Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

LA BELLE HÉLÈNE / OFFENBACH Agrandir

LA BELLE HÉLÈNE / OFFENBACH

2 CD / JACQUES OFFENBACH / LA BELLE HÉLÉNE (INTÉGRALE) / VERSION 1952 AVEC JANINE LINDA, ANDRÉ DRAN / VERSION 1948 (EXTRAITS) AVEC FANELY REVOIL...

Plus de détails

R280

10,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Jacques OFFENBACH
Type de musique
CLASSIQUE
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
LA BELLE HÉLÈNE (intégrale 1952)

Opéra bouffe en 3 actes de Jacques Offenbach
Livret d’Henri Meihlac et Ludovic Halévy
 
Distribution
Hélène                                Janine Linda
Pâris                                    André Dran
Ménélas                              Roger Giraud
Agamemnon                       Jacques Linsolas
Achille                                 Jean Mollien
Oreste                                 Loly Valdarnini

Paris Philharmonic Orchestra dir. René Leibowitz

 

En supplément de programme

LA BELLE HÉLÈNE  Version 1948 (extraits)

Avec : Fanely Revoil, Louis Arnoult, Marcelle Sansonetti, Maurice Porterat, Willy Clément.Orchestre de la Radio-Lyrique dir. Jules Gressi

CD1  Version 1952

Acte I

1 Introduction                                       
2 Vers les autels, Juspin, nous accourons..(Chœur)                               2:59 
3 C'est de devoir des jeunes filles...               (Chœur, Hélène)                 7:27 
4 Au cabaret du Labyrinthe...                          (Oreste)                              6:09 
5 Au mont Ida Trois Déesses...                       (Pâris)                                 6:00 
6 Voici les rois de la Grèce...                           (Chœur)                              7:39 
7 Gloire au berger victorieux...                        (Chœur)                              2:07 
8 Ainsi vous êtes gentilhomme...                     (Ménélas)                            4:07 
9 Le roi plaintif qui s'embarque...                     (Hélène)                              1:55 
 
Acte II Version 1952 suite
 
 
10 O reine en ce jour il vous faut faire...            (Chœur)                              5:25 
11 On me nomme Hélène…                               (Hélène)                             5:17 
12 Le voici le Roi des Rois…                             (Chœur)                              2:58 
13 Alors tu t'imagines…                                      (Agamemnon)                    4:06
14 C’est le ciel qui m'envoie…                           (Hélène)                              5:35 
15 Mon mari !...                                                   (Hélène)                             1:42 
16 Tiens, Ménélas!...                                           (Agamemnon)                    2:05 
17 Un mari sage…                                              (Hélène)                             5:19 
 
CD2 Version 1952 suite

Acte III

1 Dansons! Aimons!...                                        (Chœur)                  3:17 
2 Le roi Ménélas blessa la déesse…                 (Oreste)                   5:23 
3 Là, vrai, je ne suis pas coupable…                 (Hélène)                  2:53 
4 Lorsque la Grèce…                                         (Agamemnon)         5:04 
5 Ah! ... mais s'il y avait un autre moyen…        (Ménélas)                1:09 
6 La galère de Cythère…                                   (Chœur)                   6:11 
7 Elle vient, c'est elle…                                       (Chœur)                  3:42 
 
LA BELLE HÉLÈNE version 1948 (extraits)

8 Amours divins, ardentes flammes             (Chœur, Hélène)     3:16 
9 Au cabaret du Labyrinthe…                          (Oreste)                   2:15             
10 Le Jugement de Pâris... Au mont Ida…      (Pâris)                     5:26
11 Ces rois remplis de vaillance...                    (Chœur)                  3:03 
12 O Reine en ce jour…                                   (Chœur)                  1:25 
13 On me nomme Hélène...                              (Hélène)                  2:35             
14 Le voici le roi des rois                               (Chœur)                  0:59 
15 Vous le voyez j'ai trois...                               (Agamemnon)         3:08 
16 C'est le ciel qui m'envoie…                           (Hélène)                 5:24 
17 Là vrai je ne suis pas coupable…                 (Hélène)                 3:09             
18 Lorsque la Grèce…                                       (Agamemnon)        6:57             
19 Et tout d'abord...                                            (Chœur)                  2:20 
20 Elle vient c'est elle…                                     (Chœur)                  3:57 
21 On me nomme Hélène...                               Jane Marnac           3:18

Argument

Acte I – Le Jugement de Pâris

Sur une place publique de Sparte, le peuple dépose des offrandes devant le temple de Jupiter. Calchas, le grand augure, regarde amèrement ces maigres offrandes composées essentiellement de fleurs. La matinée se poursuit avec la venue des pleureuses d’Adonis accompagnées par Hélène, reine de Sparte, qui demandent à Vénus « de l’amour, n’en fût-il plus au monde ! ». Survient alors, le jeune prince Oreste, fils d’Agamemnon, accompagné de jeunes femmes à la mode que Calchas réussit à renvoyer de peur qu’ils ne perturbent le sacrifice. C’est ensuite Pâris, le fils du roi Priam, déguisé en berger, qui arrive à Sparte et qui vient chercher « l’amour de la plus belle femme du monde » que lui a promis Vénus lors du concours du mont Ida. Calchas se plie à la volonté de Vénus et s’engage à l’aider à conquérir Hélène, la plus belle femme du monde. Justement, un concours est organisé pour découvrir « des gens d’esprit ». Les rois de la Grèce, Ajax Premier, Ajax Deuxième et Achille accourent suivis par Ménélas, époux d’Hélène et roi de Sparte, et par Agamemnon. Remportant les trois épreuves de la charade, du calembour et des bouts-rimés, Pâris dévoile son identité. Calchas fait alors entendre une prophétie : « il faut que Ménélas aille passer un mois… (…) dans les montages de la Crète ».

Acte II – Le jeu de l’oie

Dans les appartements de la reine, la belle Hélène reçoit Pâris qui s’impatiente : « voilà un mois que nous nous en tenons au marivaudage » lui déclare-t-il. Constatant que l’amour n’est pas suffisant, il lui fait savoir que la ruse sera le prochain moyen qu’il utilisera pour arriver à ses fins. À la fin de l’entretien, toute la cour et les rois arrivent pour jouer au jeu de l’oie. La partie se termine assez vite lorsque Calchas est pris en flagrant délit de tricherie, mais par sa diplomatie il parvient très rapidement à reprendre la situation en main. Fatiguée, Hélène se repose tout en souhaitant un songe lui permettant de voir le beau Pâris sans ternir la fidélité qu’elle doit à Ménélas. Malgré les nombreux gardes placés aux portes de l’appartement, Pâris arrive à entrer sous les apparences d’un esclave. Le rêve devient réalité, mais au moment où Pâris et Hélène s’embrassent, Ménélas, de retour de Crète, entre dans l’appartement. Appelant les rois et la cour à la rescousse, ils chassent Pâris de Sparte.

Acte III – La galère de Vénus

Sur la plage de Nauplie où la cour s’est installée, Hélène tente d’oublier l’épisode arrivé huit jours plus tôt. Ménélas demandant une explication, Hélène se défend et déclare avoir résisté à l’amour de Pâris. Vénus est en colère, les couples se défont, Agamemnon et Calchas demandent à Ménélas de s’immoler pour le bien de la Grèce. Celui-ci refuse, mais, pour sortir de l’impasse, il a fait venir le grand augure de Vénus. Ce grand augure, c’est Pâris déguisé, qui demande simplement à ce qu’Hélène aille à Cythère pour effectuer quelques sacrifices à Vénus. Ménélas accepte avec joie une solution qui ne lui coûte rien. Alors que la galère repart emportant Hélène, Pâris se fait reconnaître et déclare à Ménélas : « Ne l’attends plus, roi Ménélas, j’emporte Hélène, elle est à moi ! Je suis Pâris ! »

Jacques OFFENBACH
 
Considéré avec Hervé, comme le « Père » de l’opérette, Jacques Offenbach a composé environ 120 œuvres théâtrales. Les puristes (et ils sont nombreux) se refusent à le considérer comme un compositeur d’opérette – genre mineur s’il en est -, et préfèrent associer à sa production les termes d’opéra bouffe, opéra-comique, voire opéra pour certains de ses ouvrages.
 
Coup d’œil sur l’Artiste
1819 : Naissance de Jacques Offenbach, le 21 juin, à Cologne, fils d’un chantre de la Synagogue.
1833 : Arrivée à Paris et entrée au Conservatoire, classe de violoncelle.
1834 : Violoncelliste à l’Opéra-Comique.
1836 : Offenbach se produit dans les salons. Il compose valses et romances.
1839 : Echec de Pascal et Chambord.
1844 : Il épouse Herminie d’Alcain qui devait lui donner 5 enfants.

1847 : Compositeur-chef d’orchestre à la Comédie Française.
1855 : Sa première opérette Oyayaye ou La reine des Iles, anthropophagie musicale1855 à 1858 : Ouverture du Carré Marigny (triomphe des Deux Aveugles), puis directeur des Bouffes-Parisiens : Croquefer, Ba-Ta-Clan, Les deux Pêcheurs, Le Violoneux (début d’Hortense Schneider), Tromb-Al-Ca-Zar, Le mariage aux lanternes, Mesdames de la Halle : Offenbach est célèbre.
1858 : Orphée aux Enfers, la première grande opérette française.
1859 : Geneviève de Brabant (première version).
1860 : Offenbach est naturalisé français. Echec à l’Opéra-Comique de Barkouf.
1861 : Le Pont des Soupirs, La Chanson de Fortunio.
1863 : Lischen et Fritzchen (Ems). Il fait la connaissance de Zulma Bouffar.

1864 : La Belle Hélène (Variétés).
1866 : Barbe-Bleue (Variétés) et La Vie Parisienne (Palais-Royal).
1867 : La Grande Duchesse de Gérolstein (Variétés). Robinson Crusoé à l’Opéra-Comique.
1868 : La Périchole (Variétés).
1869 : Vert-Vert à l’Opéra-Comique, Les Brigands (Variétés).
1870/71 : La guerre franco-allemande et disgrâce d’Offenbach.
1871 : Offenbach se remet au travail.
1872 : Fantasio à l’Opéra-Comique. Offenbach part pour Vienne où il donne Le Corsaire Noir.
1873 : Triomphe à Paris de La fille de Madame Angot de Lecocq qui devient le « chef de file » d’une nouvelle école. Offenbach rentre à Paris : Les Braconniers, Pomme d’ApiLa jolie Parfumeuse et Madame l’Archiduc.

1874 : Offenbach se ruine à la Gaîté avec La Haine et une nouvelle version d’Orphée aux Enfers.
1875 : La boulangère a des écus (Variétés), Le Voyage dans la lune (Gaîté).

1876 : Offenbach voyage en Amérique.
1878 : Madame Favart (Folies-Dramatiques).
1879 : La Fille du Tambour-Major (Folies-Dramatiques).
1880 : Mort d’Offenbach, le 5 octobre.
1881 : Triomphe, à l’Opéra-Comique, le 10 février, des Contes d’Hoffmann….
 
Documentation et illustrations : Wikipédia & DR

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal