• Nouveauté
LE CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN

LE CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN

D68
Derniers articles en stock
10,00 €
1 DVD VIDÉO - 2 H 10 / LE CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN : PIÈCE DE BERTOLD BRECHT / MISE EN SCÈNE DE BENNO BESSON / GRAND PRIX DE LA CRITIQUE 2001 / GRAND PRIX DU PUBLIC

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
DVD  VIDÉO toutes zones - Format PAL

LE CERCLE DE CRAIE CAUCASIEN

Grand Prix du Syndicat National de la Critique 2001

Grand Prix du Public

Pièce de            : Bertold Brecht
Traduction         : Benno Besson et Geneviève Serreau

Mise en scène   : Benno Besson

Assistante          : Bérangère Gros

Avec : Coline Serreau, Gilles Privat, Christian Hecq, Claude Barichasse, François Berté, Delphine Bibet, Laurent Boulanger, Bruno Dani, Mathieu Delmonté, Akonio Dolo, Zoé Lebreton, Olivier Loretan, Philippe Marteau, Patricia Pottier, Emmanuelle Ramu, Nicolas Serreau, Daniel Vouillamoz, Peter Wilkinson.

 

Production : le CADO (Centre National Orléans-Loiret-Région Centre), Théâtre Vidy Lausanne E.T.E., Théâtre National de la Colline

Créée au : Théâtre Vidy Lausanne et filmée au Théâtre de Sartrouville en janvier 2002

 

Scénographie, costumes et masques : Ezio Toffolutti

Lumières                        : André Diot

Musique de scène         : Paul Dessau

Réalisation                    : Vitold Grand’Henry

Technologie                  : 16/9 numérique, son stéréo

Durée                             : 2 h 10

 
 

Interview de Coline Serreau

 

Résumé :

Groucha, simple fille de cuisine, sauve de la mort, lors d’une révolution de palais,  le fils du gouverneur abandonné par sa mère et s’enfuit avec lui. Elle se sacrifie pour le sauver et l’élever. Lorsque quelques années plus tard, la femme du gouverneur réclame son fils, Groucha refuse. Il appartiendra à l’inénarrable Azdak, devenu juge par une absurdité du sort, de départager les deux mères en les soumettant à l’épreuve du « cercle de craie ».

 

La Presse :

- « Vu par Benno Besson, Le Cercle de craie caucasien est vraiment une fable dans le fond et la forme. C’est du théâtre fait pour rassembler, dans le plaisir et le sentiment. » Le Monde

 

- « Les comédiens s’en donnent à cœur joie, Coline Serreau plus mère et attachante que jamais, Gilles Privat irrésistible en juge pochard et Christian Hecq en Frégoli dont on se demande jusqu’où il peut aller dans la folie. » Pariscope

 

- « C’est un enchantement. Voilà Brecht poussé du côté de la comédie imagée, de la fresque aux tonalités d’art populaire. Si bien poussé, si bien ciblé qu’on ne cesse de s’émerveiller. » Les Echos

1898-1956 Poète et dramaturge allemand né à Augsbourg. Neuf volumes de "Poèmes", deux romans, quatre recueils de récits, quatre livres consignant diverses réflexions sur la littérature, l'art (en particulier le cinéma), la politique : cette abondante production, traduite et publiée aux éditions de l'Arche n'a pas vraiment rencontré d'écho en France. Bertold Brecht eut surtout une influence par ses activités théâtrales d'auteur, de théoricien et de metteur en scène. Venu à Paris en 1954 et 1955, le Berliner Ensemble, troupe de Berlin-Est animée par Berthold Brecht et Hélène Wegel éblouit nos gens de théâtre par la perfection d'une réalisation scénique minutieusement et longuement travaillée. Les membres de la rédaction de la revue "Théâtre populaire" autour de Roland Barthes et Bernard Dort, des metteurs en scène dont Roger Planchon, des décorateurs dont René Allio envisagèrent la nécessité et la possibilité de modifier en France les formes théâtrales. Ce fut alors une autre "bataille d'Hernani " avec les tenants de la tradition. Débat stérile que vint submerger dans les années 1968, l'aspiration à un théâtre-fête et à un théâtre improvisé. « ...La musique est au cœur de la réflexion dramaturgique de Brecht. L'utilisation du chant (les songs (participe pleinement à la « distanciation » brechtienne, à la frontière de l'esthétique et du politique... Naissance (1898) à Augsbourg d'Eugen Bertolt Brecht, premier enfant de Sophie et Friedrich Brecht. La famille Brecht est protestante et la lecture de la Bible influencera toute l'œuvre à venir de Bertolt Brecht. Brillantes études primaires et secondaires à Augsbourg de 1904 à 1917. Il publie ses textes dans le journal de son école et écrit sa première pièce : La Bible. Première guerre (1914 - 1918) : après une période d'enthousiasme patriotique, il réalise l'horreur de ce conflit et devient de plus en plus anti-militariste. Il passe son baccalauréat puis effectue son service militaire avant son entrée à l'université. En 1918 Brecht entre à l'université de philosophie de Munich, puis de médecine, mais n'en suivra pas les cours... Il est plus enclin aux sorties de fin de semaine avec sa bande d'amis. Il écrit des chansons « osées » et tombe amoureux de Rosa Maria puis de Paula Banholzer dont il aura un fils. Sa première vraie pièce, Baal, créée à Leipzig, provoque un scandale ! 1919 - 1920 : Brecht écrit Tambours dans la nuit, qui sera représentée à Munich en 1922. La critique met en avant l'écriture et le ton « vraiment nouveau » de la pièce. Puis il écrit dans la foulée 5 pièces en 1 acte : La Noce chez les petits-bourgeois, Lux in Tenebris, Le Coup de filet, Il débusque un démon et Prairie. À Berlin (1920 - 1933) il travaille à une fresque historique : Charles le Téméraire. Sa mère meurt le 1er mai 1920. Profondément affecté, il écrit une série de poèmes, puis rédige les psaumes qui seront plus tard intégrés dans Les sermons domestiques (base de Mahagony) et Garga (Dans la jungle des villes, créé en 1923 à Munich). Il épouse la cantatrice Marianne Zoff, dont il aura une fille. Le 18 mars 1924 son adaptation de la pièce de Marlowe, La vie d'Édouard II d'Angleterre, est présentée au théâtre. Il vit alors avec l'actrice Helen Weigel, qu'il épousera et avec qui il aura deux enfants. Après la lecture de Marx il prend en compte le capitalisme et ses retombées sur la société...Puis, avec le compositeur Kurt Weill ,il se consacre à l'opéra : le Songspiel, Mahagony est représenté à Baden-Baden. En 1928 à Berlin, c'est la première de L'Opéra de quat'sous (succès immédiat). Brecht se consacre un temps, avec une équipe d'auteurs et de compositeurs, à une production théâtrale didactique : L'importance d'être d'accord, Celui qui dit non, La décision etc... Les créations se suivent : Mahagony à Leipzig (scandale) et à Berlin en 1931, La Mère en 1932 dans la même ville. Le départ : en 1933 les nazis arrivent au pouvoir, le Reichstag brûle. Ses œuvres sont interdites et Brecht part pour Prague, Vienne puis Paris où il retrouve Kurt Weill (Les Sept péchés capitaux sera donné au Théâtre des Champs-Élysées), il rejoint ensuite sa famille au Danemark. Au printemps 1935 il se rend à Moscou pour créer un théâtre et un mouvement anti-fasciste mais, compte tenu des difficultés, y renonce et retourne au Danemark. Il y écrit Cinq difficultés pour écrire la vérité avant de partir pour New York pour essayer de faire jouer La Mère, échec (trop politique)... Suivent ensuite Les Fusils de la mère Carrrar, Grand-peur et misère du IIIIe Reich, Le Roman de César et Galilée. Puis, sentant la guerre venir, il emmène sa famille en Suède. La guerre... 1940 les troupes allemandes entrent en Norvège et au Danemark, Brecht part pour la Finlande où il restera une année. En collaboration avec Margarete Steffin, il écrira La Résistible ascension d'Arturo Ui. L'Amérique... En 1941, en compagnie de sa famille et de sa collaboratrice, Ruth Berlau, Brecht embarque à Vladivostock pour Los Angeles. À l'arrivée, tout ce petit monde s'installe à Santa Monica, non loin de Thomas Mann et Fritz Lang. En 1942, première à New York de Grand-peur et misère du IIIème Reich. Suivent ensuite La bonne Âme du Se-Tchouan et La vie de Galilée (première en 1947 à Beverly Hills) Le retour en 1947...Après avoir comparu devant la "Commission des activités anti-américaines», Brecht quitte les États-Unis pour la Suisse et Zurich, première de Antigone, puis Maître Puntila et son valet Matti (1948 Zurich), il écrit alors Le Petit Organon avant de décider d'aller à Berlin pour superviser la création de Mère Courage (première en 1949) ; à Berlin Est, adaptation de Le précepteur deLenz, avec Hans Meyer et en 1951 La Condamnation de Lucullus avec Paul Dessau. Brecht travaille ensuite avec le Berliner Ensemble. En1953 le soulèvement de Berlin Est est écrasé par les chars russes et il s'en émeut dans une lettre tronquée par la presse. L'été 1953 il écrit Turandot... Bertolt Brecht meurt le 14 août 1956 à Berli

Vous aimerez aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist