22 Pagan love song
23 moonlight serenade
Pour beaucoup de gens, Glenn Miller demeure une valeur sûre du jazz et sa réputation a en effet franchi les décennies, en particulier grâce à deux ou trois tubes immortels, In The Mood étant le plus connu. Miller mourut en 1944, son avion s'étant englouti entre l'Angleterre et la France. Il avait à peine quarante ans et était promis au plus brillant avenir musical. Contrairement à ses principaux concurrents parmi les chefs d'orchestre blancs tout droit issu de la Swing Era, il n'avait pas son pareil pour discerner les goûts d'un public mouvant. Benny Goodman et Artie Shaw n'avaient pas une optique aussi réaliste, le premier était trop attaché à son rôle de musicien et de chef d'orchestre, amoureux de jazz, le second trop fantasque et trop soucieux de vérité, musicale entre autres. Seul Tommy Dorsey avait la lucidité qui permet de concilier passion et marché. Excellent tromboniste, Miller ne cherchait pas à se mettre en avant en tant que soliste. Il avait fait modestement ses classes au sein de divers orchestres, travaillant aussi comme arrangeur -avec Ben Pollack puis avec les frères Dorsey, ainsi que Ray Noble qu'il aida d'ailleurs à monter sa formation aux Etats-Unis. De toutes ces expériences et d'innombrables séances de studio, il sut retenir un certain nombre de principes sur lesquels il allait bâtir sa gloire. Il eut ainsi le loisir de développer ses propres conceptions sonores, notamment avec l'ensemble de Ray Noble où le trompettiste Pee Wee Ervin jouait une octave au-dessus du saxophone ténor. L'alliage séduisit Miller, qui fut bien embarrassé lorsque Ervin s'en alla car il ne put lui trouver un remplaçant capable d'évoluer avec autant d ' aisance dans ce registre. "Il fallait, expliqua Ray McKinley, choisir une tonalité qui maintenait la clarinette dans le registre aigu et les altos à leur hauteur maximum et obtenir une harmonie rigoureuse. Pour obtenir ce scintillement sonore, les anches doivent utiliser le vibrato et rester accordé dans le registre aigu. " (cité par George Frazier dansLa grande Epoque du Swing , 1940-1941, Time-Life, 1982). A partir de telles bases, Miller peaufina le son de son ensemble, demandant le maximum à ses musiciens et définit aussi un répertoire propice à mettre en valeur ses conceptions. Il avait compris que le public avait besoin de repères et s'était rendu compte que les morceaux préférés de ses musiciens touchaient rarement les coeurs de ses auditeurs, c'est pourquoi il les supprimait presque l'intégralité de son répertoire. Le procédé peut choisir, en tout cas le résultat est là: Miller est vivant car le son Miller n'a cessé d'enchanter et de toucher de nouvelles générations, même si leurs connaissances se limitent à In The Mood. François Billard Pour beaucoup, Glenn Miller reste l'un des noms les plus sûrs du jazz, sa renommée ayant survécu sans effort aux décennies qui passent grâce à une poignée de succès immortels tels que In The Mood . Miller est mort en 1944 lorsque son avion a disparu sans laisser de trace quelque part entre l'Angleterre et la France. A peine âgé de 40 ans, il semblait encore avoir un brillant avenir devant lui. Ses principaux concurrents parmi ces chefs de big band blancs qui avaient réussi à diriger leurs tenues à travers le Swing Era n'ont jamais montré tout à fait la même aptitude à discerner les goûts d'un public toujours inconstant. Benny Goodman et Artie Shaw étaient moins réalistes dans leur vision des choses, le premier trop attaché à son rôle de musicien et chef d'orchestre épris de jazz, le second trop idéaliste et capricieux. Seul Tommy Dorsey possédait la lucidité nécessaire pour concilier passion et forces du marché. Excellent tromboniste, Miller n'a pas cherché à occuper le devant de la scène en tant que soliste. Il avait appris le métier dans les sections de divers groupes de l'époque, tout en entreprenant des travaux d'arrangement - d'abord pour Ben Pollack, puis pour les Dorsey Brothers, et aussi pour Ray Noble, dont il a aidé à assembler l'orchestre américain. À partir de cette vaste expérience pratique et de son vaste travail en studio, il a commencé à accumuler de nombreux principes sur lesquels il allait fonder une carrière glorieuse. Il a surtout pu travailler sur ses concepts personnels sur la façon dont un groupe devrait sonner, notamment lors de son passage avec la tenue Ray Noble, dans laquelle le trompettiste Pee Wee Erwin a été marqué une octave au-dessus du sax ténor. Le mélange était beaucoup au goût de Miller, et le tromboniste-arrangeur a été confronté à un problème majeur quand Erwin est parti, car il ne pouvait trouver aucun remplaçant capable de jouer avec une telle précision et une telle facilité dans ce difficile registre supérieur. Par conséquent, comme l'expliquait un jour Ray McKinley, ils ont dû choisir une clé qui maintenait la clarinette dans le registre supérieur et les altos au sommet de leur gamme, tout en maintenant une harmonie parfaite. Pour obtenir ce son brillant, continua McKinley, les anches devaient utiliser un vibrato et veiller à rester à l'écoute lors de la lecture en haut. Sur la base de ces principes, Miller a travaillé sur le son de l'ensemble, exigeant le maximum de ses musiciens et choisissant son répertoire avec beaucoup de soin. Il avait compris que son public avait besoin de repères facilement reconnaissables et que les morceaux préférés de ses musiciens n'étaient en aucun cas ceux qui plairaient le mieux aux fans. Il avait donc tendance à bannir tous ces éléments du livre, à la grande frustration de ses sidemen. Cependant, la preuve du pudding, comme on dit… Le son de Glenn Miller est toujours vivant aujourd'hui, enchantant les jeunes auditeurs tout comme leurs aînés, même si le seul morceau qu'ils connaissent vraiment est peut-être le toujours populaire In The Mood .

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist