Et toujours...

Racine - Bérénice

Alphonse Daudet - L'Arlésienne

moliere Tirades

moliere Tirades

Molière - Les fourberies de Scapin

lorrenzaccio

lorrenzaccio

antigone

Dame aux camelias

Hamlet

Hamlet

moliere avare

moliere bourgeaois

moliere bourgeaois

moliere malade

moliere ecole

moliere ecole

moliere femmes

moliere femmes

corneille polyeucte

corneille polyeucte

racine andromaque

racine andromaque

marivaux fausses

marivaux fausses

hugo ruy blas

hugo ruy blas

cool le theatre

cool le theatr

racine plaideurs

racine plaideurs

marivaux jeu

Francesca SOLLEVILLE / DOLCE VITA Agrandir

Francesca SOLLEVILLE / DOLCE VITA

1 CD / NOUVEL ALBUM 2017 / DOLCE VITA

Plus de détails

5733466

Artiste
Francesca SOLLEVILLE
Type de musique
VARIÉTÉS
              SI VOUS VOULEZ ÉCOUTER OU TÉLÉCHARGER DES TITRES ALLEZ EN BAS DE PAGE
               
Dolce vita

1 La page blanche
2 Les petits cailloux
3 La Vague
4 On ne me commande pas
5 Dolce vita
6 Vous êtres marrants les riches
7 La dame Cendrillon
8 La corde
9 Marguerite et Bella Ciao
10 Le mur Méditerranée
11 L'ombre gagne
12 Les portes de la France
13 J'en veux
14 Bel Hippocampe

Ceci est bien plus qu'un disque : c'est un cinglant démenti. Oui, Francesca Solleville est toujours là, chante toujours. Plus que jamais, serions-nous tentés de dire. Elle dépose parfois les larmes, jamais les armes.
 
Francesca chante comme on chantait avant, comme on chantera sans doute encore demain : pour relater, pour dénoncer, le poing levé. Et laisser perler une tendresse infinie. Solleville est sans âge, comme cette photo d'elle, reproduite sur la pochette de ce disque, devant la fontaine de Trévi, immortalisée par la Dolce vita de Fellini. Ecoutez-la dans cette chanson-titre de Rémo Gary... « Je veux chanter, chanter encore / Ces chansons que je sais par corps / Et que le cœur oublie parfois / Mais je n'oublie pas chaque fois / Que mon palpitant palpita / Dolce vita ».
 
 « J'ai toujours été engagée dans la vie », dit celle dont le grand-père maternel fit partie des mille volontaires de Garibaldi, dont la maman, tout aussi militante, lui a donné la solidité qu'elle a : « Moi, au moins, j'ai compris de quel côté j'étais. Quand t'es engagé dans quelque chose de juste et de beau, tu meurs heureux ! »
 
Dolce vita est le 24e album de Francesca Solleville : « Ce disque parle du pire et du meilleur : c'est ma vision de la vie ». Et l'artiste de préciser : « Ce n'est pas que, par ce disque, je signe ma vie, mais c'est à peu près ça ». Elle fait particulièrement référence à cette chanson que lui a écrite Jean-Michel Piton : J'en veux, inventaire de vie et d'envies, et saine colère contre celui d'en haut, dans sa tour d'ivoire : « Mais là-haut dans ta tour d'ivoire / Comme toujours tu n'veux rien savoir / Entre nous j'vais t'faire un aveu / J't'en veux, j't'en veux / Oui, j't'en veux ».
 
Francesca est pleinement satisfaite de cet album : « On m'a donné les plus beaux textes, les meilleures conditions, un très beau studio. » C'est vrai que ces textes sont beaux, tant qu'ils peuvent nous apparaître comme étant le florilège de Solleville, sa quintessence. Quatorze titres accompagnés au piano, qui par Michel Précastelli, qui par Nathalie Fortin (moitié-moitié par chacun des deux), où elle retrouve nombre des auteurs de ses plus récents albums : Rémo Gary (qui signe la chanson-titre), Yvan Dautin, Michel Bühler, Christian Paccoud, Pierre Grosz et Jean-Michel Piton. Mais aussi Eric Pellerin, Aimé Césaire, Bernard Dimey, Céline Caussimon et le jeune Jérémie Bossone qui lui offre La page blanche.
 
Eux et Allain Leprest, par deux inédits (Les riches et On ne commande pas), envers qui la fidélité de Francesca défiera les lois du temps et de la gravité.
 
La gravité ? Elle est ici dans presque toutes les plages. Et notamment celles de Méditerranée où s'échouent les corps sans vie des réfugiés : trois titres, trois auteurs (Bühler, Piton et Pellerin), pour chanter, la honte l'innommable, l'abandon : « L'étoile de mer et le poisson lune / Eclairent en bleu la nuit des noyés / Et les anémones sans les algues brunes / Sont des chrysanthèmes aux larmes salées / C'est un bel endroit... »
 
Le pire en ce précieux album est ici. Par ces réfugiés, par ces SDF, pour qui veut encore les voir, les entendre. Et ces esprits qui se rétrécissent en peau de chagrin, ces peuples qui, les uns après les autres, se referment sur eux, gavés de crainte : « Où que nous regardions l'ombre gagne / Ah tout l'espoir n'est pas de trop / Pour regarder le siècle en face » emprunte-t-elle à Aimé Césaire ; « Si nous voulions fermer les portes de la France / Qui donc pour les forcer ne se lèverait pas » prélève-t-elle à Bernard Dimey.
 
Ne vous demandez pas pourquoi les grands auteurs offrent leurs plus beaux textes à Solleville : écoutez-la, voyez comment elle les magnifie de sa voix indomptée.
 
Christian Paccoud a dit de Francesca qu'elle « est le point sur le i d’humanité ». Ce disque n'est sans doute pas le dernier de Solleville : il n'en est pas moins le sommet d'une artiste qui ne sait transiger, ni sur les idées ni sur l'engagement, ni sur le sens et la qualité de chaque mot, de chaque vers.
 
Michel Kemper,
Journaliste chanson


Rechercher

Voir tous les Artistes

MON COMPTE / MES INFOS / PARRAINAGE

BIOGRAPHIES