René Guy CADOU
René Guy CADOU

René Guy CADOU

980582
8,00 €
1 CD / 100ème ANNIVERSAIRE / 24 poèmes chantés par Julos Beaucarne, Marc Robine, Morice Benin, Michèle Bernard, Martine Caplanne...

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
1 Lettre à des amis perdus
(Julos Beaucarne)

2 Les chevaux de l'amour
(Marc Robine)

3 La fleur rouge
(Marc Robine)

4 La cinquième saison
(Morice Benin)

5 Hélène
(Morice Benin)

6 Pour plus tard
(Morice Benin)

7 Je t'attendrais ainsi qu'on attend les navires
(Michèle Bernard)

8 L'étrange douceur
(Michèle Bernard)

9 Louisfeert
(Morice Benin)

10 L'enfant précoce
(Morice Benin)

11 À chaque vie
(Morice Benin)

12 La nuit surtout (Martine Caplanne)

13 Femmes d'Ouessant (Martine Caplanne)

14 Les maisons du destin  (Marc Robine)

15 Aller simple
(Marc Robine)

16 Testament
(Marc Robine)

17 Dernier communiqué
(Morice Benin)

18 L'aventure marine
(Morice Benin)

19 Le tempsperdu
(Martine Caplanne)

20 Fortunes
(Martine Caplanne)

21 Le chant de solitude
(Morice Benin)

22 Alphabet de la mort
(Marc Robine)

23 Le temps des villas vides
(Marc Robine)

24 Moineaux del'an 1920...
(Martine Caplanne)


Vous pouvez écouter des extraits en cliquant sur le titre désiré au centre du player, vous avez aussi la possibilité de télécharger des titres ou l’album entier en cliquant sur les liens en-dessous de la pochette : par exemple sur iTunes ou amazon.

(1920 - 1951) La vie n’a pas accordé beaucoup de temps à René Guy Cadou… Ni même beaucoup d’espace, puisque l’essentiel de son existence tourne à l’intérieur d’un polygone de quelques dizaines de kilomètres de côtés. Un polygone ne dépassant jamais les limites de la Loire-Inférieure (comme cela se disait à l’époque), et dont chaque sommet porte le nom d’une école. Sainte-Reine-de-Bretagne, tout d’abord, où son père est instituteur, et où il naît le 15 février 1920, au cœur du marais de Brière. Cardurant, faubourg de Saint-Nazaire où la famille s’installe en 1927, quand le père est nommé directeur de l’école locale ; puis Nantes où le garçon entre au lycée, en 1930. Dix ans plus tard, devenu instituteur à son tour, sa toute première affectation le mène à Mauves-sur-Loire, à quelques kilomètres en amont de Nantes. Suivront, au hasard des mutations et des caprices de l’académie : Bourgneuf-en-Retz, Saint-Aubin-des-Châteaux, Pompas-d’Herbignac, Saint-Herblon et Clisson. Une moyenne d’un poste par an, jusqu’à cette rentrée scolaire d’octobre 1945 où il s’installe à Louisfert. Il y vivra quelques années de bonheur intense, en compagnie d’Hélène : jeune poétesse rencontrée à Nantes, le “ 17 juin 1943 ”, à laquelle il dédiera quelques uns des plus beaux poèmes d’amour qui soient, et ce qui reste sans doute son recueil essentiel : Hélène ou le Règne végétal . En dépit de cet amour et de ce bonheur partagés, Louisfert sera la fin de son parcours. C’est là, en effet, qu’il ressent, dès l’été 1946, les premières manifestations de la maladie qui devait l’emporter à trente et un ans, le 20 mars 1951, à la veille du printemps. Une conscience de la Mort à venir que l’on retrouve désormais - explicitement ou derrière l’écorce des mots - dans la plupart de ses poèmes, mais qui, en fait, remonte au plus profond de son enfance. Car le jeune Cadou fut orphelin de bonne heure. De sa mère, tout d’abord, qui mourut alors qu’il n’avait que douze ans ; puis de son père quelques années plus tard. Dans l’intervalle, il commence à écrire ses premiers poèmes vers l’âge de quinze ans, et publie son premier recueil (Les brancardiers de l’aube) alors qu’il vient juste d’en avoir dix-sept. Il se lie alors avec Max Jacob, dont il fera une sorte de père spirituel, et le libraire nantais Michel Manoll qui l’introduit auprès d’un groupe de jeunes poètes dont la plupart se retrouveront au sein de ce qui deviendra “ l’Ecole de Rochefort ”, à partir de 1941, sous l’impulsion de Jean Bouhier et de Cadou lui-même. Tour à tour émerveillée et douloureuse, tendre, familière et sensible, pleine de réalisme, de simplicité, de lyrisme et de fraîcheur, la poésie de René Guy Cadou est un creuset d’images fortes où l’amour de la vie et de la nature se mêle à la mélancolie des paysages, à la douceur des bêtes, aux brisures de l’enfance, à l’amitié des hommes de cœur, à la compassion pour les humbles, à l’amour fou d’Hélène et à l’obsession de la Mort. Avec, en filigrane, une constante invitation au voyage, totalement surprenante chez ce grand sédentaire. Marc Robine BIBLIOGRAPHIE (sélective) Editions Seghers Poésie la vie entière (œuvres poétiques complètes) Hélène ou le règne végétal Editions Le Castor Astral Mon enfance est à tout le monde La maison d’été (roman) Editions de l’Atelier Un oiseau dans la tête Editions du Rocher Monts et merveilles Editions Rougerie Le miroir d’Orphée (sélection d’articles) Le testament d’Apollinaire (essai)

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist