Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

POLAIRE & Eugénie BUFFET Agrandir

POLAIRE & Eugénie BUFFET

1918-1936 / RÉÉDITION EPM-CHANSOPHONE

Plus de détails

136

8,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
POLAIRE
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE
Eugénie BUFFET

1 À Saint Lazare
2 Sérénade du pavé
3 La voix de Maman
4 Ma chanson
5 Le mouchoir rouge de Cholet
6 Déclaration
7  Les quatre vingt chasseurs
8 La Chanson des mères 

POLAIRE

9 Tchike Tchic
ke
10 Pour être heureux
11 Allo chéri
12 Pour être heureux (2)
13 La Glu
14 La Prière de Charlotte
15 Le Train du rêve
16 Le premier voyage
17 Nocture
18 La glu
19 Le petit savoyard

Eugénie Buffet
Eugenie Buffet est née en novembre 1866 Tlemcen en Algérie. Sa mère est couturière, son père, soldat engagé, meurt en 1872 des suites de blessures. Enfance miséreuse… Elle est placée chez un huissier comme bonne à tout-faire. La troupe du Théâtre de Mostaganem fait appel à elle pour un role de page. À peine de quoi manger à sa faim. Elle décroche un contrat de chanteuse à Tunis dans un café, avant de débuter, en 1886, au Palais de Cristal de Marseille sous le nom de Juliany. Premier échec. Un Comte l'enlève, elle devient une demi-mondaine accomplice ; lassée de cette vie, elle participe au mouvement Boulangiste. Le goût de la chanson la reprend : après des cours de diction pour perdre son accend pied noir, elle s'essaie au genre “paysan” au Batalan. Nouvel échec. Un soir, au cabaret d'Aristide Bruant, elle lance au maître : "Si l'on mettait sur scène ces malheureuses telles que vous les dépeignez, qu'en diriez-vous ?" Bruant répond : "Si t'oses faire ça ma petite, t'auras du succès, je t'en réponds." Le 2 décembre 1892, Eugenie Buffet débute en audition à la Cigale avec deux chansons de Bruant. Elle a mprunté à une fille de rue ses nippes. En quelques jours, elle devient une tête d'affiche du cafe-concert, la créatrice du genre "pierreuse", fetée par les littérateurs, les artistes. Eugénie Buffet va chanter dans la rue en quêtant pour des ouvriers dont l'usine a brulée. L'opération est un tel succès qu'elle fait tous les quartiers de Paris au profit de la "Semaine de bonté" de la grande journaliste libertaire Sevecine. Elle est ainsi la premiere femme à entrer clans la Bourse : les agents de change la font chanter et quêter depuis la corbeille. Lassée des pierreuses, "Nini" Buffet crée Les Fleurs de Lyss, chanson royaliste de Theodore Botrel, Le cycle des Gueux de Jean Richepin. Au théâtre elle est La goualeuse d'Armand Levy et Gascon Marot, aux Bouffes du Nord. Pour I'exposition l900, Eugenie Buffet a son cabaret "arcistique" La pomme de pin. Elle chante jusqu'a 150 chansons par jour. Elle en tombe malade... Remise sur pied, elle veut lancer Le cabaret de la purée boulevard Clichy. Comme elle est nettement marquée à I'extrème droite, le prefet de Police lui crée des embarras. En mars 1903, l'immeuble qui abrite le cabaret est demoli... Eugénie ouvre un nouveau cabaret La nouvelle Athènes. Nouveau fiasco. Elle part en tournée à l'étranger : Hollande, Belgique, Allemagne, Autriche, Roumanie, Suisse, ItaJie. Elle paie ses dettes, mais rerombe malade, retrouve ses forces pendant un pélerinage. La voilà au Cabaret des Noctambules. Éprouvée par la mort de sa mère, Eugénie Buffet pare part deux fois en tournée dans toute l'Amérique du Sud. En janvier 1914, elle est à la Nouvelle Orleans. Puis c'est Washington, New York. Elle rentre en France en avril. Le 31 juillet, la guerre éclate. Eugenie Buffet se fair infirmière. Avec son ami le chansonnier et pianiste aveugle René de Buxeuil, elJe forme une troupe qui se produit d'hôpital en hôpital et au front. Les poilus la nomment "Caporal Nini” : En 1917, tournée de propagande en Espagne (elle chante devant le roi), en Amérique du Sud, aux États-Unis. Le ler mai 1919, après une soirée d'adieu à San Francisco, elle regagne la Franee pour le defilé de la victoire. Ouverture d’un nouveau cabaret : Le Carillon. Tournée en Afrique du Nord. De retour àParis, premier rôle au cinéma (muet) dans La joueuse d'orgue de Charles Burguet. Abel Gance lui fait jouer Laetitia Bonaparte dans son Napoléon. Elle partage l'affiche de l'Empire avec Damia et Barbette en 1924. Sa santé est de plus en plus précaire. Le 31 décembre 1925, au casino de Beausoleil, elle a une défaillance sur scène. Elle doit se reposer mais est sans moyens. Le 22 juin 1926, des journaux organisent au Théâtre Sarah Bernhardt "le grand gala de retraite d'Eugénie Buffet". Affiche prestigieuse : Damia, Frehel, Yvonne George, Jane Marnac, Ninon Vallin, Chevalier, André Baugé, Cora Madou, Grock ... Elle public ses mémoires. Les journaux relancent des appels en sa faveur. En 1933, celle qui a rejoint les Croix de feux du colonel de la Roque est decorée de la légion d'hon­neur. Elle meurt peu après, en 1934, la fouJe se presse son enterrement. Sur sa tombe, au cimetière de Montrouge, on peut lire : ''Eugenie Buffet, cigale nationale, caporale des poilus, chevalier de la legion d'honneur. " Jacques Primack

Polaire
Polaire (de son vrai nom Emilie-Marie Bouchaud, née en 1877 à Agha en Algérie dans une famillc franco­kabyle, morte a Champigny-sur-Marne en 1939), c'est d'abord cette silouhette 1900 dont on pouvait entourer la taille d'un faux-col, grande cocotte prête à toutes les insolences, comme de s'afficher en ménage trois avec Colette (dont elle crée en 1906 Claudine au théâtre) et son mari Willy. Polaire c'est d'abord une "Gommeuse" de renom, une de ces dames aux jupes si courtes et aux décolletés si profonds qui jette un nuage dans la salle. Pas très loin de Misringuett, ses succès signés Maurice Yvain ou Vincent Scotto, comme ce Tchike-Tchike, sonc surtout l'occasion de mettre en œuvre ses trémoussements qui l'on fait surnommer "la gommeuse épileptique". Les années folles bruléees par les deux bouts, des fortunes gaspillées sur les tapis de jeu, Polaire revint au music-hall dans un autre répertoire dramatique, reprenant La Glu que Jean Richepin avait adaptée d'une chanson traditionnelle pour Theresa, ou La prière de Charlotte de Rictus dans une autre adaptation que celle de Marie Dubas. En nouveauté le train du rêve du jeune auteur Maurice Aubret, tout aussi noir... Gommeuse épileptique ou diseuse dramatique, les deux facettes d'un destin exceptionnel. Jacques Primack


 


 

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal