Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

 LA VIE PARISIENNE / OFFENBACH Agrandir

LA VIE PARISIENNE / OFFENBACH

2 CD / LA VIE PARISIENNE DE JACQUES OFFENBACH / VERSION 1956 AVEC RENÉE DORIA, DARIO MORÉNO  ET VERSION 1958 PAR LA COMPAGNIE RENAUD-BARRAULT AVEC SUZY DELAIR...

Plus de détails

R268

7,00 €

Prix réduit !

-30%

10,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Jacques OFFENBACH
Type de musique
CLASSIQUE
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
LA VIE PARISIENNE (extraits)
Jacques Offenbach
Opéra-Bouffe en quatre actes
Livret d’Henry Meilhac et Ludovic Halévy
 
CD 1 : Version 1956
Renée Doria (soprano)                    Gabrielle
Dario Moréno                                   Le Brésilein
Andrée Gabriel (mezzo-soprano)    Métella
Andréa Guiot (soprano )                  La Baronne de Gondremarck
Jean Parédès                                   Urbain
Christiane Harbell (soprano)              Pauline
Lucien Huberty (Baryton), Maurice Faure (baryton), Julien Giovannetti (basse), Pierre Giannotty (tenor) et Robert Lilty (tenor)

Grand Orchestre et chœur René Alix direction Marcel Cariven
Réalisation Guy Dumazert
 
CD2  Version 1958 
Suzy Delair, Denise Benoit, Simone Valère, Pierre Bertin, Jean Desailly, Jean Parédès, Jean Pierre Granval, Madeleine Renaud,
Mise en scène de Jean Louis Barrault
Grand Orchestre Direction André Girard
Création Compagnie Renaud–Barrault
 
En supplément de programme
Mireille Berthon chante : Je suis la veuve d’un colonel…

CD1 Version 1956
 
Acte I
1 Acte I - Prélude                                                                                                         0:35 
2 Acte I - Trio Jamais foi de Cicérone…                                                    2:54 
3 Acte II -Nous arrivons à Paris… Rondo du Brésilien           (Dario Moreno)    4:00

Acte II
4 Acte II - Duo Gabrielle Frick et Air du gant…                                    4:39 
5 Acte II - Couplets du Baron…        (Dario Moreno)                           1:57 
6 Acte II - Rondo de la lettre…          (Andrée Gabriel)                        3:51
7 Acte II - Couplets du Major…                                                                    1:45             
8 Acte II - Nous entrons dans cette demeure… Air de Gabrielle…           3:39
9 Acte II - Air tyrolien… et Final                                                                 1:58 

Acte III
10 Acte III - Couplets de la parisienne…              (Renée Doria)       1:49 
11 Acte III - Votre habit a craqué dans le dos…            (Ensemble)                        1:47             
12 Acte III - En endossant mon uniforme… et Final                           5:36 

Acte IV
13 Acte IV - Couplets d'Urbain fermons les yeux …     (Andrée Gabriel) 2:20 
14 Acte IV - C'est ici l'endroit redoute des mères…                            3:52 
15 Acte IV - Duo de la gantière et du Brésilien…                                            1:33             
16 Acte IV - Des amants… et Final                                                             1:25 
 
 
CD2 Version 1958 
 
1 Acte 1                   12:13             
Jamais, foi de Cicérone…
Rondo du Brésilien…   

2 Acte 2                   16:47       
Air du gant…
Couplets du Baron…
Rondo de la lettre…
Je suis veuve du Colonel…
Air tyrolien…                   

3 Acte 3                   13:22              
Couplets de la parisienne…
Votre habit a craqué dans le dos…
Chansons à boire…        

4 Acte 4                   10:22           
Duo de la cantinière et du Brésilien…
Des amants… et final
 
En supplément de programme
 
5 Mireille Berthon          Je suis la veuve d’un Colonel…          2:28
 
LA VIE PARISIENNE
Sinopsis
 
Acte I
La gare de l’Ouest à Paris.
Le vicomte Raoul de Gardefeu et son ami Bobinet se sont brouillés à cause d’une demi-mondaine nommée Métella. Ils sont tous deux venus l’attendre à la gare et la voilà qui débarque du train au bras d’un troisième personnage… Déconfits, les deux amis se réconcilient et décident d’aller voir ailleurs. Resté seul, Raoul aperçoit son ancien valet, Joseph. Celui-ci est devenu guide au service du Grand Hôtel. Il est là pour accueillir le baron et la baronne Gondremark, des Suédois qui veulent connaître les joies de la “Vie Parisienne”. Raoul flaire une aventure amusante et emprunte la casquette de Joseph. Fin prêt, il voit arriver le baron et la belle baronne, dont il s’éprend immédiatement. Arrive par le même train un richissime brésilien qui se dit bien décidé à dépenser en une semaine dans les bons endroits du “gai Paris” tout ce qu’il a gagné en un an en faisant travailler les autres au Brésil. Gardefeu emmène out son monde au Grand Hôtel ou dans son “annexe”.
Acte II
L’Hôtel particulier de Raoul de Gardefeu.
En vérité, Gardefeu a emmené ses voyageurs dans son appartement. Les suédois trouvent l’Hôtel bien petit et bien désert, mais le jeune homme a réponse à tout. Le baron lui confie qu'il a une recommandation pour une certaine Métella. Et justement la voici qui vient s’excuser auprès de son amant. Elle découvre vite ce que mijote l’infidèle Raoul et décide de lui mettre quelques tours. Pour satisfaire le baron, qui se croit toujours au Grand Hôtel, Gardefeu improvise une table d’hôte avec la complicité d’amis, la gantière Gabrielle, muée en veuve de colonel, et Frick le bottier, mué en major. Et l’on se met joyeusement à table.
Acte III
L’hôtel de Quimper-Caradec.
Bobinet a loué pour une nuit cet hôtel inoccupé afin d’y organiser un souper parisien pour retenir le baron pendant que Raoul s’occupe de sa femme. Rien de tel que l’enivrer pour de bon. Et le souper, après maintes péri­péties cocasses, se termine dans la plus franche gaieté.
Acte IV
Au café anglais
Gardefeu, le baron est furieux. Il espère se consoler en tête à tête avec Métella, mais elle lui avoue être éprise de Raoul. Arrive alors le brésilien, victime d’un coup de foudre réciproque avec Gabrielle. Le baron demande réparation à Gardefeu, mais la baronne intervient : elle accepte de pardonner au baron ses incartades à condition qu’il renonce au duel et qu'il reparte avec elle. Et tout se termine en un hymne à la gloire de Paris…


Jacques OFFENBACH
 
Considéré avec Hervé, comme le « Père » de l’opérette, Jacques Offenbach a composé environ 120 œuvres théâtrales. Les puristes (et ils sont nombreux) se refusent à le considérer comme un compositeur d’opérette – genre mineur s’il en est -, et préfèrent associer à sa production les termes d’opéra bouffe, opéra-comique, voire opéra pour certains de ses ouvrages.
 
Coup d’œil sur l’Artiste
1819 : Naissance de Jacques Offenbach, le 21 juin, à Cologne, fils d’un chantre de la Synagogue.
1833 : Arrivée à Paris et entrée au Conservatoire, classe de violoncelle.
1834 : Violoncelliste à l’Opéra-Comique.
1836 : Offenbach se produit dans les salons. Il compose valses et romances.
1839 : Echec de Pascal et Chambord.
1844 : Il épouse Herminie d’Alcain qui devait lui donner 5 enfants.

1847 : Compositeur-chef d’orchestre à la Comédie Française.
1855 : Sa première opérette Oyayaye ou La reine des Iles, anthropophagie musicale1855 à 1858 : Ouverture du Carré Marigny (triomphe des Deux Aveugles), puis directeur des Bouffes-Parisiens : Croquefer, Ba-Ta-Clan, Les deux Pêcheurs, Le Violoneux (début d’Hortense Schneider), Tromb-Al-Ca-Zar, Le mariage aux lanternes, Mesdames de la Halle : Offenbach est célèbre.
1858 : Orphée aux Enfers, la première grande opérette française.
1859 : Geneviève de Brabant (première version).
1860 : Offenbach est naturalisé français. Echec à l’Opéra-Comique de Barkouf.
1861 : Le Pont des Soupirs, La Chanson de Fortunio.
1863 : Lischen et Fritzchen (Ems). Il fait la connaissance de Zulma Bouffar.

1864 : La Belle Hélène (Variétés).
1866 : Barbe-Bleue (Variétés) et La Vie Parisienne (Palais-Royal).
1867 : La Grande Duchesse de Gérolstein (Variétés). Robinson Crusoé à l’Opéra-Comique.
1868 : La Périchole (Variétés).
1869 : Vert-Vert à l’Opéra-Comique, Les Brigands (Variétés).
1870/71 : La guerre franco-allemande et disgrâce d’Offenbach.
1871 : Offenbach se remet au travail.
1872 : Fantasio à l’Opéra-Comique. Offenbach part pour Vienne où il donne Le Corsaire Noir.
1873 : Triomphe à Paris de La fille de Madame Angot de Lecocq qui devient le « chef de file » d’une nouvelle école. Offenbach rentre à Paris : Les Braconniers, Pomme d’ApiLa jolie Parfumeuse et Madame l’Archiduc.

1874 : Offenbach se ruine à la Gaîté avec La Haine et une nouvelle version d’Orphée aux Enfers.
1875 : La boulangère a des écus (Variétés), Le Voyage dans la lune (Gaîté).

1876 : Offenbach voyage en Amérique.
1878 : Madame Favart (Folies-Dramatiques).
1879 : La Fille du Tambour-Major (Folies-Dramatiques).
1880 : Mort d’Offenbach, le 5 octobre.
1881 : Triomphe, à l’Opéra-Comique, le 10 février, des Contes d’Hoffmann….
 

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal