Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

Erroll GARNER / CONCERT BYE THE SEA & MISTY Agrandir

Erroll GARNER / CONCERT BYE THE SEA & MISTY

3 CD - 64 TITRES / TRIO, SOLO 1945 - 1961 / PLAYS MISTY / CONCERT BY THE SEA (CLASSÉ DANS LES 100 MEILLEURS ALBUMS DEJAZZ / JAZZ ARCHIVES COLLECTION

Plus de détails

R320

7,20 €

Prix réduit !

-40%

12,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Erroll GARNER
Type de musique
JAZZ
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
CD 1

Trio & Solo 1945 - 1947

1 TWISTIN’ THE CAT’S TAIL       2’55’’
E. Garner
2 WHITE ROSE BOUNCE           3’07’’
E. Garner
3 MOVIN’ AROUND                     3’07’’
E. Garner
4 NIGHT AND DAY                      3’17’’
C. Porter
5 LAURA                                      2’40’’
Raskin - Mercer
6 STAR DUST                              2’44’’
H. Carmichael
7 SOMEBODY LOVES ME          2’40’’      
Gershwin – De Sylva
8 BACK HOME AGAIN IN INDIANA   2’39’’
Hanley - McDonald
9 PASTEL                                     2’54’’
E. Garner
10 TRIO                                        3’02’’
E. Garner    
11 PLAY PIANO PLAY                  3’10’’
E. Garner
12 LOVE IS THE STRANGEST GAME  2’44’’
E. Garner
13 BLUES GARNI                         2’30’’
E. Garner
14 DON’T WORRY ‘ BOUT ME     3’16’’
Koehler - Bloom
15 LOOSE NUTS                           2’52’’
E. Garner
16 LOVE FOR SALE                      2’48’’
C. Porter
17 FRANKIE AND JOHNNY FANTASY   2’54’’
Trad
18 SLOE GIN FIZZ                         2’44’’
E. Garner
19 LADY BE GOOD                       2’21’’
Gershwin
20 ALWAYS                                    2’45’’
I. Berlin
21 ALL THE THINGS YOU ARE    3’20’’
Kern - Hammerstein
22 I’VE GOT YOU UNDER MY SKIN      2’30’’
C. Porter
23 LOVER COMME BACK TO ME          3’10’’
Romberg - Hammerstein
24 I CAN’T GET STARTED WITH YOU   3’15’’
Duke - Gershwin
25 I CAN’T ESCAPE FROM YOU            3’00’’
Robin - Whiting
26 SYMPHONY                                        3’00’’
Tabet – Bernstein - Alstone
 
Les enregistrements
 
Erroll Garner Trio
1-4 : Erroll Garner (p), Eddie Brown (b), Harold « Doc » West (dm) 1945
5-8 : Erroll Garner (p), John Levy (b), George De Hart (dm) 1945
9-10 & 12 -13 : Erroll Garner (p), Red Callender (b), Harold « Doc » West (dm) 1947
Erroll Garner Solo
11& 14-26: Erroll Garner (p) 1947
 
CD 2

Trio & Solo 1950 - 1960

1 HUMORESQUE                  5’11’’
A. Dvorak
2 THEM THERE EYES          4’42’’
M. Pinkard - D.Tauber - W. Tracey
3 MY LONELY HEART           5’41’’
E. Garner
4 I NEVER KNEW                  2’42’’
G. Kahn – T. Fio - Rito
5 BLUE LOU                           5’01’’
I. Mills – E. Sampson
6 THERE’S A SMALL HOTEL 3’14’’
L. Hart – R. Rodgers
7 S’WONDERFUL                   4’03’’
I & G Gershwin
8 AVALON                               4’16’’
Al Johnson – V. Rose
9 THE LAST TIME I SAW PARIS  5’35’’
O. Hammerstein – J. Kern
10 ROSALIE                            2’41’’
C. Porter
11 TIME ON MY HANDS         4’19’’
H. Adamson –M. Gordon –V. Youmans
12 MOONGLOW                      5’29’’
W. Hudson – E. De Lange – I. Mills
13 GIRL OF MY DREAMS        4’29’’
S. Clapp       
14 SUMMERTIME                     3’02’’
D. Heyward – Dubose Heyward – I & G Gershwin
15 FANCY                                  4’30’’
E. Garner
16 OH, LADY BE GOOD           3’39’’
I & G Gershwin
17 UNTIL THE REAL THING COMES ALONG  5’00’’
S. Cahn – S. Chaplin – L.E. Freeman      
18 PASSING TROUGH             3’09’’
E. Garner

Les enregistrements
 
1-2-3-11-12-13-18 : Erroll Garner (p), AL Hall (b), Gordon « Specs » Powell (dm). 1956
4-14-16 : Erroll Garner (p), John Simmons (b), Shadow Wilson (dm). 1952
5-9 : Erroll Garner (p), Eddie Calhoun(b), Kelly Martin (dm). 1958-1959
6-7-8-10 : Erroll Garner (p), Wyatt Ruther (b), Eugene « Fats » Heard (dm). 1953-1954
15-17 : Erroll Garner (p). 1952-1957
 
CD 3

Concert By The Sea (original album)
 
CLASSÉ DANS LES 100 MEILLEURS ALBUMS DE JAZZ
 
1 I’LL REMEMBER APRIL            4’24’’
G. De Paul – D. Raye –P. Johnson
2 TEACH ME TONIGHT               3’43’’
G. De Paul – S. Cahn
3 MAMBO CARMEL                      3’53’’
E. Garner
4 AUTUMN LEAVES                     6’33’’
J. Kosma – J. Mercer
5 IT’S ALLRIGHT WITH ME          3’31’’
C. Porter
6 RED TOP                                    3’23’’
L. Hampton – B. Kynard
7 APRIL IN PARIS                         4’55’’
E. Harburg –V. Duke
8 THEY CAN’T TAKE THAT AWAY FROM ME               4’15’’
G. & I. Gershwing
9 HOW COULD YOU DO A THING LIKE THAT TO ME  4’13’’
T. Glenn
10 WHERE OR WHEN   3’11’’
R. Rodgers – L. Hart
11 ERROLL’S THEME    1’50’’
E. Garner

Plays Misty (original album)

12 MISTY                                  2’46’’
E. Garner - J. Burke
13 EXACTLY LIKE YOU           3’11’’
J. MacHugh – D. Fiedles
14 YOU ARE MY SUNSHINE   3’27’’
J. Davies – C. Mitchell
15 WHAT IS THE THING CALLED LOVE   2’58’’
C. Porter
16 FRANTONALITY                  2’54’’
E. Garner
17 AGAIN                                  2’32’’
L. Newman – D. Cochran
18 WHERE OR WHEN              2’49’’
R. Rodgers – L. Hart
19 LOVE IS BLOOM                  5’30’’
L. Robin – R. Rainger
20 THROUGH A LONG AND SLEEPLESS NIGHT    2’56’’
A. Newman – M. Gordon
21 THAT OLD FEELING              5’14’’
L. Brown – S. Fain           
 
Les enregistrements
1-11 : Erroll Garner (p), Eddie Calhoun (b), Denzil DeCosta (dm). In Carmel-By-The-Sea (California) 19 septembre 1955
Le disque original Concert By The Sea est le premier disque de jazz a avoir dépassé le million d’exemplaires vendus…
12 – 21 : Erroll Garner (p). 1961


Erroll Garner
 
La réputation d'Erroll Garner dépasse depuis longtemps le petit cercle des amoureux du jazz. Et comme on peut se douter qu'un homme assis devant un piano n'a a priori pas grand chose d'un showman — à moins qu'il n'y mette le feu comme Jerry Lee Lewis — il faut bien lui trouver des qualités purement musicales pour expliquer son succès durable. 
Autodidacte, Erroll Garner se lança pourtant très tôt dans la carrière, puisque dès l'âge de dix ans, il se produisit à la radio, au sein d'un orchestre d'enfants. Quant au jazzman, c'est à partir de 1938 qu'il apparut, travaillant pour un certain Leroy Brown. A partir de 1944, établi à New York, il acquit rapidement une jolie réputation sur la 52e Rue, où les plus grands jazzmen se côtoyaient. L'année suivante, il monta son propre trio. Cette époque-là fut par excellence une époque charnière; le be-bop était en train de naître, tandis que le jazz que l'on dit aujourd'hui "classique" dessinait un magnifique coucher de soleil.    
Garner révéla très tôt toute l'étendue de son talent et l'on pourrait même dire qu'en 1947, année où il eut l'occasion d'enregistrer pour Charlie Parker, il avait déjà donné au jazz plusieurs disques "majeurs", même si le mot peut paraître trop grave lorsqu'il s'applique à un art aussi "léger". Encore faudrait-il préciser que ce qui peut nous sembler s'apparenter aux bulles d'un champagne musical chez lui, repose sur une miraculeuse fusion d'éléments disparates, empruntés à différents styles de jazz (et même à la musique afro-cubaine), sans que l'ensemble trahisse jamais le collage. Du moins chez le meilleur Garner, car en effet peut apparaître chez le Garner des ballades, une tendance à la "facilité" qui put en faire à certaines époques (en tout cas pas celle qui nous concerne présentement), une sorte de bête noire de la critique spécialisée, et pas seulement puisque l'on peut trouver des avis vraiment autorisés, tels que celui du pianiste Johnny Mehegan, pour voir deux Garner, le génial s'opposant au lénifiant (sur tempo lent). On ne devrait jamais en théorie parler du génie d'un musicien en rappelant ses faiblesses, du moins n'est-ce pas, par convention, le rôle de celui qui présente un disque?
Il nous semble pourtant que le "génie" de Garner n'apparaît jamais si bien, dans sa diversité et dans sa fraîcheur (irrésistible en cette seconde moitié des années 1940) que lorsqu'il donnait libre cours à sa fantaisie, laissant parler sa main droite, créant ce fameux décalage avec la senestre, qui apparaît comme sa signature. Ce qui ne devrait pas non plus nous laisser négliger tant d'autres caractéristiques de son "originalité" — si le commentaire sur Garner appelle les guillemets, sa musique est riche en détours —, tels que sa prodigieuse aisance en soliste absolu, ses invraisemblables introductions, son effarante logique (quasi carrollienne, en référence à Lewis Carroll et à Joe Carroll, le chanteur, autre virtuose du sens), son art de funambule, son humour (tel qu'il se déployait dans la citation) et sa belle capacité de renouvellement rythmique. Cette liberté garnerienne peut également être symbolisée par sa relation à l'histoire du jazz. Si le bebop et sa révolution appartinrent à sa jeunesse (cf. les faces avec Charlie Parker), il y "résista", et d'ailleurs il résista à beaucoup de choses, au temps qui passe et corrode le plaisir, aux classifications et même, répétons-nous, aux
infidélités de la critique spécialisée.
Enfin, on l'aura compris, Garner n'est pas prêt d'être oublié et s'il est passé depuis vingt ans déjà le temps où l'on pouvait se précipiter à ses concerts, ses disques en constituent un écho irrésistible.
François Billard

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal