Et toujours...

ROLLINS

xxxx

WEST

NO

LESTER

LADIES

ETHEL

PARKER

BESSIE

BE BOP

DJANGO

GRAPPELLI

CHARBONNEL

SLIM

SLIM

MA

LIL

DINAH

CHAMPION

Liste des albums de :  Fats WALLER

Musicien de jazz américain

158152 FATS WALLER "L'apesanteur et la graisse", tel est le titre que nous ne donnerons pas à cette brève tentative de présentation d'un génie débonnaire. En 1932, Fats Waller découvrit Paris et, plus intimement, le gros rouge qui tache, sans équivalent dans son propre pays. Bien entendu, l'Europe découvrit un jazzman dont la réputation était depuis longtemps assise dans son propre pays. Dès 1929, cet enfant de Bacchus avait offert au monde quelques pièces-maîtresses (Handful Of Keys, Valentine Stomp, Ain't Misbehavin'), qui avaient pris place dans le bibliothèque du jazz. Ces oeuvres, jouées en solo, sont encore autant de clés permettant d'accéder aux beautés strictement pianistiques de son art, de sa singularité, toute de finesse. L'autre face de sa musique laissant apparaître un personnage rigolard, à l'humour irrésistible. C'est avec le Rhythm, son petit orchestre, qu'il mettait en scène le Waller enclin à la grosse plaisanterie et au débordement verbal, sans oublier le gros rire (qui tache!). Néanmoins, dans un tel contexte, la grâce était toujours là, contrepoint délicat à la grosse farce. Il y avait chez Waller du Nijinski, une alliance de force et de légèreté, un fulgurant défi à la pesanteur. Le Rhythm était un excellent groupe et Waller au piano ne manquait pas de donner de la voix, ce qui l'amenait à détourner des rengaines "mineures", aux paroles un peu bêtasses ou simplement naïves, pour les convertir en missiles de drôlerie. Swing Low Sweet Chariot, negro spiritual traditionnel, enregistré à l'orgue, sans aucun accompagnement, est là pour nous rappeler qu'avant de devenir le musicien de jazz que l'on connaît, amoureux des vignes du Seigneur, Fats fut un organiste de grand talent, exerçant son art à l'église baptiste où son père, pasteur, lui avait enseigné l'harmonium et le piano. Mais cela, n'est-ce pas, c'était le début de notre histoire. François Billard In 1932, Fats Waller discovered Paris and the robust delights of France’s full-bodied red wines. Not for nothing was he known as Fats! At the same time, Europe discovered a jazzman already famous in his home country. For, as early as 1929, this bacchanalian character had offered the world such masterpieces as Handful Of Keys, Valentine Stomp and Ain’t Misbehavin’, all vital works in the jazz library. These particular performances, played solo, offer wonderful examples of the purely pianistic beauty of Fats’ remarkably fine art. The other side of the Fats personality, the earthy humour and driving swing, is illustrated by his performances with his own little band, which he so aptly called the Rhythm. But, even here, musicality is a constant attribute, the delicate counterpoint to unbridled fun and games. For Fats, like Nijinski, combined vibrant strength and ethereal lightness, seemingly defying gravity. The Rhythm was an excellent group, its trump card, of course, the Waller piano and irreverent vocals, which gave it the ability to transform banal tunes and stupid words into missiles of music and fun. Swing Low Sweet Chariot, a traditional Negro spiritual, was recorded by Fats as an organ solo, hence reminding us that this outstanding jazzman was originally a talented organist who played in the church of his father, a Baptist minister. Waller senior had first taught his son to play harmonium and piano, but then that takes us right back to the beginning of our story …

Plus

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES

PayPal