Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

Liste des albums de :  Georges BRASSENS

Chanteur, auteur-compositeur français

Georges Brassens Né à Sète en 1921, ce fils d'un maçon sétois et d'une mère napolitaine, aime aussi bien le bel canto que Pills et Tabet, Charles Trenet, Maurice Chevalier ou Henri Garat. Il passe une enfance et une adolescence heureuses, baignées de jazz, de cinéma et de chansons. L'école ne l'intéresse guère. Il s'ouvre pourtant à la poésie grâce à un professeur de français peu conformiste, Alphonse Bonnafé, ami de Jean-Paul Sartre et boxeur à ses heures. Quittant Sète, en février 1940, il s'installe à Paris et travaille aux usines Renault, tout en s'initiant au piano sur lequel il commence à composer ses premières chansons. N'ayant pas encore renoncé à ses ambitions de poète, il publie un premier recueil, à compte d'auteur, en 1942 (À la venvole). L'année suivante, il est réquisitionné pour le STO et envoyé en Allemagne où il fait la connaissance de Pierre Onteniente qui, par la suite, deviendra son secrétaire et homme de confiance. "Oubliant de retourner en Allemagne, à la suite d'une permission, ils est obligé de se cacher et trouve refuge chez Jeanne et Marcel Planche, chez qui il habitera jusqu'en 1966, bien après la fin de la guerre et bien après avoir rencontré le succès. Celui-ci mettra d'ailleurs longtemps à venir et, dans l'attente, il fréquente les milieux anarchistes et collabore au journal "Le Libertaire". Découvert par le chansonnier Jacques Grello qui lui offre sa première guitare, en 1952, il se présente à plusieurs auditions qui sont autant d'échecs, jusqu'au jour où Patachou accepte de chanter quelques unes de ses chansons et l'engage sur le champ pour se produire dans son cabaret de la Butte Montmartre. Mais, consciente du fait qu'elle ne peut guère faire plus pour lui, la chanteuse le présente à jacques Canetti qui le programme au Théâtre des Trois Baudets et lui fait rapidement enregistrer un premier disque, dont le succès sera foudroyant, malgré la mesure de censure qui frappe une chanson comme Le Gorille. Dès lors, Brassens est lancé et, en décembre 1953, il passe en vedette à Bobino. L'année suivante, il fera deux séries de spectacles à l'Olympia – ce qui ne s'était encore jamais vu pour un presque débutant – obtiendra le prix de l'Académie Charles Cros, publiera un roman (La tour des miracles), et un recueil des textes de ses chansons, augmetés de quelques poèmes (La mauvaise réputation). Curieusement, sa biographie événementielle s'arrête pratiquement là. Car Brassens s'enferme pour écrire et peaufiner ses nouvelles chansons, ne sortant plus guère que pour aller chanter, et ne se rappelant aux médias qu'à l'occasion de la sortie d'un nouveau disque ou d'une nouvelle rentrée, à l'Olympia ou à Bobino. Exception faite de quelques rares tournées en Belgique, en Suisse, en Italie ou au Québec, il refusera toujours de mener une carrière internationale, préférant rester chez lui pour travailler et recevoir ses copains. Pourtant ses chansons seront bientôt traduites en espagnol, allemand, italien, wallon, anglais, etc. Poète à la voie reconnaissable entre toutes, soulignée d'un jeu de guitare influencé par le jazz d'avant-guerre, il utilise un vocabulaire choisi auquel il aime mêler quelques expressions argotiques ou populaires, qui lui vaudront longtemps une réputation de vulgarité tout à fait injustifiée. Mais, au fil du temps, son anarchiste bon enfant, son humour de tous les instants, son solide sens de l'amitié et de la fidélité, ainsi que la grande tendresse, la générosité, la simplicité et la sincérité qui se dégagent de ses chansons finiront par lui valoir une reconnaissance universelle qui feront de lui l'un des chanteurs les plus consensuels de son époque. Outre son œuvre abondante, il mettra régulièrement en musique des poètes comme Victor Hugo, François Villon, Francis Jammes, Aragon, Antoine Pol, Lamartine ou Jean Richepin, et recevra lui-même le Grand prix de poésie de l'Académie française, en 1967. Ayant souffert toute sa vie de graves problèmes rénaux, il s'éteindra, victime d'un cancer, en octobre 1981, à Saint-Gély-du-Fesc.

Plus

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal