Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

 LES CLOCHES DE CORNEVILLE / PLANQUETTE Agrandir

LES CLOCHES DE CORNEVILLE / PLANQUETTE

2 CD / INTÉGRALE DE L'OPÉRETTE DE ROBERT PLANQUETTE / AVEC ERNEST BLANC, COLETTE RIEDEINGER, ORCHESTRE PIERRE DERVAUX /

Plus de détails

R276

7,00 €

Prix réduit !

-30%

10,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Robert PLANQUETTE
Type de musique
CLASSIQUE
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
LES CLOCHES DE CORNEVILLE
Robert Planquette
Opérette en trois actes
Livret de Clarville et Gabet
Réalisation Max de Rieux
 
Distribution

Ernest Blanc 
                           Le Marquis de Corneville
Colette Riedinger                     Serpolette
Huguette Boulangeot               Germaine
Jean Giraudeau                       Grenicheux
Louis Musy                               Gaspard
André Balbon                            Le Bailly

Direction d’orchestre Pierre Dervaux
Enregistré en 1955 sur disque DECCA
Première représentation à Paris au Théâtre des Folies Dramatiques le 19 avril 1877

CD 1
 
Acte I
1 Ouverture                                                                                4:35             
2 Acte I - Le marché de Corneville…                                         5:40 
3 Acte I - Dans ma mystérieuse histoire...       (Serpolette)        2:09 
4 Acte I - Dialogue                                                                      4:36 
5 Acte I - Va petit mousse...                           (Grenicheux)        3:40 
6 Acte I - Dialogue                                                                      2:24 
7 Acte I - Chanson des cloches…                  (Germaine)           2:59 
8 Acte I - Dialogue                                                                      1:42 
9 Acte I - J'ai fait trois fois le tour du monde…   (Henri)               2:37 
10 Acte I - A la perruque d'un Bailli… Je ne sais comment    (Grenicheux)     3:29
11 Acte I - Le marché de Corneville…               Final                    8:17 
 
Acte II
 
12 Acte II - À la lueur des flambeaux...            Chœur                 2:20 
13 Acte II - Fermons les yeux...                       (ensemble)          2:43 
14 Acte II - Ne parlez pas de mon courage...  (Germaine)          2:56
15 Acte II - J'ai perdu la tête...                          (Le Balli)             2:41 
16 Acte II - Sous les armures à leur taille...      (Henri)                 2:44 
17 Acte II - Dialogue                                                                     5:24 

CD 2
 
Acte II (suite)
1 Acte II - C'est Elle...                            (Germaine – Henri)       3:37 
2 Acte II - Dialogue                                                                      1:11 
3 Acte II - Gloire au valeureux… - O ciel que j'ai peur...              3:26 
4 Acte II - Dialogue
5 Acte II – C’est là qu’est la richesse… (Gaspard ) & Final         5:50 
 
Acte III
6 Acte III - Enfin nous voilà transportés...      Gaspard)             2:39 
7 Acte III - Regardez par ci, par là...             (chœur)                3:09 
8 Acte III - Chanson du cidre…                     (Serpolette)           3:41 
9 Acte III - Je regardais en l'air...                   (Gernicheux)        3:26 
10 Acte III - Une servante que m'importe...   (Henri)                 1:23 
11 Acte III - Dialogue                                                                   3:09
12 Acte III - Pour ce trésor... & Final                                            2:15
 
En supplément de programme
 
Sim Viva
13 Légende des cloches…                                                           3:11 
Lemichel du Roy
14 Dans une mystérieuse histoire…                                             2:16 
Helene Regelly
15 Vive le cidre de Normandie…                                                  3:06 
Robert Jysor
J'ai fait trois fois le tour du monde…                                             3:04 
Michel Dens          
J’ai fait trois fois le tour du monde…                                             3:06             


Synopsis
 
Acte I
Premier tableau : Dans la campagne normande
Un sentier boisé proche du château de Corneville. Serpolette raconte que, fille d’une princesse, elle a été enlevée puis retrouvée un jour dans les serpolets, d’où le nom qu’on lui a donné. Pour l’heure, elle est servante chez Gaspard. Elle aime un certain Grenicheux, pêcheur d’écrevisses, mais celui-ci n’a d’yeux que pour Germaine. Arrive, incognito, un beau capitaine de navire venant des lointai­nes Amériques. C’est Henri, le nouveau marquis de Corneville. Il rencontre Germaine qui lui conte que selon une légende du pays, le " retour du Marquis " sera salué par le carillon de toutes les cloches de Corneville.
Deuxième tableau : le marché de Corneville.
Gaspard est furieux parce que Germaine ne veut pas épouser le Bailli. Pour la soustraire à cette rage, Henri embauche Germaine, puis il fait de même avec Serpolette et Grenicheux. Gaspard survient et veut empêcher Germaine de signer le contrat. Henri, s’appuyant sur une loi locale, le chasse rudement.
 Acte II
Le château de Corneville
 Une grande salle du château de Corneville. Accompagné de matelots de son équipage, mais aussi de Germaine, Serpolette, Grenicheux et le Bailli, Henri pénètre dans le château pour en chasser les fantômes. Il reconnaît en Germaine la jeune fille qu’il a sauvée des eaux et qu’il a confiée à un jeune paysan. Mais une barque s’ap­proche. C’est Gaspard qui vient jouer les fantômes. On lui arrache ses sacs d’or et tout à coup les cloches se mettent à sonner le retour du propriétaire du château, alors sa raison s’égare.
Acte III
Un parc du château de Corneville.
Grenicheux avoue à Henri que ce n’est pas lui qui a sauvé Germaine mais un beau capitaine inconnu. Germaine a enten­du cet aveu, c’est donc bien cet inconnu qu’elle veut épouser. Mais comment ? Gaspard recouvre un instant la raison. Henri est bien le Marquis de Corneville, Germaine, sous son vrai prénom de Lucienne, est bien la fille du Comte de Lucenay, quant à Serpolette, c’est bien une enfant de bohémiens qu’il a recueillie par pitié. Gaspard est pardonné. Henri épouse Germaine. Serpolette préfère rester fille et envoie définitivement prome­ner le pauvre Grenicheux. Ainsi se termine cet opéra-comique plein de rebondissements et qui fourmille de mélodies et d’ensembles pleins de spontanéité et de charmes et si faci­les à retenir une fois entendus.


Robert PLANQUETTE
Planquette, né à Paris en 1848, fut formé au Conservatoire de Paris, où il eut pour professeur l'auteur d'opéras-comiques Jules Duprato et dont il sortit sans la moindre récompense. Ses premières œuvres furent des mélodies et des marches militaires, dont le célèbre air patriotique Le Régiment de Sambre-et-Meuse (1867), qui évoque les armées révolutionnaires de 1792, sur un poème de Paul Cézano.
Ténor à la voix agréable, il chanta dès sa jeunesse des chansons et airs d'opéra dans des cafés-concerts en s'accompagnant lui-même au piano.
En 1872, il se mit à composer des ouvrages lyriques, dont les premiers furent des pochades : Méfie-toi du pharaon, par exemple. Il obtint son premier succès avec sa quatrième opérette, Paille d'avoine, créée aux Délassements-Comiques en 1874.
Entre 1872 et 1897, il composa une vingtaine d'opéras-comiques et d'opérettes, aujourd'hui presque toutes oubliées. Quelques théâtres montent encore aujourd'hui Rip (1882), mais son œuvre la plus célèbre, avec laquelle il acquit une immense notoriété, est l'opéra-comique Les Cloches de Corneville (1877). L'intrigue fait appel à une vieille légende de Normandie. Elle connut un succès immédiat et fut représentée à Londres en 1878. Cette œuvre continue à se maintenir à l'affiche et demeure l'un des ouvrages lyriques français les plus populaires. La Chanson du mousse, une barcarolle tirée des Cloches de Corneville, est jouée au violon par William K.-L. Dickson dans la première expérience d'enregistrement de cinéma sonore, en 1894 ou 1895 : le Dickson Experimental Sound Film.
Robert Planquette était un compositeur doté d'un sens de la mélodie, du rythme et de la facilité d'écriture pour concocter des airs très populaires au goût du jour. On peut le classer parmi les « maîtres de l'opérette » au même titre de Jacques OffenbachHervéCharles LecocqEdmond Audran et Louis Varney.
Par suite d'un refroidissement contracté à la sortie d'une répétition des Cloches de Corneville au théâtre de la Gaîté, Planquette mourut le 28 janvier 1903 dans son hôtel du boulevard Pereire. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, 93e division. Il possédait une villa, Les Cloches, à Merville, près de Cabourg
Œuvres
Méfie-toi de Pharaon (1872), La Forge, (1873), Le Serment de Mme Grégoire (1874), Paille d'avoine (1874), Le Valet de cœur (1875), Les cloches de Corneville (Paris 1877), Le Chevalier Gaston, paroles de Pierre Véron (Monte Carlo, 1879), Le Régiment de Sambre-et-Meuse marche militaire française célèbre, Les Voltigeurs de la 32e (Paris, 1880), La Cantinière (Paris,1880), Les Chevaux-légers (Paris, 1882), Rip (Londres, 1882), Nell Gwynne (Londres, 1884), La Crémaillère (Paris, 1885), Surcouf (Paris, 1887), Captain Thérèse (Londres, 1890), La Cocarde triocolore (Paris, 1892), Le Talisman (Paris, 1893), Panurge (Paris, 1895), Mam'zelle Quat'sous (Paris, 1897), Le Fiancé de Margot (1900), Le Paradis de Mahomet (Paris, 1906)
 

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal