Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS Agrandir

Gilles VIGNEAULT / ANTHOLOGIE - MON PAYS

PRÉCOMMANDE UN LUXUEUX COFFRET 4 CD - 80 TITRES / MON PAYS / VERITABLE ANTHOLOGIE DU GRAND POÈTE QUÉBÉCOIS.

Plus de détails

3589036

25,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Gilles VIGNEAULT
Type de musique
VARIÉTÉS
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
EN PRÉCOMMANDE POUR UNE LIVRAISON LE 23 AVRIL 2021

" MON PAYS" UN LUXUEUX COFFRET DE 4 CD 80 TITRES


CD 1

1 Mon Pays  
2 Jack Monoloy 
3 Jean du Sud 
4 Jos Montferrand 
5 Tam Ti Delam 
6 La Danse à Saint-Dilon 
7 J'ai pour toi un Lac 
8 Le Doux Chagrin 
9 Les Gens de mon Pays
11 Quand vous Mourrez de nos Amours 
12 Chanson Démodée 
13 Ballade de l'été 
14 Ballade de l'Hiver 
15 Du Milieu du Pont 
16 Si les Bateaux 
17 Ma Jeunesse 
18 Pendant que 
19 Zidor le Prospecteur 
20 Fer et Titane 

CD 2

1 Tout le monde est malheureux 
2 Ah ! que l'Hiver 
3 La Manikoutai 
4 Berlu 
5 Ce que je Dis 
6 L'Horloge 
7 Gros Pierre 
8 Le nord du Nord 
9 Petit bonhomme 
10 Le temps qu'il fait sur mon Pays
11 C'est le Temps 
12 La Tite Toune 
13 Le Voyageur Sédentaire 
14 Gens du Pays 
15 Ton Père est Parti 
16 Maintenant 
17 Il me Reste un Pays 
18 Une Branche à la Fenêtre 
19 Je Chante pour 
20 Ti Cul la Chance 

CD 3

1 I went to the market 
2 La Découverte 
3 Ouvrez les Oreilles 
4 Tante Irène 
5 Faut que je me Réveille 
6 Tit-Nor 
7 J'ai Rentré le Bois 
8 J'ai Planté un Chêne 
9 Mettez vot' Parka 
10 Les Amours, les Travaux 
11 Au Doux Milieu de Vous 
13 Petite Berceuse du Début de la Colonie 
14 La Tourterelle 
15 Le Grand Cerf-Volant 
16 La complainte du lendemain 
17 L'étranger 
18 Mademoiselle Émilie 
19 La Chanson de l'Eau 
20 Les Îles de l'Enfance 

CD 4

1 Vivre debout
2 Charlie-Jos 
3 La Ballade Ddun Sans-Abri 
4 Dans la Nuit des Mots 
5 Au Bout du Cœur 
6 Je n'ai pas cessé de t'aimer 
7 Madame Adrienne 
8 Chemin faisant 
9 C'est à Natashquan 
0 Marche avec Moi 
11 Vos mots que je lance 
12 Le temps qu'il fait sur mon pays 
13 J'ai mal à la terre 
14 Tu peux ravaler ta romance 
15 Les Arpilles 
16 Le premier soir des noces 
17 Les Sirènes 
18 Théo L'Orphelin
19 Chant du Portageur 
20 La mer, l'amour, la mort


Gilles Vigneault

Vu de très loin, de notre quai en bord d’océan, ce n’est que du blanc, des lacs gelés et des forêts, qu’on imagine à perte de vue. Un paysage pris dans les rigueurs de l’hiver, le blizzard, la froidure. « Dans la blanche cérémonie / Où la neige au vent se marie... »
Peu d’entre nous ont fait le long chemin qui mène à Natashquan, dans le nord du nord québécois, et nos représentations ne sont qu’approximatives cartes postales. Mais, à l’écouter nous le conter, nous le chanter, nous le faire vivre, on se plaît dans notre tête à y déambuler, emmitouflés de grosses laines et d’une parka (en France, on parle aussi d’une... « canadienne ») comme il se doit, à presque re-connaître ses habitants, les saluer d’un sourire… Ses chansons, les personnages et situations qui les animent, sont plus vrais que le virtuel d’aujourd’hui, comme une réalité augmentée d’avant l’heure. Nous savons aussi leur lutte pour cette langue française si forte et fragile à la fois, si belle, toujours malmenée, menacée, combat sans cesse recommencé. Et cet accent, ce parler si particulier, entre tous chantant.

Nous aussi, nous avons un village, gaulois celui-là, qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Avec ses personnages hauts en couleurs, qui aiment à se battre puis à faire ripaille, vendre leur poisson qu’on dit pas frais, tailler des menhirs et collectionner les casques des romains qu’il dégomment à coups de poings. Mauvaise pioche, le barde y est ici muselé, interdit d’exercer, comme non-essentiel.
Autre lieu donc, six heures de décalage horaire, autre versant de l’horizon, autre village que celui de Gilles Vigneault, ce fils de marin et d’institutrice qui, après avoir été professeur d’algèbre, de physique-chimie puis de français, animateur de télévision, s’est imposé comme poète, conteur, « barde », artiste de music-hall. Et chansonnier, au sens « québécois » du terme. Qui, à nos oreilles, à notre imagination, fait revivre les gens de son pays de poudrerie, nous les rend étonnement proches.
Pas de santons en ce village, non, mais des personnages bien vivants, avec leur lot d’amour, d’espoir, de rires et de chagrins, de labeurs et de drames. Berlu qui vit de beau temps à crédit, Gros Pierre raillé de tout le village pour cause d’amour, Zidor le prospecteur l’or dans la caboche et rien sous la dent, le grand Jos Monferrand, Jack Monoloy l’indien qui aime une blanche, Jean du Sud qui désormais se promène sur le fond de l’eau… « Les gens de mon pays / Ce sont des gens de parole / Et gens de causerie […] C’est parfois vérité / Et c’est parfois mensonge... » Autant de portraits, de tranches de vies faites d’amour, d’aventures, de bonheurs et de malheurs, de conditions sociales, de convictions. Mais qu’on ne s’y trompe pas : parlant des autres, Gilles Vigneault parle aussi de nous.
Par lui, c’est une invraisemblable galerie de personnages, qu’il n’aura de cesse d’enrichir au fil du temps, accueillant en son sein tant La vieille Margot que Mademoiselle Émilie, Tante Irène, Charlie-Jos, Le petit bonhomme, Madame Adrienne, Théo l’orphelin et d’autres encore. Si ce coffret en était l’exact recensement, il faudrait faire place à bien plus de disques…
C’est ainsi, par l’évocation des Gens de son pays, que les Français l’ont découvert, à l’automne 1966 à Bobino. Avec, dès le début, cette voix approximative, paradoxalement d’une grande justesse au sens que le propos l’est. Et déjà le pied dansant… Le quotidien L’Aurore publie le portrait de ce chanteur écrit par le poète Henry Pichette : « Sa voix est éraillée, elle cailloute, elle rafale, feule, se fêle. Il a un chat sauvage dans la gorge. Il a un nez de chouette épervière. On dirait que les lames du nordet ont façonné sa face. Il est sec comme un coureur de bois. » Un album paraît, fait d’une majorité de titres qui depuis longtemps ont gagné leurs galons au Québec où ce disque « enregistré à Paris » est déjà le sixième.
À Québec fleurissaient depuis quelques années des « boîtes à chansons », calquées sur le modèle de ses inspiratrices parisiennes de la « rive gauche » et particulièrement du cabaret éponyme. À l’unisson de la « révolution tranquille » (qui succède au long règne, de la « grande noirceur » du premier ministre québécois Maurice Duplessis), la chanson y prend l’air et c’est presque grand vent. Vigneault fut de ce puissant souffle, où on trouve des Claude Léveillée, Clémence Des Rochers, Pauline Julien, Raymond Lévesque (à qui on doit déjà Quand les hommes vivront d’amour, chanson écrite à Paris en pleine guerre d’Algérie) et autre Jean-Pierre Ferland. Deux mois après ses débuts, en 1960, Gilles Vigneault chante en première partie de Félix Leclerc ; l’élève de trente-deux ans et son maître sur une même scène… Deux ans plus tard, pour ses premières chansons gravées dans la cire – toutes devenues de grands classiques –, il se présente ainsi au verso de la pochette : « Une biographie ? Je ne suis pas mort. Étudié une quinzaine d’années. Enseigné durant sept autres. Ramé, chassé, dansé, portagé, couru la grève, débardé, ru et pleuré, cueilli béris, bleuets, framboises, aimé, prié, parlé, menti. Écrit cent chansons et deux livres. Et l’intention de continuer. » Il continuera, avec plus de quatre cent chansons, plus de quarante livres...
Le premier disque français de 1966 fut l’entame d’une longue carrière hexagonale, d’une histoire d’amour. Avec l’artiste qu’il est et, par lui, avec un pays.
S’il convoque le tendre souvenir des gens de son village de toujours qu’est Natashquan, s’il est fidèle à l’héritage du passé, s’il perpétue la sagesse de ses ancêtres, Gilles Vigneault chante d’abord son « pays » et ce qui le compose, le réel comme l’immatériel : cette planète et ce qu’on en fait, son exploitation, cette course aux profits au détriment de l’espace, des fragiles équilibres. Ses chansons parlent de la terre, de l’humus, des graines qu’on lui confie, des arbres qui poussent, des fruits qu’ils portent. Elles nous parlent depuis tout le temps de l’air et du vent, des cerfs-volants, de la pluie et de la neige, du soleil, des cours d’eau, du sable, du rythme et de la magie des saisons. Elles se soucient de notre Terre et de son devenir, nous parlent d’écologie depuis bien avant que ce mot intègre nos dictionnaires, entre dans nos préoccupations. Et cachent dedans leurs vers de sombres craintes depuis bien avant que nous en ayons pris conscience, que nous en ayons peur.
Même si l’idée du pays prédomine, y compris dans sa question nationale (« Tu peux ravaler ta romance / J’ai tout compris, je pense / Qu’on n’est plus du même pays... » chante-t-il à l’adresse du Canada anglophone et des fédéralistes), le répertoire de Gilles Vigneault est en lui-même un écosystème universel où l’homme et l’animal, la nature et tous les éléments sont indissociables, harmonie entre les êtres et les choses. Œuvre foisonnante, cohérente, dont Natashquan, sans nullement vouloir se prendre pour le nombril du monde, est viscéralement l’épicentre. C’est un monde non forcément rudimentaire mais sans triche ni faux-semblants, qui « a sa peau pour tuxedo » et ne vocalise jamais pour rien. Une chanson vigilante, soucieuse, attentive.
Chanson du bien vivre, du vivre-ensemble, qui se prolonge puis s’achève dans la danse, en habits du dimanche : « On s’est trouvé un violon / Un salon, des partenaires / Puis là la soirée commence / C’était vers sept heures et demie. » Dans ce village planétaire de Natashquan, tout semble finir par des chansons et par des danses. Que je sache, quelles que soient les latitude et longitude, on n’a jamais fait mieux. Et « Swing la baquaise dans l’fond d’la boîte à bois ! »
Michel Kemper


















Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal