Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

Memphis SLIM / THE COMPLETE RECORDING V2 Agrandir

Memphis SLIM / THE COMPLETE RECORDING V2

1 CD /1946-1948 / THE COMPLETE RECORDING VOLUME 2 / une réédition Blues Collection

Plus de détails

R402

8,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
Memphis SLIM
Type de musique
JAZZ
Memphis SLIM

1 (Now I) got the blues
2 Don’t ration (my) love
3 Mistake in life
4 Grinder man blues
5 Slim boogie
6 Little Mary
7 Cheatin’ around
8 A letter home
9 Kilroy has been here
10 Rockin’ the house
11 Lend me your love
12 Darling I miss you
13 Pacemaker boogie
14 Sometimes I feel like a motherless child
15 Harlem bound
16 Life is like that
17 Nobody loves me (everyday I have the blues)
18 Nobody loves me
19 Believe I’ll settle down
20 Throw this poor dog a bone
21 Help me some
22 Country girl
23 Blue and lonesome
 24 Angel child
 
Paroles et Musique de Peter Chapman ( Memphis Slim) sauf :
13 : Jim thomas
14 : A. A. Smith

Memphis Slim

A Paris, en France, en Europe, partout, tout le monde connaissait Memphis Slim. Sa silhouette impressionnante, sa mèche de cheveux blanche, ses longs doigts effilés (certains recourbés!), fournissaient les clichés qui permettaient à tout un chacun de le reconnaître, qu'il s'intéresse au blues, au jazz, à la musique ou à rien du tout. Etabli à Paris depuis 1961, Memphis Slim était célèbre, plus populaire peut-être qu'aucun autre musicien noir américain (Sidney Bechet excepté) ne l'a jamais été en France. Et cela sans jamais s'être compromis avec le monde de la variété, du show business et du spectacle. Il jouait et chantait le blues. Sans rien y ajouter, sans rien y retirer. Son installation en Europe, qui lui permit d'accéder au statut de vedette et d'obtenir une réussite sociale qu'il n'aurait jamais pû espérer dans son propre pays, ne le détourna jamais de la musique de son enfance et de sa jeunesse, de la culture de son peuple : "Le blues était une manière de dire ce qui se passait à une époque donnée. La plupart des chanteurs de l'ancien temps délivraient un message et, quand ils chantaient quelque chose, c'est que ça leur était réellement arrivé. Le blues était la vérité, disait la vérité de l'époque (*). " I Am The blues, chantait Memphis Slim, mort à Paris le 24 février 1988. Ses blues et sa présence nous manquent.
C'est le 3 septembre 1915 que naît John L. Chatman, à Memphis, déjà centre du blues de cette période héroïque. Il a deux ans quand sa mère, Ella, meurt. Son père, que l'on appelle Peter, joue du piano, de la guitare et s'occupe de plusieurs petits clubs dans l'Arkansas, de l'autre côté du fleuve Mississippi. Il sera évidement le premier modèle du petit John qui apprend, auprès de lui, le piano vers l'âge de sept/huit ans ou peut-être même avant car Memphis Slim se souvient d'avoir toujours joué. Les revenus de la famille étant très corrects, le jeune Peter -il a pris le prénom de son père- Chatman ne se retrouve pas bluesman par nécessité mais le devient par choix. En 1931, à seize ans, il débute au Midway Café de Memphis en imitant Roosevelt Sykes. Les Sykes, tous pianistes, et en particulier Johnny le frère aîné, sont des amis de la famille.
Puis il prend la route, voyage dans les trains de marchandises et à l'arrière des camions, vagabonde à travers le Tennesse, l'Arkansas, le Mississippi, La Louisianne, Le Missouri, se produit dans les juke joints, les salles de bal, les camps forestiers... Dès 1931, puis à nouveau en 1937, il avait passé quelques temps à Chicago mais c'est au début de l'année 1940 qu'il s'y fixe pour de bon.
Le chanteur-pianiste s'installe dans un appartement de sept pièces situé au 3216, Indiana Ave., en face d'un endroit où les bluesmen de la ville viennent répéter. Il obtient l'autorisation du syndicat des musiciens d'afficher sur sa fenêtre, au premier étage : "Studio de répétition", ce qui lui permet de jouer du piano quand il le veut. Rapidement, les musiciens voisins cherchent à entrer en relation avec ce pianiste qui, hormis Memphis Minnie, une "relation" de son père, ne connaît encore personne dans ce milieu. Dès lors, les évennements se précipitent. Grâce à Washboard Sam, qui lui non plus ne se produit pas dans les clubs mais est alors une grosse vedette du disque, Chatman signe une contrat avec la Melrose's Wabash Music le 27 juillet 1940.
Trois mois plus tard, toujours sous la houlette de Melrose mais cette fois-ci pour Bluebird et sous le nom de Memphis Slim, le pianiste et chanteur participe à de nouveaux enregistrements en compagnie du seul contrebassiste Leroy Bachelor (ou Batchelor). Deux disques issus de cette seconde séance vont lui apporter la notoriété : "Je suis devenu musicien professionnel parce que, de ma deuxième session en 1940, sont sortis Beer Drinking Woman et Grinder Man Blues qui ont été des succès. J'ai alors joué dans divers endroits, des endroits ou j'avais toujours rêvé de jouer (*)." En 1944/45, Slim est régulièrement à l'affiche du Plantation Club puis il constitue en 1946 les House Rockers, un petit orchestre avec des saxophones dans le style des musiques qui ont les faveurs du Rhythm & Blues naissant, neuf ans plus tard, l'appel du Vieux Continent retentira à nouveau et, cette fois, le bluesman y sera sensible.

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal