Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

SUCCÈS DE PARIS Agrandir

SUCCÈS DE PARIS

Paris' most beautiful songs
1 CD

Plus de détails

995102

8,00 €

En solde En solde !

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Type de musique
COMPILATION
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE

Les titres :
1 Un gamin de Paris. 2'25"
Francis Lemarque
2 À Paris. 2'50"
Francis Lemarque
3 J'aime Paris au mois de mai. 2'34"
Francis Lemarque
4 Sous les toits de Paris.
Francis Lemarque

5 Pigalle. 2'16"
Francis Lemarque
6 Rue de Lappe. 2'46"
Francis Lemarque
7 Ah ! le petit vin blanc. 3'10"
Francis Lemarque
8 Nini Peau d'Chien. 2'29"
Monique Morelli
9 Rue Saint-Vincent. 3'25"
Monique Morelli
10 Belleville Ménilmontant. 1'42"
Monique Morelli
11 À la Bastoche. 2'42"
Monique Morelli
12 Padam Padam. 3'00"
Rosalie Dubois
13 Paris canaille. 2'32"
Rosalie Dubois
14 La Complainte de la Butte. 2'30"
Rosalie Dubois
15 Sous le ciel de Paris. 3'19"
Georges Chelon
16 La Seine. 3'35"
Georges Chelon
17 Sous les ponts de Paris. 4'12"
Georges Chelon
18 Sur les quais du vieux Paris. 2'44"
Georges Chelon
19 Ménilmontant. 3'15"
Charles Trenet
20 La romance de Paris. 2'45"
Charles Trenet
21 Paris sera toujours Paris. 3'15"
Maurice Chevalier
22 À Paris dans chaque faubourg. 3'17"
Lys Gauty
23 Paris je t'aime d'amour. 2'15"
Maurice Chevalier
24 Ça c'est Paris
Mistinguett

PARIS'  MOST BEAUTIFUL SONGS
LES 23 PLUS BELLES CHANSONS DE PARIS

La plupart des grandes villes mythiques, à travers le Monde, ont leurs chantres  et leurs chansons. Ainsi, en est-il de New-York, Londres ou Berlin, de Venise, de Grenade ou de Mexico ; pour ne citer que quelques exemples, parmi les plus remarquables : les premiers qui viennent à l'esprit, bien que fort différents les uns des autres. New-York restant à jamais associée à la voix de Frank Sinatra, Berlin à celle de Lou Reed, Les rues de Londres  à l'émouvante ballade de Ralph McTell, Venise à la mélancolie de Charles Aznavour, etc. Si bien qu'à peu de choses près, on pourrait pratiquement faire le tour de la Terre en chansons, confortablement installé dans un bon fauteuil, devant sa stéréo. Un voyage dans l'imaginaire qui, inlassablement, passerait et repasserait par Paris, car il n'y a, sans doute, aucune ville au Monde à avoir été aussi souvent et aussi systématiquement célébrée par les chanteurs de tous bords. À tel point que l'éloge de Paris est presque devenu un genre chanté à part entière, un genre qui, finalement, relève plus de la chanson d'amour que de l'allégorie touristique que de la simple description.

Les chansons sur Paris, en effet, se comptent par centaines, sinon par milliers ; et  c'est  une  tradition  qui  remonte  au  plus  profond  de  notre  histoire, puisque - tel ce Paris à cinq heures du matin, du XVIIIème siècle - notre patrimoine  regorge de ces célébrations plus ou moins ouvertement affichées d'une capitale symbolisant de longue date le cœur battant de la France. Ce Paris populaire et animé, un peu frondeur, un peu canaille, plein de couleurs et de bruits, de générosité, de mystère, de tendresse et parfois de fureur, si bien peint par Aristide Bruant au tournant du siècle dernier. Bruant dont les couplets sont encore aujourd'hui dans toutes les mémoires et trouvent, ici, leur résonance naturelle grâce à la voix de Monique Morelli. 

Plus près de nous, dans le temps, Francis Lemarque est de ceux qui se sont fait une spécialité de la romance parisienne ; et certaines de ses compositions, comme par exemple le célébrissime À Paris, (créé par Yves Montant, au lendemain de la guerre),  ont largement fait le tour de la planète. Mais, bien qu'il soit un auteur-compositeur aussi fécond que brillant, Lemarque, en vieil amoureux de la chanson, ne rechigne jamais à mettre son talent au service des œuvres des autres. Pour notre plus grand plaisir, avouons-le ; puisque ses reprises de Pigalle  ou d'Un Gamin de Paris  pétillent comme des coupes de champagne.

Et puis, bien sûr, il y a ceux qui - tout naturellement - font depuis longtemps déjà figures de "classiques".  Charles Trénet, que chacun s'accorde à reconnaître, aujourd'hui, comme "le père de la chanson française moderne". Le Trénet de Ménilmontant  et de La Romance de Paris, deux titres également attachés à jamais au nom de Maurice Chevalier ; lequel sera pendant plusieurs décennies l'ambassadeur international du fameux charme parisien, cultivant avec malice, malgré de nombreuses années passées à Hollywood, cet  accent français à couper au couteau qui ravissait ses admiratrices d'outre-Atlantique.

Chevalier, l'homme au canotier pour qui Paris sera toujours Paris, et  dont le souvenir reste indissociable de celui de Mistinguett dans la mémoire des amateurs de Music-hall.

Enfin, pour complèter ce florilège - entre Lys Gauty et Rosalie Dubois, dignes

héritières de cette tradition de "grandes dames de la chanson", qui va d'Yvette Guilbert à Édith Piaf, en passant par Damia, Fréhel et quelques autres de la même veine -  un auteur-compositeur amoureux de la belle ouvrage et du mot juste, s'inscrivant plutôt, lui, dans la lignée d'un Georges Brassens, notre grand poète à guitare. Mais, tout comme son modèle, qui était une véritable encyclopédie vivante de la chanson et connaissait sur le bout des doigts le répertoire de presque tous ses confrères, Georges Chelon, nous montre ici - et avec quelle aisance ! - qu'il sait lui aussi mettre un instant de côté la poésie intimiste qui est généralement la sienne, pour rendre un hommage  enthousiaste à ces refrains  sans âge ni prétention, indissociables du Paris de toujours.
Marc Robine

         The most enthralling cities in the world have always had their sin­gers and their songs : New-York, London, Berlin, Venice, Granada, different as they may be, are great inspirers. New-York is forever associated with Frank Sinatra's voice, Berlin with Lou Reed's, London's streets with Ralph McTell's ballade, Venice with Charles Aznavour's melancholy etc. So much so that one can practically go round the world while listening to one's ste­reo, comforta­bly reclining in an armchair. Such a trip in the realm of fancy would repea­tedly stop over in  Paris, as no city in the world has probably been so cele­brated by singers of all kinds. But most songs praising Paris do not aim at giving a tourist's eye view of the city; they partake of a genre of its own : the love song.

         There are hundreds, perhaps thousands of songs about Paris, some of them dating back to ages long gone such as Paris at 5 a.m. (XVIIIth centu-

ry) : the throbbing heart of France, at times rebellious and rascally but al­ways colourful, generous, mysterious and tender, full of sound and some­times of fury, such is the city that Aristide Bruant depicted so well at the turn of the century in lyrics which linger in every memory, magnificently rendered here by Monique Morelli's voice.

         More recently, Francis Lemarque has made a specialty of Parisian ro­mance: some of his works, such as À Paris, sung by Yves Montand just after the war, have gone round the world. A brilliant, prolific composer-songwri­ter, Lemarque loves songs so much that he is more than willing to apply his talent to other people's works, for our greatest pleasure : his new versions of Pigalle orUn gamin de Paris bubble like champagne.

         Then we come to the long established "classics singers" : Charles Tré­net hailed as "the father of the French modern song", whose Ménilmontant and La Romance de Paris  are forever linked to Maurice Chevalier's voice, the time-honoured ambassador of Parisian charm who, although he spent years in Hollywood, nursed his thick gallic accent to the delight of his American "groupies".  

         Chevalier, the man with the straw-hat, for whom Paris will always be Paris, remains indissociable from Mistinguett in the memory of va­riety show lovers.

         Next come Lys Gauty and Rosalie Dubois, heiresses to the tradition of the "great ladies of the song" which extends from Yvette Guilbert to Édith Piaf through Damia, Fréhel and others.

         Last, but not least, comes Georges Chelon, a composer-songwriter who always puts the right word in the right line just like Georges Brassens, our great poet with the guitar. But like his prestigious model, he is perfecty able to leave his intimist vein aside and pay enthusiastic homage to Paris in age­less, unpretentious strains.                

  • sexe unisex

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal