Emma LIEBEL / 1923 - 1927

Emma LIEBEL / 1923 - 1927

150
8,00 €
23 SUCCÈS / 1 CD RÉÉDITION EPM-CHANSOPHONE

VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 40 € DE COMMANDE

 
1 Valencia
2 Pourquoi ?
3 Sérénade des fleurs
4 Ay-Ay-Ay
5 Les Larmes de Pierrot
6 Mon Paris
7 Mon Lulu
8 Pars...
9 Hantise
10 Il m'a vu nue
11 Ça c'est Paris
12 Autour des usines
13 Du gris
14 Le Premier rendez-vous
15 La femme à la rose
16 Si c'est l'amour
17 Le baiser dans la nuit
18 S'aimer
19 Nana
20 La petite maison
21 La Violetera
22 Ma chanson
23 Quand je danse une java
Aimée Médebielle dite Emma Liebel, née à Pau le 13 septembre 1873 et décédée à Boeil-Bezing près de Pau le 30 janvier 19281, est une chanteuse française. Biographie Elle débute sous le nom d’Emma Liebel à Toulouse vers 1900, où elle apparaît sous ce nom sur un programme des Nouveautés. Dès 1910, elle chante à Paris à l’Étoile-Palace puis, de 1912 à 1914, elle est à l'affiche de Pacra, de Chansonia etc. Elle enregistre ses premiers disques vers 1910. On comptera 200 disques 78 tours à son actif. Son grand succès Bonsoir m'amour signé Charles Sablon deviendra une des chansons préférées des poilus[réf. nécessaire] de 14/18. C'est sur son air qu'un anonyme écrira la très anti-militariste Chanson de Craonne. Après la guerre de 1914-1918, elle créera la chanson Les Goélands de Lucien Boyer. Elle l'enregistre dès 1917, bien avant la grande Damia. En 1919, elle sera aux côtés d'une jeune débutante : Lucienne Boyer au Zénith. Sacrée « reine de la chanson réaliste" dès 1920, elle enchaînera les tournées et les salles prestigieuses de l'époque : l'Européen en 1924 aux côtés de Pierre Dac, l'Eldorado, etc. Elle crée la mélodie de Les Nuits (paroles Denyse Luciani, musique E. Cloerec-Maupas) et une affiche montre que se trouve dans les choeurs Line Marsa, la mère d'Édith Piaf. Ses succès discographiques lui valent le surnom de Reine du phono. Sa popularité est telle qu'en 1925, elle reste trois mois d’affilée à l’Européen. C’est sa dernière apparition en public à Paris. À chaque époque ses épidémies, entre les deux guerres, la tuberculose faisait des ravages. Minée par la phtisie, Emma Liebel rentre au pays en 1926, y achète un terrain où elle fait bâtir un café-cabaret dont elle anime les soirées. Merci Wikipédia

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies qui garantissent son bon fonctionnement.

Product added to wishlist