• Neuf
FRÉHEL 1927-1934

FRÉHEL 1927-1934

105
8,00 €
CD - 25 TITRES / FRÉHEL L'INOUBLIABLE ET INOUBLIÉE / COLLECTION CHANSOPHONE

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
Artiste
Type
 
FRÉHEL L'INOUBLIABLE ET INOUBLIÉE / ÉDITION CHANSOPHONE

L'obsédé
Toute pâle
Bonsoir amie
La maison de mon coeur est prête
Dans une guinguette
Il n'est pas du milieu
C'est lui, c'est tout
Accordéons nous
Ensembkle
La coco
Paris la nuit
Toute seule
Comme un moineau
Toute la chanson d'amour
Dans la rue
Il n'est pas distingué
Souys le pont noir
La chanson d'autrefois
La zone
C'est un mâle
Le grand Léon
Prends-moi
Tire ton soufflet
Dans une guinguette
Quand il m'écrit


Fréhél
Chez cette tragédienne tout concours au drame, d’une manière inévitable et sans le moindre artifice. Sa vie, sa voix, sa dégaine, ses amours tumultueuses et cette déchéance physique qui fera d’une beauté adulée, couverte de fleurs et de bijoux par les têtes couronnés de l’époque, cette matrone sans formes ni âge, à laquelle Gabin ira jusqu'à dire: « T’as été une femme », au terme d’une scène particulièrement intense de Pépé le Moko.
Née à Paris le vendredi 13 juillet 1891, d’un père – ancien marin- devenu invalide, et d’un mère ramenant ses nombreux amants sous le toit familial, la petite Marguerite Boulc’h est très tôt livrée à elle-même et commence à chanter dans les cours, dès l’âge de cinq ans, en compagnie d’un vieil aveugle qui l’accompagne à l’orgue de Barbarie. Après divers métiers elle se retrouve employée chez un fabricant de cosmétiques qui l’envoie un jour livrer un « rénovateur facial » chez la Belle Otéro ; celle-ci, frappée par la beauté et la vivacité de cette fillette de 14 ans, la prend sous sa protection et la fait débuter à l’Univers, sous le nom de Pervenche.
Le succès est rapide et, tout en touchant un large public populaire, grâce à sa voix chaude et sa diction sans artifice. Pervenche devient bientôt la coqueluche du Tout Paris de la nuit. Elle s’étourdit de fêtes en fêtes, tâte de l’alcool et de la drogue et ses multiples liaisons défraient la chronique : jusqu’à ce que une aventure malheureuse avec Maurice Chevalier la pousse à disparaître de la scène parisienne pendant près de onze ans. On suit alors sa trace dans toute l’Europe, de Saint-Pétersbourg à Constantinople.
Lorsqu’elle revient en France, en 1923, Pervenche s’est effacée derrière Fréhel et son répertoire s’est considérablement assombri. Mais la voix est plus chaude que jamais et porte désormais chaque mot au paroxysme de l’émotion. C’est le début d’une seconde carrière, bien plus accomplie que la première, qui verra celle qu’Édith Piaf n’appelait jamais autrement que « La Grande Fréhel » tenir l’affiche des plus grands music-halls pendant plus de vingt ans, enregistrer près d’une centaine de titres et jouer dans une bonne quinzaine de films.
Pourtant, comme s’il lui fallait rester fidèle à sa légende, c’est dans la misère et la solitude que Fréhel, le 3 février 1951, dans une sinistre chambre d’hôtel de Pigalle.
Marc Robine


 

 
Chez cette tragédienne tout concours au drame, d’une manière inévitable et sans le moindre artifice. Sa vie, sa voix, sa dégaine, ses amours tumultueuses et cette déchéance physique qui fera d’une beauté adulée, couverte de fleurs et de bijoux par les têtes couronnés de l’époque, cette matrone sans formes ni âge, à laquelle Gabin ira jusqu'à dire: « T’as été une femme », au terme d’une scène particulièrement intense de Pépé le Moko. Née à Paris le vendredi 13 juillet 1891, d’un père – ancien marin- devenu invalide, et d’un mère ramenant ses nombreux amants sous le toit familial, la petite Marguerite Boulc’h est très tôt livrée à elle-même et commence à chanter dans les cours, dès l’âge de cinq ans, en compagnie d’un vieil aveugle qui l’accompagne à l’orgue de Barbarie. Après divers métiers elle se retrouve employée chez un fabricant de cosmétiques qui l’envoie un jour livrer un « rénovateur facial » chez la Belle Otéro ; celle-ci, frappée par la beauté et la vivacité de cette fillette de 14 ans, la prend sous sa protection et la fait débuter à l’Univers, sous le nom de Pervenche. Le succès est rapide et, tout en touchant un large public populaire, grâce à sa voix chaude et sa diction sans artifice. Pervenche devient bientôt la coqueluche du Tout Paris de la nuit. Elle s’étourdit de fêtes en fêtes, tâte de l’alcool et de la drogue et ses multiples liaisons défraient la chronique : jusqu’à ce que une aventure malheureuse avec Maurice Chevalier la pousse à disparaître de la scène parisienne pendant près de onze ans. On suitalors sa trace dans toute l’Europe, de Saint-Pétersbourg à Constantinople. Lorsqu’elle revient en France, en 1923, Pervenche s’est éffacée derrière Fréhel et son répertoire s’est considérablement assombri. Mais la voix est plus chaude que jamais et porte désormais chaque mot au paroxysme de l’émotion. C’est le début d’une seconde carrière, bien plus accomplie que la première, qui verre celle qu’Édith Piaf n’appelait jamais autrement que « La Grande Fréhel » tenir l’affiche des plus grands music-halls pendant plus de vingt ans, enregistrer près d’une centaine de titres et jouer dans une bonne quinzaine de films. Pourtant, comme s’il lui fallait rester fidèle à sa légende, c’est dans la misère et la solitude que Fréhel, le 3 février 1951, dans une sinistre chambre d’hôtel de Pigalle. Marc Robine Marguerite Boulc'h, dite Fréhel, née à Paris le 13 juillet 1891 et morte dans cette même ville le 3 février 1951, est une chanteuse qui a marqué la période de l'entre-deux-guerres. Biographie Fréhel en 1908 Née le 13 juillet 1891 à Paris, au numéro 109 du boulevard Bessières, Marguerite Boulc'h est la fille d'un couple de Bretons originaire de Primel-Trégastel2, hameau de la commune de Plougasnou (Finistère). Son père Yves Marie Boulc'h est un ancien cheminot devenu invalide, ayant perdu un bras, happé par une locomotive, tandis que sa mère Marie-Jeanne Daniel, concierge, se livrait accessoirement à la prostitution. La jeune Marguerite grandit dans les quartiers les plus populaires de Paris. À quinze ans, elle est vendeuse de cosmétiques de porte à porte. Son travail lui permet de rencontrer la Belle Otero, artiste alors adulée, qui admire son audace et ses formes ainsi que sa voix particulière, lui propose de chanter sous le nom de « Pervenche ». Son répertoire « réaliste » commence à la faire connaître entre 1905 et 1910. Fréhel est la première chanteuse à graver son 78 tours en 1908 (C'est une gosse / Odéon). Le 28 novembre 1907, elle épouse dans le 2e arrondissement de Paris Robert Hollard (alias Roberty), un jeune comédien amateur de music-hall qu'elle avait rencontré à la taverne de l'Olympia. Le couple donne naissance à un enfant, qui meurt en bas âge, et la jeune mère est rapidement abandonnée par son séduisant compagnon qui lui préfère Damia. Leur divorce est prononcé le 13 juin 1910. Elle noue ensuite une relation de courte durée avec Maurice Chevalier, qui décide de la quitter pour Mistinguett. Bien qu'auréolée de succès, Fréhel (ainsi surnommée désormais en référence au cap breton du même nom) fuit une vie sentimentale désastreuse et finit par plonger dans l'alcool et la drogue. Elle quitte la France pour l'Europe de l'Est et la Turquie, d'où l'ambassade de France la rapatrie dans un état lamentable en 1923. En 1925, l'« inoubliable inoubliée » remonte sur les planches de l'Olympia pour le plus grand plaisir d'un public qui ne se lasse pas de ses couplets réalistes. Son physique méconnaissable — elle s'est considérablement empâtée — lui ouvre paradoxalement les portes du cinéma. Elle tourne notamment dans Cœur de lilas en 1931, Le Roman d'un tricheur en 1936, La Maison du Maltais en 1938, interprète Où est-il donc ? dans Pépé le Moko en 1936 et La Java bleue dans Une java en 1939. En 1932, elle se produit au cabaret Le Bosphore, rue Thérèse4. Le 30 avril 1935, elle épouse à Paris Georges Boettgen. Après la Libération de 1944, elle est concierge d'un immeuble situé à l'angle de la rue Ballu et de la rue Blanche, dans le 9e arrondissement de Paris. En 1950, Robert Giraud et Pierre Mérindol inviteront Fréhel à se produire devant le public parisien dans une ancienne salle de bal, les Escarpes, située près de la place de la Contrescarpe. Ce seront les dernières apparitions publiques de la chanteuse. Elle ne se relèvera jamais de ses drames passés. C'est dans une chambre sordide d'un hôtel de passe, au 45 de la rue Pigalle, qu'elle meurt seule le 3 février 1951. Une foule importante assistera à son enterrement. Elle est inhumée au cimetière de Pantin. Discographie Si tu n'étais pas là. La discographie de Fréhel s'étend de 1908 à 1939. Elle grava son 1er disque chez Odéon en juin 1908 sous le nom de Pervenche-Fréhel. Elle ne retrouva le chemin des studios qu'en 1926, soit 18 ans après son 1er phonogramme. Elle grave dès lors chez Idéal, Inovat, Ibled, Odéon saphir, Parlophone, puis chez Polydor et Columbia Records dans les années 1930. Son dernier disque fut La Java bleue, réédité chez Columbia en 1951, année de sa disparition. Son activité cinématographique s'étale de 1931 à 1949. On l'entend une dernière fois en 1950 sur Radio-Lausanne, un disque Pyral de cette ultime intervention a été conservé. Chansons. 1908 C'est une gosse (Henri Christiné) (Mme Pervenche Fréhel de l'Eldorado. Odéon Brun 60825 Matrice XP 4128. Orch. 1909) Fenfant d'amour (Léo Daniderff) (Mme Pervenche Fréhel de l'Eldorado. Odéon Brun 60795 Matrice XP 4130. Orch. 1909) 1926 Musette (Cojac - Flouron) (Décembre. Valse chantée par Fréhel de l'Empire. Acc. Michel Péguri et son Orch. Parlophone n°22009 Matrice 95028-2 / Reprise Septembre 1928. Fréhel de l'Empire. Idéal Saphir 8581 Matrice JD 1041. Orch. Michel Péguri. 2'38) Quand on a trop de cœur (Tremolo - Flouron) (Décembre. Valse chantée par Fréhel de l'Empire. Acc. Michel Péguri et son Orch. Parlophone n°22009 Matrice 95029-2 / Reprise septembre 1928. Fréhel de l'Empire. Idéal Saphir 8582 Matrice JD 1042. Orch. Michel Péguri. 2'22) 1927 La vraie de vraie (Emile Doloire - André Decaye) (Fréhel de l'Empire avec Acc. d'Orch. Parlophone n°22250 Matrice 95293-2) J'ai l'cafard (Louis Despax - Jean Ėblinger) (Mars. Chanson réaliste. Odéon Saphir SP 1664. Orch. / Mai. Acc. Piano. Pathé X 5320 Matrice N 200806 / Reprise le 18 mars 1928. Idéal Saphir 8072 Matrice ID 569 Orch. Julien Rousseau) L'Obsédé (Léo Daniderff - Henri de Fleurigny) (Mars. Odéon Saphir SP 1664. Orch. / Reprise 23 octobre 1930. Colombia DF 278 Matrice L 2517-1. Orch. A. Valsien. 2'29) Sous la blafarde (Cyril Berger - Armand Foucher - Léo Daniderff) (Mars. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8071 Matrice ID 571. Orch. Julien Rousseau / Reprise 23 octobre 1930. Colombia DF 278 Matrice L 2518-1. Orch. A. Valsien. 3'19) C'est la valse des costauds (Alcib Mario) (Chansonnette. Fréhel de l'Empire avec Acc. d'Orch. Parlophone n°22250 Matrice 95292-2 / Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8055 Matrice ID 553. Accordéoniste Eugène Yoos et banjoiste Gino Bordin) Bonsoir amie (Albert Deligny - Gaston Maquis) (Mai. Romance. Acc. Piano. Pathé X 5319 Matrice N 200808) La maison de mon cœur est prête (Gaston Dumestre) (Mai. Mélodie. Acc. Piano - Pathé X 5319 Matrice N 200809) Accordéon Java "Quand il joue de l'accordéon" (Philippe Febvre - Camille Albert Bijouard - Jean Lenoir ) (Fréhel de l'Empire. Parlophone n°22273 Matrice 95294-1) C'est lui, c'est tout (Charlys) (Juillet. Chansonnette. Fréhel de l'Empire. Parlophone n°22273 Matrice 95291-2 / Reprise 1928. Inovat Saphir 1070 Matrice E 138) La Valse des coups de pieds au… boum (Des Moulins) (Août. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8083 Matrice ID 582. Orch. Julien Rousseau Comme une fleur7 (Jean Lenoir8) (Mme Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8084 Matrice ID. Orch. Julien Rousseau / Reprise 3 juin 1931. Colombia DF 589 Matrice WL 3148-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'21) Tango fatal (Olivier) (Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8085 Matrice ID 578. Orch. Julien Rousseau) La vraie valse des guinguettes (Vincent Scotto) (Mme Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8093 Matrice ID 594. Orch. Julien Rousseau) Toute pâle (Vincent Scotto) - Gaël) - (Mai. Chanson réaliste. Acc. Piano. Pathé X 5320 Matrice N 200807 / Août. Mme Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8094 Matrice ID 594. Orch. Julien Rousseau) Bonsoir amie (Deligny - Maquis) (Mai. Romance. Acc. Piano. Pathé X 5319 Matrice N 200808) Julot y a qu'toi (Alcib Mario) (Juin. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8056 Matrice ID 554. Accordéoniste Eugène Yoos et banjoiste Gino Bordin) 1928 Peut-être (Eblinger - Despax) (4 Mars. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8483 Matrice JD 938. Orch. Julien Rousseau) Toute seule (Seider - Gavel) (Avril. Fréhel de l'Empire avec Acc. d'Orch. Parlophone n°22687 Matrice 106066-2)/Reprise mai 1930. Mme Fréhel de l'Empire de Paris. Orch. Jean Lenoir. Disque Polydor 521683 Matrice 3138 BKP. 2'34 À Paris dans la nuit (Dans la rue de Lappe) (Gavel - Combe - Seider - Nargand) (Avril. Fréhel de l'Empire avec Acc. d'Orch. Parlophone n°22687 Matrice 106067-2 / Reprise mars 1930. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 9236 Matrice JD 1700. Orch. Julien Rousseau) La rue de la joie (Lelièvre - Varna Rouvra - Larrieu) (Juin. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8481 Matrice ID 936. Orch. Julien Rousseau) Hantise (Vallaire - Larrieu) (Juin. Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8482 Matrice ID 937. Orch. Julien Rousseau) Berceuse du petit gueux (Pothier - Raiter) (Fréhel de l'Olympia. Inovat Saphir 1069 Matrice E 137) Dans une guinguette (Charlys - Kito - Laroche) (Valse muette. Mme Fréhel de l'Olympia. Disque Henry n°H. 862 Matrice 862-A/Reprise Circa décembre 1933. Valse chantée. Acc. Orch. R. Guttinguer. Idéal n°12551 Matrice AN 715. 2'52) Il n'est pas du milieu (Charlys) (Chanson réaliste. Mme Fréhel de l'Olympia. Inovat Saphir 1069 Matrice E 139/ Juillet. Fox-trot. Mme Fréhel de l'Olympia. Disque Henry n°H.862 Matrice 862-B) Quand il joue de l'accordéon (inconnu) (Inovat Saphir 1069 Matrice E 140) 1929 Ensemble (Ferausy-Borel-Clerc) (Chanson réaliste. Mme Fréhel de l'Européen. Orch. M. Cravio. Disque Henry n°1524 Matrice 50069) La Coco (Dufleuve - Gaston Ouvrard) (Mai. Chanson réaliste. Mme Fréhel de l'Européen. Orch. M. Cravio. Disque Henry n°1524 Matrice 50073/Reprise 3 juin 1931. Colombia DF 590 Matrice WL 3149-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'02) 1930 La Réserve (19309 ?) Comme un moineau (Marc Hély - Jean Lenoir) (Mai. Mme Fréhel de l'Empire de Paris. Orch. Jean Lenoir. Polydor n°521684 Matrice 3137 BKP/Reprise 23 octobre 1930. Colombia DF 277 Matrice L 2516-1. Orch. A. Valsien/ Reprise novembre 1933. Chef d'Orchestre Pierre Devred. 3'01) Toute la chanson d'amour (Gael-Berniau) (Mai. Mme Fréhel de l'Empire de Paris. Orch. Jean Lenoir. Polydor n°521684 Matrice 3140 BKP) Pauvre grand (Combe - Plessis - Pickart) (23 octobre. Colombia DF 277 Matrice L 2519 - 1. 3'05) 1931 A la dérive (Ronn - Daniderff) (Fréhel de l'Olympia. Idéal Saphir 8484 Matrice JD 939. Orch. Julien Rousseau / 3 juin 1931. Colombia DF 590 Matrice WL 3150-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'09) La Chanson du vieux marin (Andrieu - Léo Daniderff) (3 juin. Columbia DF 589 Matrice WL 3147-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 2'55) 1932 Dans la rue (Weber - Paul Maye) (Juillet. Slow-fox du film Coeur de lilas. Salabert n°3064 Matrice SS 548-1) Il n'est pas distingué (Marc Hély - Yvain) (Novembre. Salabert n°3200 Matrice SS 1104 B/ Reprise mars 1935. Chef d'Orchestre Pierre Devred. Compositeur Paul Maye ? 3'16) Sous le pont noir (L. Boyer - R. Moretti) (Novembre. Salabert n°3200 Matrice SS 1105 B. 3'06) 1933 La chanson d'autrefois (M. Hely - J. Jekeyll) (Juillet. Orch. M. Chobillon. Salabert n°3344 Matrice SS 1593 A. 3'07) La zone (Hely - Jekeyll) (Juillet. Orch. M. Chobillon. Salabert n°3344 Matrice SS 1594 A. 3'09) J'n'attends plus rien (M.A.Malleville - Lionel Cazaux et Pierre Guillermin) (septembre. 3'29) C'est la rue sans nom (M.A.Malleville - Lionel Cazaux et Pierre Guillermin. 3'24) (septembre) J'attends quelqu'un (Louis Poterat- Karol Rathaus) (Septembre) La légende de Bali (Louis Poterat- Karol Rathaus) (Septembre) Si tu n'étais pas là (Pierre Bayle - Gaston Claret) (Novembre. Chef d'Orchestre Pierre Devred. 3'31) Les aveugles (Maurice Aubret - Henri Poussigue) (Novembre. Chef d'Orchestre Pierre Devred. 3'12) Appel (J.H. Tranchant - Jean Tranchant) (Novembre. Chef d'Orchestre Pierre Devred) C'est un mâle (Charlys) (Décembre. Orch. R. Guttinguer. Idéal n°12511 Matrice AN 683. 2'38) Le Grand Léon (Charlys - Rick) (Décembre. Valse musette. Orch. R. Guttinguer. Idéal n°12511 Matrice AN 684. 3'06) Quand il m'écrit (Charlys) (Circa décembre. Fox-trot chanté. Acc. Orch. R. Guttinguer. Idéal n°12551 Matrice AN 716. 2'59) 1934 Prends-moi (Rack - Charlys) (Janvier. Valse chantée. Orch. R. Guttinguer. Idéal n°12532 Matrice AN 705. 2'57) Tire ton soufflet (Charlys - Chabran) (Janvier. Java chantée. Orch. R. Guttinguer. Idéal n°12532 Matrice AN 706. 2'58) 1935 La Môme caoutchouc (Serge Veber - Maurice Yvain) (Mars. Chef d'Orchestre Pierre Devred. 2'53) Adieu... adieu... (Adieu, mon petit officier) (compositeur : Robert Stolz (compositeur d'opérettes et mélodies viennoises, de musiques de film, chef d'orchestre) ; parolier : Walter Reisch ; traducteur : René Nazelles ; version traduite de : Adieu, mein kleiner Gardeoffizier! ) (Septembre. Chef d'Orchestre Pierre Devred) Chanson tendre (Francis Carco - Jacques Larmanjat) (Septembre. Chef d'Orchestre Pierre Devred. 2'31) Rien ne vaut l'accordéon (Vander - Charlys - Alexandre) (26 novembre. Valse musette. Fréhel et l'orch. Alexander. Colombia DF 1838 Matrice CL 5504-1. 2'25) Il encaisse tout (Vander - Charlys - Alexander) (26 novembre. Valse musette. Fréhel et l'orch. Alexander. Colombia DF 1838 Matrice CL 5505-1. 2'33) Sous les ponts (Charmeroy - Viaud - Pesenti) (5 décembre. Columbia DF 1850 Matrice CL 5510-2. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'21) La Peur (Un Chat qui miaule)10 (Zwingel - Pesenti) (5 décembre. Columbia DF 1869 Matrice CL 5511-2. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'12) Où sont tous mes amants ? (Vander - Charlys) (5 décembre. Valse chantée. Columbia DF 1850 Matrice CL 5512-2. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'23) Il est trop tard (Vander - Charlys - Himmel) (5 décembre. Tango chanté. Columbia DF 1869 Matrice CL 5512-2. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'20) 1936 Le Fils de la femme poisson (Charles Trenet en 1935 - A. Siniavine/Charles Trenet) (17 avril. Valse chantée. Columbia DF 1926 Matrice CL 5697-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'12) La Valse à tout le monde (Charles Trenet - Jardin) (17 avril. Columbia DF 1926 Matrice CL 5698-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 2'45) Maison louche (Malleron - M. Monnot - A. Rhegent) (17 avril. Valse chantée. Columbia DF 1937 Matrice CL 5699-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 3'10) Pleure (G. Brevard - Zim - G. Dally - G. Brevard) (17 avril. Tango chanté. Columbia DF 1937 Matrice CL 5700-1. Acc. Orch. Pierre Chagnon. 2'54) Tel qu'il est (Vandait - Charlys - Alexander) (Juillet. Tango chanté. Mme Fréhel et l'accordéoniste Alexander et son orchestre. Columbia DF 1986 Matrice CL 5833-1). 2'47 Sous la flotte (Robert Malleron - Marguerite Monnot) (15 septembre. Orchestre musette Pierrot. 2'43) C'est un petit bal musette (Gabriello - Alex Stone) (15 septembre. Orchestre musette Pierrot) Les filles qui la nuit (Maurice Aubret - Jean Boyer et Léo Lelièvre fils) (11 décembre. Orchestre Pierre Chagnon. 3'09) Où est-il donc ? du film Pépé le Moko (Lucien Carol et André Decaye - Vincent Scotto) (11 décembre. Orchestre Pierre Chagnon. 3'13) Et v'la pourquoi du film Le Roman d'un tricheur (Sacha Guitry - Adolphe Borchard) (11 décembre. Orchestre Pierre Chagnon. 2'33) Tout change dans la vie du film Gigolette (Pierre Maudru - Vincent Scotto) (11 décembre. Orchestre Pierre Chagnon. 2'32) 1938 Derrière la clique (L. Bargen et Leplay - Henri Poussigue) (13 juin. Orchestre Musette Pierrot. 3'19) La Chanson des fortifs (Michel Vaucaire- Georges van Parys) (13 juin. Orchestre Pierre Chagnon. 3'03) La Môme Catch-catch (Maurice Vandair - Maurice Alexander) (13 juin. Orchestre Musette Pierrot. 2'58) L'Amour des hommes (Les hommes nous aiment du film La rue sans joie) (André Hugon et Géo Koger - Vincent Scotto) (13 juin. Orchestre Pierre Chagnon. 2'57) 1939 La Der des der (Michel Vaucaire - Georges van Parys et Philippe Parès) (2 janvier. Orchestre Musette Pierrot. 2'49) Sans lendemain du film L'Entraîneuse (Michel Vaucaire - Georges van Parys) (2 janvier. Orchestre Pierre Chagnon et Orchestre Musette Pierrot. 3'18) Ohé ! les copains ! (Michel Emer) (Orchestre Pierrot. Columbia CL 6904. Format : Shellac, 10, 78 RPM. 2'23 La Java bleue (Géo Koger et Noël Renard - Vincent Scotto) (2 janvier. Columbia DF 2769 CL 690-3. 2'44) Wikipédia

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist