Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

Liste des albums de :  Lucienne BOYER

Chanteuse française

Née au début du siècle, à Paris, dans le XIVème arrondissement (celui de Montparnasse), Emilienne-Henriette Boyer fréquentera très tôt le milieu des peintres qui abondent, alors, dans le quartier. C'est ainsi qu'elle servira de modèle à Foujita et à Jean-Gabriel Domergue. Mais, plus attirée, sans doute, par l'univers du spectacle que par celui des arts plastiques, elle se fait engager comme secrétaire au Théâtre de l'Athénée, afin d'approcher de plus près l'univers des coulisses. Bientôt on lui confie quelques petits rôles de figuration, et elle apprend, sur le tas, à jouer la comédie. Dans le même temps, elle s'essaie au tour de chant, "Chez Fyscher", l'un des plus luxueux cabarets de la rive droite. Engagée au Concert Mayol, elle y est remarquée par un producteur de passage, Lee Schubert, qui l'invite à venir se produire dans le prochain spectacle qu'il monte à Broadway : une de ces fameuses comédies musicales "à l'américaine", dont le perfectionnisme constitue l'une des meilleures écoles de spectacle qui soient. Ce qui lui permet d'acquérir en quelques mois une assurance et une expérience professionnelle uniques, qui se traduiront, dès son retour en France, en 1928, par un premier disque prometteur, signé Vincent Scotto : "Tu me demandes si je t'aime". Rien de comparable, cependant, avec le triomphe de "Parlez-moi d'amour", enregistré en 1930. Un triomphe international, courant sur de longues années, puisqu'il s'agit, à l'instar de "La mer", des "Feuilles mortes", de "La vie en rose" ou de "Comme d'habitude", d'un des titres français les plus souvent traduits et repris à travers le monde. Devant l'ampleur du phénomène, la chanteuse, un peu agacée, finira même par répondre : "Parlez-moi d'autre chose !", à tous ceux qui, feignant d'ignorer le reste de son répertoire, continueront inlassablement de la ramener à ce premier succès, pour lequel fut spécialement créé le Grand Prix du Disque. Moulée d'un long foureau de velours bleu, Lucienne Boyer se produira régulièrement sur les plus grandes scènes du monde ; et, pour son retour aux Etats-Unis, le public américain lui réservera un accueil extraordinaire. La critique locale allant jusqu'à la baptiser : "The sultry french chanteuse" (La chanteuse suffocante !). Mais, très attachée au monde du cabaret qui, mieux que les grandes salles, pouvait mettre en valeur ses romances intimistes, elle refuse avec obstination les nombreuses propositions cinématographiques qui lui parviennent d'Hollywood, pour mieux se consacrer aux différentes boîtes à chansons qu'elle ouvre successivement ; tantôt sur la rive gauche ("Chez les clochards"), et tantôt sur la rive droite ("Chez Elle" - en toute simplicité ! - ou "Chez Lucienne", où elle lance sa fille Jacqueline, née de son mariage avec Jacques Pills ; lequel sera, plus tard, le premier époux d'Edith Piaf). La dernière apparition scénique de Lucienne Boyer date de février 1976, à l'Olympia, où elle interprète "Parlez-moi d'amour", en duo avec sa fille. Elle s'éteindra à Paris, en 1983 ; laissant derrière elle quelques héritières aussi prestigieuses que Jacqueline François, Lucienne Delyle, Juliette Gréco ou Barbara. Marc ROBINE

Plus

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal