Et toujours...

Racine - Bérénice

Alphonse Daudet - L'Arlésienne

moliere Tirades

moliere Tirades

Molière - Les fourberies de Scapin

lorrenzaccio

lorrenzaccio

antigone

Dame aux camelias

Hamlet

Hamlet

moliere avare

moliere bourgeaois

moliere bourgeaois

moliere malade

moliere ecole

moliere ecole

moliere femmes

moliere femmes

corneille polyeucte

corneille polyeucte

racine andromaque

racine andromaque

marivaux fausses

marivaux fausses

hugo ruy blas

hugo ruy blas

cool le theatre

cool le theatr

racine plaideurs

racine plaideurs

marivaux jeu

COKO ET DANITO / LE CRI DU POILU Agrandir

COKO ET DANITO / LE CRI DU POILU

1 CD / 14 CHANSONS DE LA GRANDE GUERRE CHANTÉES PAR UN DUO RESPECTUEUX DES TEXTES

Plus de détails

6705399

13,00 €

» Ajouter à ma liste de souhaits

Artiste
COKO & DANITO
Type de musique
VARIÉTÉS
  • VOUS RECEVREZ UN BON D'ACHAT 10% À PARTIR DE 35 € DE COMMANDE

 

01- Le Pinard
(Jean Richepin / Corentin Coko)
Coko : Orgues, flûte, Accordéon et Chant / Danito : Chant / Frank Marty : banjo et guitare / Marion Pansu : flûtes

02- La Mitrailleuse expliquée
(V. Nikola & A. Cadou / J.J. Guérin-Brabant)
Coko : Orgues, Piano, Accordéon et Chant / Danito : Chant / Frank Marty : Banjo
Renaud Sabatier : Contrebasse / Sylvain Rabourdin : Violon

03- J'ai fait mes provisions
(Georgius / Piccolini)
Coko : Accordéon, Piano et Chant / Danito : Guitare et Chant / Frank Marty : Dobro et Mandoline
Renaud Sabatier : Contrebasse / Sylvain Rabourdin : Violon

04- Si je mourais là-bas...
(Guillaume Apollinaire / Jean Ferrat)
Coko : Clavietta, Piano, Accordéon et Chant / Danito : Guitare et Chant / Frank Marty : Scie Musicale

05- Les Conscrits
(Gaston Couté / Marc Robine)
Aurélien Sebert : Chant / Coko : Accordéon et Chant / Danito : Guitare et Chant / Sylvain Rabourdin : Violon
Renaud Sabatier : Batterie et Contrebasse / Frank Marty : Mandoline

06- Un jour baissant la voix ...
(Eugène Bizeau)
Danito : Voix / Coko : Accordéon, Clarinette

07- J'aime mieux me taire
(Frédéric Mouret / Corentin Coko)
Fred Burguière : Chant / Sam Burguière : Tubas, Bugle, violons, programmation et Arrangements
Coko : Chant, Piano et Accordéon

08- Révision
(Gaston Couté / M.C.)
Danito : Chant et guitare / Coko : Piano, Accordéon et Chant / Renaud Sabatier : Percussions
Sylvain Rabourdin : Violon

09- La butte rouge
(Gaston Montéhus / Georges Krier)
Coko : Calvietta, Accordéon, Orgue / Flûte et Chant / Danito : Guitare, Percussions et Chant
Frank Marty : Banjo, Hammered, Dulcimer / Cigar Box

10- La garde de nuit à l'Yser
(Ernest Genval / Lucien Boyer-Numa Blès)
Bleuet (Guillaume Apollinaire)
Coko : Piano et Chant / Frank Marty : Cigar Box et Arpeggionne / Danito : Voix Bleuet

11- Au temps où y avait pas la guerre
(Georgius / Raoul Georges)
Coko : Accordéon et Chant / Danito : Chant et Percussions / Frank Marty : Scie Musicale
Sylvain Rabourdin : Violon / Sébastien Pacreau

12- La grève des mères
(Gaston Montéhus / Raoul Chantegrelet & P. Doubis)
Militarisme (Charles D'Avray)
Danito : Chant / Coko : Ukulélé, Flûte, Toy Piano et Choeurs / Frank Marty : Banjo
Francesca Solleville : Voix « Militarisme » / Choeurs : Marion Pansu, Hélène Duret

13- La Chanson de Craonne
(Anonyme / Charles Sablon)
Les Croquants : Mr Kif (Frank Marty) : Organetto, Accordéon, Violon, Guitare électrique et Chant
Danito (Daniel Torrico) : Guitare, percussions de pieds et Chant / Chris, Reno, Mucho et Boris : Choeurs

14- Le cri du poilu
(Vincent Scotto)
Coko : Accordéon et Chant / Danito : Guitare et Chant


Ernest Thiers dit Ernest Genval
(1884 – 1945)
Chansonnier, poète et cinéaste belge. Pendant la Première Guerre Mondiale, il fut nommé « chansonnierde l'armée », en charge de combattre le cafard des troupes par ses chansons. Elles seront regroupées après-guerre dans un recueil intitulé La Chanson desYasses (le Jas, ou Yass, est l'équivalent belge du Poilu). Ayant rejoint la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale, il sera arrêté par la Gestapo et mourra àDachau en 1945.

Georges Guibourg dit Georgius
(1891 – 1970)
Auteur de 1500 chansons, dont La plus bath des javas et Le lycée Papillon, créateur d'un style loufoque inimitable, Georgius fut surnommé « L'amuseur public n°1 ». Il écrivit également des pièces de théâtre et des sketches, ainsi que des romans policiers sous le nom de Jo Barnais. Coko chante quatre chansons deGeorgius, Monsieur Papouille, Elle aime bien sa mère, Du persil dans les narines, et Il travaille du pinceau dans l'album Chansons Oubliées 1930-39. Danito avait également chanté Georgius dans un précédent spectacle.

Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire
(1880 – 1918)
Né polonais, à Rome, d'un père inconnu, il sera naturalisé français en 1916, année où il sera blessé d'un éclat d'obus, après s'être engagé dans l'armée française en 1914. Contrairement aux poètes de la Muse Rouge, lui se porte volontaire pour partir au front. C'est là qu'il écrit ses Poèmes à Lou, pour Louise de Coligny-Châtillon, avec qui il n'aura eu pourtant qu'une brève relation (elle en aime un autre). Inventeur des mots « Calligramme » et « Surréalisme », il a énormément influencé la poésie française.

Vincent Scotto (1874 – 1952)
Compositeur prolifique, il aurait écrit 4000 chansons (souvent en travaillant avec des paroliers, mais; en écrivant parfois aussi les textes), dont de nombreux succès : Le plus tango du monde, J'ai deux amours, Sous les ponts de Paris, Tchi Tchi, Marinella, Prosper, La Tonkinoise, Elle vendait des p'tits gâteaux, Je n'suis pas bien portant, Où est-il donc ?, La Java Bleue...

Gaston Brunschwig dit Montéhus
(1872 – 1952)
Montéhus, le « célèbre chansonnier humanitaire » est un des rares chanteurs engagés à avoir eu un vrai succès populaire, et à s'être produit dans les mêmes lieux que Mistinguett ou d'autres vedettes de l'époque (l'Olympia, par exemple). Son premier grand succès fut Gloire au 17ème, durant la Révolte des vignerons de 1907. Juif (il fut contraint de porter l'étoile jaune en 1942), plutôt socialiste (il devint membre de la SFIO lors du Front Populaire), il fut l'ami de Lénine, et assurait la première partie de ses conférences. Avant et après la Grande Guerre, il écrivit (et chanta) de nombreuses chansons antimilitaristes, dont La Grève des mères, qui fut interdite pour « incitation à l'avortement », et lui valu d'être condamné à deux mois de prison (peine finalement convertie en une lourde amende). Pourtant, en 1914, il changea son fusil d'épaule et composa de nombreuses chansons bellicistes et patriotiques, comme cette Lettre d'un socialo : « Moi qui détestait la guerre / Car je suis humanitaire / J'pouvais pas en croire mes yeux / […] C'est moi qu'entraînais les autres / Oui j'étais le plus furieux / […] Nous chantons la Marseillaise / Car dans ces terribles jours / On laisse l'Internationale / Pour la victoire finale / On la chant'ra au retour ». Il aenregistré lui-même un certain nombre

Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES